Santé, économie, fiscalité, sécurité... Michel Chapuis dévoile son programme

mar 03/03/2020 - 12:03 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

"Un programme réaliste et équilibré économiquement". C'est ainsi que Michel Chapuis qualifie le programme de sa liste au moment de le dévoiler mardi matin, un premier tacle, bien que discret, adressé à ses deux adversaires, qui ont déjà présenté leur programme vendredi pour la liste "Le Puy en Commun en Vert et pour Tous" et samedi matin pour la liste "une nouvelle respiration pour le Puy".

Ne pas augmenter les impôts, "comme on l'a déjà fait au cours des six dernières années"
À l'instar justement de Catherine Granier-Chevassus, il s'engage à ne "pas augmener les impôts", en appuyant sur l'argument de l'expérience : "comme on l'a déjà fait au cours des six dernières années". De là à annoncer une baisse de huit points des impôts, comme l'a fait la candidate estampillée LREM, il lui semble qu'il ne faut "pas tirer de plans sur la comète".
Pour appuyer le côté "réaliste" de sa proposition, il tempère en rappelant qu'il faudra connaître en détail les mécanismes de compensation de l'État pour faire face à la disparition de la taxe d'habitation. Et de souligner, une nouvelle fois, que les aides régionales permettent à la Ville de poursuivre ses investissements.

Un double objectif avec la création d'un service d'urgence pédiatrique
Côté santé, le maire sortant s'engage à aider à l'installation de maisons de santé et à la modernisation des hôpitaux et cliniques. Surtout, il fait l'annonce de la création d'un service d'urgence pédiatrique "très rapidement", soit dès 2020.
Michel Chapuis, l'annonce de la création d'un service d'urgence pédiatrique poursuit deux objectifs ? Un service générateur d'emplois ? Il n'est pas aisé de recruter du personnel médical mais pour ce service, vous disposez de la personne adéquate ?

Une opposition à tout développement des zones commerciales à la périphérie du Puy
L'économie demeure l'une des priorités de l'équipe sortante, l'occasion de rappeler l'implantation finalement effective de Légulice (objectif d'une centaine d'emplois), de la Cité du numérique (même objectif), sans oublier la relocalisation d'un service de l'État de Paris au Puy (accueil de 50 familles), ainsi que la prospection de nouvelles entreprises.
Surtout, Muichel Chapuis l'affirme haut et fort : il s'oppose à tout développement des zones commerciales à la périphérie du Puy, "qu'il s'agisse de création ou d'extansion", avec comme argument principal de défendre "la troisième zone commerciale du bassin : celle du centre ville".

Quid de la Place du Marché Couvert ?
La Place du Marché Couvert, qui a fait l'objet d'une concertation citoyenne (environ 600 retours), est l'un des enjeux de ces élections, avec diverses propositions des trois listes candidates à la mairie du Puy. Pour la liste "Unis pour le Puy", la place doit "retrouver sa fonction d'origine, en proposant des produits locaux en circuits courts".
L'objectif est de "relier les places du Marché Couvert et du Plot en améliorant l'attractivité et la circulation de la rue Grenouillit, autrefois très animée et commerçante". Une rue qui est déjà piétonne mais quid de la place ? "Ce ne sera probablement pas piéton sur toute la place, mais ce n'est pas encore décidé", répond le candidat à sa réélection.

----Pour la propreté, il annonce la création d'une brigade d'intervention rapide, "quand on repère un endroit particulièrement sale et que ça urge". La sensibilisation aux déchets canins sera accentuée, avec une campagne "l'affaire est dans le sac", et "si le problème persiste, on passera à la répression".-----Une brigade de nuit et une remise en plateau du carrefour de Baccarat
En termes de sécurité, Michel Chapuis s'engage à "renforcer les effectifs de la Police Municipale", avec notamment la création d'une police de nuit. La vidéoprotection sera également encore élargie (bientôt plus de cent caméras au Puy).
Quant à la sécurité routière, des dispositifs afin de réduire la vitesse en centre ville sont dans les tuyaux, tout comme des aménagements au passage à niveau de la rue Charles Rocher et du carrefour de Baccarat, "où on travaille, avec les associations, pour le remettre en plateau et changer la couleur du revêtement".

