Le parquet national financier confirme trois gardes à vue

Par A.Wa mer 22/06/2022 - 19:00 , Mise à jour le 22/06/2022 à 19:00

Les investigations dans l'enquête pour favoritisme, corruption et trafic d’influence dans l'attribution de la délégation de service public des Halles ponotes du marché couvert avancent. Ces mardi et mercredi, trois personnes ont été placées en garde à vue.

« Oui, les enquêteurs du parquet national financier sont venus me rendre une visite de courtoisie lundi ; ils m’ont dit qu’ils allaient interroger quelques personnes. » Michel Joubert confirme auprès de notre rédaction, sans vouloir en dire plus. 

Après les perquisitions fin mars dernier, le PNF est donc revenu au Puy-en-Velay ce lundi 20 juin 2022. Son service presse nous a confirmé, ce mercredi en soirée, que deux gardes à vue ainsi que des auditions sont intervenues ce mardi 21 juin dans le cadre de cette affaire et qu'une autre garde à vue a également eu lieu ce mercredi 22 juin. Il ne peut donner plus de détails pour l'instant pour ne pas gêner l'enquête.

Les personnes interrogées en gendarmerie du Puy ce mardi seraient, selon l’Eveil, un conseiller municipal actuel (voir la liste des conseillers municipaux du Puy), un élu du précédent mandat et un conseiller communautaire, « maire d'une commune proche du Puy qui, par sa profession, faisait partie du dossier d'un des candidats » (voir la liste des conseillers communautaires).

Deux commerçants déjà annoncés aux Halles ponotes

De son côté, le duo du dossier retenu, Guillaume Fourcade et Frédéric Bayer, se prépare à une ouverture toujours prévue en octobre (les travaux suivent leur cours). Ils annoncent deux commerçants pour investir les locaux des futures Halles ponotes : Guillaume Chazot, boulanger-pâtissier à La Fabrique Gourmande de Saint-Julien Chapteuil et Rémi Montagne, chocolatier-glacier champion du monde basé à Tain l’Hermitage.

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

ra

jeu 23/06/2022 - 13:48

des "gardes à vue" et peut être "mise en examen"  hé oui... ce sont les fusibles... pas touche à certains nes...

fa

jeu 23/06/2022 - 00:52

c'est bien normal que le duo continu le projet, nous sommes dans la dictature de L.W ,et quand vous faites partis du cercle même en tord vous avez tous les droits, mais si vous avez raison mais que vous n' êtes pas dans le cercle c' est circulé y a rien a voir.. En France on aime ça car pour les législatives en Haute-Loire on reprend les camarades du cercle et le chef en "suppléant"... alors pourquoi ne pas continuer quand les électeurs vous donnent raison et vous encourage..

m.

mer 22/06/2022 - 18:39

Comment se fait-il que le duo continue le projet? Et si après enquête ils sont en faute, que se passera-t'il? Je ne comprend pas pourquoi on les laisse faire, encore de l'argent jeté par les fenêtres?

be

mer 22/06/2022 - 11:57

Et toujours l'ombre de la Région et de son Président qui plane, ici encore une banderole LA REGION de plus payée avec nos impôts.....pas de rébellion des dirigeants politiques locaux dans l'air ? Le même système continue...