St-Vidal : en travaux, la forteresse en mode dégradé cet été sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

St-Vidal : en travaux, la forteresse en mode dégradé cet été

Date : 02/06/2020 | Mise à jour : 03/06/2020 07:52
Partager

La crise sanitaire a retardé de deux mois les travaux du projet hôtelier et pour ne pas laisser le château fermé cet été, des visites architecturales sont organisées les week-ends à partir du 13 juin, à défaut de pouvoir proposer le spectacle déambulatoire "La Mémoire d'un peuple" et le spectacle nocturne "La Forteresse imprenable".

Une immense grue trône au milieu du château depuis des mois mais elle n'a repris du service que depuis quelques semaines. Pendant deux mois, elle est restée inactive, à cause des mesures sanitaires imposées par l'épidémie de coronavirus. Résultat des courses : le chantier de rénovation pour le projet hôtelier, qui devait se terminer en juin, ne pourra s'achever qu'en août.

Pas question pour l'association de laisser le château fermé tout l'été

Dans ces conditions (de nombreux échafaudages présents tout le long du parcours), impossible de maintenir le spectacle déambulatoire (voir notre vidéo) 'La Mémoire d'un peuple' et le spectacle nocturne 'La Forteresse imprenable' (Zoomdici s'était glissé parmi les bénévoles lors de la dernière répétition l'an dernier).
Surtout que les rassemblements demeurent compliqués avec l'épidémie. "On a subi de plein fouet la crise du coronavirus", déplore Vianney d'Alançon, propriétaitre du château, "et nous sommes malheureusement cette année dans l'incapacité d'ouvrir la forteresse pour les spectacles habituels".
Mais pas question pour l'association de laisser le château fermé tout l'été. "On a décidé d'ouvrir le site dans une dimension différente cette année, architecturale uniquement", précise Vianney d'Alançon, comme cela se faisait déjà en basse saison.
Ces visites seront possibles dès le 13 juin et les week-ends uniquement car le chantier ne le permet pas en semaine. En août, "les ouvertures devraient être plus larges, dès que nous aurons plus de visibilité sur l'avancée du chantier", ajoute-t-il.


(Entre la grue et les échaffaudages, impossible de proposer le spectacle déambulatoire. Photo DR Maxime Pitavy / Zoomdici.fr)

Des pertes estimées à environ 150 000 € pour l'association

Si les quatre emplois en CDI ont pu être maintenus malgré la baisse d'activité, la variable d'ajustement portera surtout sur les saisonniers, dont une partie ne pourra pas être recrutée cette année.
Quand on sait que plus de 30 000 visiteurs ont été recensés en 2019, cette annulation des spectacles pour la période estivale doit représenter de fortes pertes pour l'association ? Les quatre emplois en CDI ont cependant été sauvegardés ?

 
(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur tablette ou smartphone)

Le projet hôtelier en attente d'une classification cinq étoiles (ce serait le seul de Haute-Loire)

Zoomdici avait déjà révélé les contours du projet hôtelier fin 2019 mais on commence à y voir plus clair. Il comprendra neuf chambres, dans la partie ouest du château, avec certaines suites ayant des dimensions allant jusqu'à 90m². Les tarifs devraient aller de 80 à 200 € la chambre. Le projet est financé intégralement par l'association et vise une démarche de rentabilité. Les bénéfices lui seront reversés et serviront à financer les activités bénévoles.
Il y aura trois emplois à la clef et ce projet hôtelier atypique "et un peu extraordinaire" s'adressera à "un public en recherche d'authenticité"... et disposant d'un certain pouvoir d'achat. Pour l'instant, le projet ne comprend pas de partie restauration même si une partie bistrot est à l'étude. Les premiers clients sont toujours attendus au printemps 2021.
Enfin l'association espère obtenir une classification en hôtel cinq étoiles, ce qui en ferait le seul établissement du département à obtenir la plus haute classification des hôtels de tourisme. "Cette classification est encore à l'étude, on devrait être fixé au plus tard à la fin de l'hiver 2021", conclut le propriétaire du château.