Planter 900 arbres durant le mandat
Comme il l'avait déjà expliqué au moment de présenter sa liste, il n'y a pas de spécialiste de l'écologie car "ce sont 33 colistiers qui portent la transition écologique de façon transversale". Comme il s'agit cependant de l'une des principales préoccupations des Français pour ce scrutin, comme l'ensemble des candidats de l'hexagone, il souhaite planter des arbres.
À l'échelle nationale, c'est un peu la surenchère : 170 000 à Paris, 500 000 à Lyon et carrément 1 000 000 à Arras ! Ce sera environ 900 au Puy, en suivant l'idée "un arbre une naissance" (le Puy enregistre environ 150 naissances par an), alors que 600 arbres ont été plantés durant le dernier mandat. 

Une toiture végétalisée au gymnase du Val-Vert, un permis de planter...
Comme tous les candidats de France, il souhaite également augmenter la part de produits bio et issus de circuits courts dans les cantines (aujourd'hui de 25 % à Cuisines en Velay) et "sortir les nitrites des assiettes de nos enfants".
Il mentionne également la création d'un gymnase au Val-Vert avec une toiture végétalisée, la bascule de la flotte automobile de la ville en hybride ou en électrique, la création d'un mur végétal Place Bernard Jammes, ou encore d'octroyer un permis de planter, pour permettre à des Ponots de cultiver aussi bien des salades que des rosiers en centre ville.

Stationnement : encore des besoins et un nouveau parking dans les tuyaux
Mais si d'un côté on parle de végétalisation du centre ville, de l'autre on continue à développer des parkings de proximité, sans que ce soit toujours en adéquation, comme ça a été le cas Place de la Libération. "La mobilité fait partie de nos priorités", assure le premier magistrat du Puy, "et il faut partager l'espace entre piétons, deux roues et voitures". Après l'aménagement (en cours) du parking de l'avenue Foch (environ 100 places), un autre parking est envisagé à l'entrée d'Espaly (car celui d'Estrouilhas serait plein selon la majorité), du côté du Bd Gambetta.
Michel Chapuis, après la création de nombreux parkings de proximité ces dernières années, est-ce qu'il y a encore des besoins ? Pensent-on au piétons et cyclistes qui se disent souvent sont-ils sous dotés au Puy ?

En vrac : handicap, enfance, sport, culture, séniors
Pour le handicap, il s'engage à créer une commission communale participative d'accessibilité, en lien avec le tissu associatif. Pour l'enfance, il souhaite "complètement rénover les écoles, en commençant par Jeanne d'Arc et celle du Val-Vert". Côté sport, il est question de poursuivre la rénovation des infrastructures avec en priorité le gymnase de Guitard, qui est aujourd'hui "une passoire thermique".
Pour la culture, il annonce l'ouverture d'un niveau supplémentaire à la bibliothèque du Puy, là où est hébergé le fond patrimonial et qui sera archivé ailleurs, "afin d'optimiser la surface de la bibliothèque dans l'une des plus belles salles de la ville du Puy". Enfin pour les séniors, il propose la création d'un pass séniors pour un meilleur accès à la culture et au sport.

Dans l'ordre : Michel Chapuis, Caroline Barre et Laurent Wauquiez
L'ordre de la liste, qui a fait débat notamment concernant la place du Président de Région, a été communiqué à la préfecture qui devait centraliser toutes les listes pour en informer la presse lundi soir mais en raison d'erreurs de noms constatées sur certaines listes, cette information sera proposée jeudi.
En attendant, on peut d'ores et déjà donner les trois premiers noms, dans l'ordre, de la liste "Unis pour le Puy" : Michel Chapuis, Caroline Barre et Laurent Wauquiez.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire