Saint-Vidal : une nouvelle subvention régionale d'un million d'euros pour la forteresse sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Saint-Vidal : une nouvelle subvention régionale d'un million d'euros pour la forteresse

Date : 09/02/2019 | Mise à jour : 10/02/2019 10:14
Partager

"Aucun argent publique ne va dans ma poche, c'est archi-faux", nous a répondu Vianney d'Alençon, le propriétaire du château de Saint-Vidal, pointé du doigt par les élus d'opposition du Conseil Régional qui assurent que l'assemblée s'apprête à "débloquer un million d'euros pour  une personne privée, pour la valorisation de son propre patrimoine".

- Photo d'illustration / DR Maxime Pitavy / Archive Zoomdici -

"Cette année, on ne fera aucune demande de subvention à l'agglo". Lors de notre dernier reportage, 'Forteresse de St-Vidal : entre ambitions, privatisation et contestation', Vianney d'Alençon avait été très précis : "Cette année, on ne fera aucune demande de subvention à l'agglo du Puy, qu'on soit bien clair, on a juste eu une subvention d'investissement pour le développement des spectacles". Quant au financement de l'association, "ce sont des mécènes privés comme Dassault ou Michelin qui ont été sollicités".
Depuis le début du projet, le propriétaire de la forteresse est critiqué (parfois même menacé, même physiquement, une enquête a été ouverte) pour les importantes subventions qu'il est parvenu à glaner auprès des collectivités locales. 600 000 € déjà votés en juin 2017 par le Conseil régional, sans compter les aides versées par les collectivités locales du Département (300 000 €) et de l'Agglomération du Puy-en-Velay (300 000 €).

L'enveloppe d'un million d'euros, en faveur de l’association pour la valorisation du Velay Auvergne et Gévaudan , doit être soumise au vote le vendredi 15 février en commission permanente du Conseil régional AURA. Le budget sollicité par l'association a pour but de développer les activités scénographiques sur le site de la forteresse.

La Région finance-t-elle les rénovations privées au bénéfice d'un châtelain ? 

C'est la question posée par les élus d'opposition. À l'occasion de la session de commissions qui se tient depuis jeudi matin à l'hôtel de Région, "nous avons découvert que la Région s'apprêtait à financer à hauteur d'1 million d'euros l'association pour la valorisation du Velay Auvergne et Gévaudan", fait savoir Jean-François Debat, président du Groupe Socialiste et Démocrate à la Région.
"Sur le papier, pas de quoi crier au scandale", ajoute-t-il, "cette association a pour objet de faire revivre le château de Saint-Vidal. Or, le Président de cette association n'est autre que le propriétaire du château, Monsieur Vianney d'Alançon".

"Plus de 2 millions d'euros d'argent public qui sont venus consolider le patrimoine d'une personne privée"

Et l'élu socialiste de dénoncer : "sous couvert de financer une association de défense du patrimoine, la Région s'apprête à verser un million d'euros à une personne privée pour la valorisation de son propre patrimoine". La situation aurait été très différente si c'est l'association elle-même qui était propriétaire du château. Ce n'est pas le cas et c'est là tout le problème.
Ce million d'euros s'ajoute aux subventions déjà versées l'an dernier et porte au total, "ce sont donc plus de 2 millions d'euros d'argent public qui sont venus consolider le patrimoine d'une personne privée. L'argent du contribuable n'a pas à enrichir le patrimoine immobilier d'une personne privée", déplore le groupe socialiste et démocrate, avant de conclure : "deux millions d'argent public pour un châtelain, c'est grotesque et scandaleux à la fois. Nous demandons le retrait immédiat de ce rapport et le non versement de ces subventions".

"Tant d'autres qui perçoivent des subventions depuis des années sans que ça ne dérange pesonne"

Joint par téléphone, Vianney d'Alençon ne cache pas sa déception face à "une manoeuvre politicienne" et assure mordicus : "aucun argent public ne va dans ma poche, c'est archi-faux". Il ajoute que les subventions sont fléchées "vers l'investissement de spectacles" et donc en aucun cas vers son patrimoine immobilier.
Il rappelle également que dans le cadre de la mission de Stéphane Bern, "les pouvoirs publics ont été sensibilisés aux monuments historiques. Saint-Vidal en fait partie et l'État, depuis toujours, intervient pour sauvegarder des monuments privés : regardez le château Vaux le Vicomte ou celui de Poliganc, et tant d'autres qui perçoivent des subventions depuis des années sans que ça ne dérange pesonne".

