Deux plaintes pour favoritisme dans un marché public du Puy (1 sur 2)

Par Annabel Walker mar 29/03/2022 - 14:15 , Mise à jour le 29/03/2022 à 14:15

Après un article de Médiacités ce mardi 29 mars 2022, le chef ponot Alexis Haon nous a confirmé qu’il a déposé deux plaintes après l'octroi de la délégation de service public pour la gestion de la future halle du marché couvert par la mairie du Puy-en-Velay.

L’ancien patron du restaurant Maki Nova, rue Vibert, affirme que la procédure est entachée de favoritisme. Son offre aurait été écartée en raison de son engagement politique dans la liste de gauche aux municipales 2020. C’est l’offre de Guillaume Fourcade (L’Atelier du chef, le Food truck Barbecue et président du club de foot du Velay FC) qui a été choisie.

> Voir l'article de Mediacités Lyon

Le chef ponot Guillaume Fourcade. Photo par DR
Guillaume Fourcade à l'Atelier du chef. Photo archives par DR

 

 

Alexis Haon a dénoncé les faits au parquet du Puy le 18 février 2022. Sa plainte contre X a été reçue le 21 février 2022 par les enquêteurs. Cette procédure a été confiée au Parquet National Financier (PNF) qui mène l’enquête. Le procureur de la République financier, Jean-François Bohnert, nous a confirmé que le PNF a effectué une perquisition ce mardi matin à la mairie du Puy pour des soupçons de favoritisme dans l'attribution d'un appel d'offres.

Alexis Haon a également confirmé à Zoomdici qu’il a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Clermont-Ferrand le 23 février pour contester la validité de l'octroi de la délégation de service public. L'instance nous informe qu'aucune date d'audience n'a encore été fixée.

Alexis Haon a tenu le restaurant Maki Nova pendant dix ans.
Alexis Haon a tenu le restaurant Maki Nova pendant dix ans. Photo par A. Walker Zoomdici
Alexis Haon a tenu le restaurant Maki Nova pendant dix ans, avant de le vendre pendant le processus d'appel d'offres du marché couvert. Photo archives par A. Walker Zoomdici

 

Ayant découvert l'affaire dans Médiacités, l'élu minoritaire Jean-Williams Semeraro livre sa réaction : "Lors du conseil municipal de décembre dernier, je me suis abstenu à l’issue de la présentation de la délibération qui attribuait ce marché. Je me suis abstenu car la procédure présentée me semblait respecter le cadre légal et réglementaire. Par ailleurs, je ne pouvais voter pour cette attribution car ce projet ne correspondait pas à l’évolution du site que nous souhaitions avec la liste sur laquelle j’étais candidat. J’avoue tomber des nues, avoir du mal à comprendre les faits exposés dans cet article de Médiacités et comme tous nos concitoyens, j’ai le sentiment aujourd’hui d’avoir été trompé lors de la présentation du dossier en conseil municipal. J’ai une entière confiance dans le travail de la justice et je souhaite sincèrement, dans l’intérêt de tous que cette enquête nous permette de voir clair dans cette affaire qui pourrait entacher notre ville"

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

da

mer 30/03/2022 - 10:11

L'arroseur arrosé?

Le bon peuple altigérien, ponots en tête, était flatté par les larges subventions régionales accordées. Que ce soit au détriment d'autresvilles ou départements de la région ne le gênait nullement!

Le fait du prince est la marque de fabrique...

Aujourd'hui, la ville sainte ne semble plus aussi immaculée...

Espérons que l'enquête du PNF fera toute la lumière, que des langues oseront se délier. Et que tout ça ne s'arrêtera pas au fusible Chapuis Car enfin ce dossier a bien été "étudié"! 

Qui pourrait croire que ce sont les fonctionnaires instructeurs n'ont pas agi sur ordre?