Maxime Pitavy




Vue sur la cour dintérieure d'une des fenêtres du château. Photo DR Maxime Pitavy / Zoomdici.fr

Pour aller plus loin dans le dossier, entre spectacles, subventions, projets et polémiques

Vianney d'Alançon a racheté la forteresse de Saint-Vidal en 2016. Il propose un triptyque inédit à l’échelle régionale qui alimente ce projet d’envergure : la réhabilitation des jardins, l’ouverture de quinze salles de la forteresse sous forme de déambulation à travers des moments clés de l’histoire régionale et enfin, un spectacle nocturne exceptionnel où se mêlent acteurs et figurants bénévoles, pyrotechnie et vidéo-projection.
Le projet, qui bénéficie de 300 000 euros de subventions de l'agglomération du Puy, avait suscité quelques interrogations et réserves de la part de l'opposition, mais il a bien été validé par la collectivité, alors que la Région débloquera 600 000 euros et le Département 300 000 euros, pour un total d'environ 1,2 million d'euros.
Alors que nous faisions le point sur les dernières avancées du projet et des spectacles estivaux, qui débutaient en juin 2018, nous avons profité de notre rencontre avec Vianney d'Alançon début octobre pour l'interroger sur cette polémique. Vous trouvez ici sa réponseLes plans 3D du jardin ont ensuite été dévoilés début décembre et on peut également citer les multiples soutiens de "célébrités" au projet de Vianney d'Alançon. Enfin le projet de la forteresse nécessite des bénévoles mais aussi des professionnels. Quatre comédiens et un technicien de maintenance et d'opération spectacle étaient recherchés début février pour une période allant de mai à septembre. Zoomdici avait consacré un article lors de la venue des équipes de France télévision pour un reportage, qui révélait notamment une partie du spectacle nocturne.
En juillet 2018, en vidéo, Zoomdici vous proposait un voyage dans le temps au travers des quinze pièces du château ouvertes au public dans le cadre du spectacle déambulatoire "La Mémoire d'un peuple".


Puis une nouvelle polémique prend de l'ampleur en début d'année 2019 avec une subvention régionale de 1 363 489 €. Nous avions pu joindre dès le samedi matin Vianney d'Alençon, le propriétaire, qui se défendait de mettre le moindre centime de cet argent public dans sa poche, alors que les élus d'opposition s'indignaient de l'attribution d'une "subvention d'un million d'euros pour une personne privée, pour la valorisation de son propre patrimoine". La Région nous avait finalement répondu dans un communiqué le dimanche. Il faut dire que le sujet est hautement polémique : depuis le début du projet, le propriétaire de la forteresse est critiqué (parfois même menacé, même physiquement, une enquête a été ouverte, comme évoqué dans notre dossier "Saint-Vidal : entre ambitions, privatisations et contestations") pour les importantes subventions qu'il est parvenu à glaner auprès des collectivités locales. 600 000 € déjà votés en juin 2017 par le Conseil régional, sans compter les aides versées par les collectivités locales du Département (300 000 €) et de l'Agglomération du Puy-en-Velay (300 000 €). Une nouvelle subvention d'un million d'euros a fait déborder le vase en février dernier. Au point de voir l'exécutif reculer... pour mieux sauter finalement puisqu'on en sait plus sur les 1,3 millions d'euros de subventions régionales.
Avec une nouvelle bière estampillée Saint-Vidal attendue pour l'été 2020, les projets ne manquent pas au château et Zoomdici s'était glissé dans les coulisses du grand spectacle lors de la dernière répétition (vidéo).
L'été dernier, la rédaction de Zoomdici a proposé une série autour des pépites de Saint-Vidal : on y découvre dans le premier épisode un graffiti du moyen-âge, un tag des temps anciens, puis dans le deuxième épisode, on apprend que c'est le jardinier qui a retrouvé un fragment de boulet de canon du siège d'Henri IV en 1591. Enfin dans le dernier épisode, c'est une fresque recouvrant le plafond qu'il ne manque plus qu'à décrépir pour découvrir l'intégralité de l'oeuvre.
Enfin en ce début d'année, Zoomdici avait révélé les contours du projet hôtelier alors qu'en février, bénévoles et salariés de l'association présentaient les nouveautés pour la saison à venir.



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistem le 4 juin 2020 - 19h35
habitant de saint vidal qui était jusqu'à maintenant un petit village tres calme et tranquille j' assiste aujourd hui tous les été aux debarquements de touristes et autres curieux, si cela fait travailler le seul restaurant du village , les nuisances sonores des différents spectacles ainsi que le passage répétés de vehicules car, camions , le bruit font que j ai perdu la tranquillité qui me plaisait tant...vouloir attirer les touristes c'est bien mais pas pour tout le monde....

Signaler un abus