Il s'engage à aider les associations souhaitant sauvegarder leur patrimoine architectural à obtenir des financements

Enfin, pour conclure et en guise de main tendue, le propriétaire du château de Saint-Vidal s'engage à aider et conseiller les associations, privées ou publiques, souhaitant sauvegarder leur patrimoine architectural classé Monument Historique.
"L'association les accueillera avec joie pour les aider notamment à obtenir des financements. La sauvegarde dfe notre patrimoine est notre combat à tous", conclut-il.

Sollicité, Laurent Wauquiez n'a pas souhaité nous répondre. Ce dimanche matin, son Cabinet nous a finalement envoyé une réaction, à retrouver ici.


Maxime Pitavy



Pour aller plus loin

Vianney d'Alançon a racheté la forteresse de Saint-Vidal en 2016. Il propose un tryptique inédit à l’échelle régionale qui alimente ce projet d’envergure : la réhabilitation des jardins, l’ouverture de quinze salles de la forteresse sous forme de déambulation à travers des moments clés de l’histoire régionale et enfin, un spectacle nocturne exceptionnel où se mêlent acteurs et figurants bénévoles, pyrotechnie et vidéo-projection.
Le projet, qui bénéficie de 300 000 euros de subventions de l'agglomération du Puy, avait suscité quelques interrogations et réserves de la part de l'opposition, mais il a bien été validé par la collectivité, alors que la Région débloquera 600 000 euros et le Département 300 000 euros, pour un total d'environ 1,2 million d'euros. 
Alors que nous faisions le point sur les dernièrs avancées du projet et des spectacles estivaux, qui débutait en juin 2018, nous avons profité de notre rencontre avec Vianney d'Alançon début octobre pour l'interroger sur cette polémique. Vous trouvez ici sa réponse. Les plans 3D du jardin ont ensuite été dévoilés début décembre et on peut également citer les multiples soutiens de "célébrités" au projet de Vianney d'Alaçon. Enfin le projet de la forteresse nécessite des bénévoles mais aussi des professionnels. Quatre comédiens et un technicien de maintenance et d'opération spectacle étaient recherchés début février pour une période allant de mai à septembre. Zoomdici avait consacré un article lors de la venue des équipes de France télévision pour un reportage, qui révélait notamment une partie du spectacle nocturne.
En juillet dernier, en vidéo, Zoomdici vous proposait un voyage dans le temps au travers des quinze pièces du château ouvertes au public dans le cadre du spectacle déambulatoire "La Mémoire d'un peuple".

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistejb le 13 février 2019 - 15h38
A vous , les derniers LR de déchirer vos cartes ... On peut pas continuer à parler de ce bon "lolo" au Puy et dénoncer cette captation de nos impôts à St Vidal ! Décidons aussi franchement que les alti-ligériens ne mettront pas les pieds dans le château d'Alençon ! N'oublions pas , non plus, que pas ou très peu de bénévoles ... et Vianney retourne à Paris ... A nous de continuer à lancer les contre-attaques ...

Signaler un abus

img_journalisteGL le 12 février 2019 - 08h03
Des activités scénographiques à 1 million d'euros je veux bien en projeter tous les jours sur ma façade. Nous sommes dans un débat national ou les revendications prioritaires portent sur le pouvoir d'achat, les fins de mois, le chômage, etc .... et là on joue avec l'argent du contribuable sur une façade. On se tire une balle dans le pied, de quoi se révolter!!! ya en marre. Qu'il retourne voir à l'Elysée son

Signaler un abus

img_journalistep le 11 février 2019 - 20h34
et voila ce qui ce passe quand on donne tous les pouvoirs de la com d' agglo a la mairie et a la région a une seule et même personne ..ça devient une dictature avec les abus qui vont avec..un chauffeur tudip controlait positif au volant d' un bus et qui garde sont emploi sans inquiétude, des voitures de fonction a des personnes qui ne devraient pas l' obtenir..bref tout est permis au frais des moutons de contribuables....les gilets jaunes ont bien raisons quand il n' y a pas de violence

Signaler un abus