Récolte de la TrifolaRN88 : 4 tonnes ramassées

lun 03/10/2022 - 13:30 , Mise à jour le 03/10/2022 à 13:30

De la sueur, de l'huile de coude et des convictions. Dimanche 2 octobre, environ 80 personnes ont répondu à l'appel du collectif de la Lutte des Sucs pour déterrer les fameuses patates "TrifolaRN88", variété unique au monde. Un succès pour les défenseurs de la nature, fervents opposants à la déviation de la RN88 entre Saint-Hostien et le Pertuis portée par la Région.

Cette pomme de terre a la couleur d'une patate, le goût d'une patate...mais ce n'est pas une patate. C'est bien plus que ça. Pour les cultivateurs en herbe ou pas, c'est le symbole d'une lutte acharnée pour défendre la terre des Sucs contre le projet (bien avancé) de la 2X2 voies voulue et financée (à 90%) par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes.

Après avoir semé, dimanche 15 mai, 500 kg de pommes de terre dans un champs de 3 000 m² à Saint-Hostien, puis butté le terrain deux mois après, les membres et sympathisants de la Lutte des Sucs ont effectué la très attendue récolte ce dimanche 2 octobre. Résultat ? Une énorme récompense. Ils ont amassé huit fois plus que ce qu'ils avaient planté. Quatre tonnes de "TrifolaRN88" sont sorties de cette terre en sursis, condamnée à être recouverte de goudron dans les jours à venir.

Photo par Le Collectif Lutte des Sucs

"Nous voulions montrer la richesse que le monde nous donne constamment"

Alors que le collectif avait prévu d'utiliser la traction animale et thermique pour la récolte, "tout a finalement été ramassé à la bêche et au trident, précise l'un des "lutteurs". La terre était trop humide pour le passage d'un tracteur et les chevaux prévus".

"La motivation a été puisée dans notre force de conviction, explique un second. Nous voulions montrer la richesse que le monde nous donne constamment, la richesse qui foisonne là, sous nos pieds, et que d'autres vont recouvrir de bitume comme l'ont été nos propositions de solutions alternatives".

Photo par Le Collectif Lutte des Sucs

"Une plaine plate comme celle-ci, ça vaut de l’or"

Les pommes de terres ont été conditionnées en sacs de 15 et 20 kg et vendues sur place. "Une partie sera proposée au marché du Puy-en-Velay dès samedi 15 octobre, précise un membre de la Lutte des Sucs. Une autre partie sera stockée en prévision de l'hiver".

Le média Reporterre s'est rendu sur place pour rencontrer les cultivateurs. Dans un article paru au lendemain, le journaliste Moran Kerinec partage, parmi bien d'autres informations, le témoignage d'une habitante du Pertuis. "20 hectares de zones humides, 40 de forêts, 80 de terres agricoles, livre Nathalie ColletUne plaine plate comme celle-ci, ça vaut de l’or".

Une déviation trois fois plus chère qu'annoncée selon Renaud Daumas

Toujours dans l'article intitulé "Des patates cultivées sur la route de Wauquiez", Renaud Daumas, acteur bien sur le sujet et Conseiller régional Europe Écologie-Les Verts (EELV), critique quant à lui le budget annoncé initialement par le Président de la Région le 28 février 2020. Selon ses calculs, le coût de la déviation de 226 millions d'euros devrait atteindre les 600 millions d'euros notamment à cause de "l’augmentation générale des coûts des matériaux du BTP de 40 % ces deux dernières années".

Photo par Le Collectif Lutte des Sucs

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

16 commentaires

le

mar 04/10/2022 - 13:32

Les gens qui defendent ce territoire ne sont pas des anti déviation et ils sont aussi conscients de la sécurité. La grande différence est qu'ils proposent une alternative bien moins coûteuse et en phase avec notre temps. Et pour répondre à un commentaire la marine à voile est de retour. Maintenant chacun peut penser que le pétrole est inépuisable tout comme l'air pur.

po

mar 04/10/2022 - 09:28

600 millions minimum pour 10 km de 2 x 2 voies avec 13 ouvrages d'art !! Ce projet pharaonique est l'option la moins pertinente : toutes les expertises (même les officielles) s'accordent là-dessus.

Il serait plus intelligent, plus raisonnable et plus économique de prévoir 2 contournements pour ces 2 villages, comme cela se fait partout, et pour seulement quelques poignées de millions. Il ne faut jamais donner de pouvoir à des mégalomanes !

aj

mar 04/10/2022 - 09:06

Deux articles sur le RN 88 qui montrent les incompatibilités de point de vue. Je suis très sensible aux arguments écologique (bien avant que ce soit à la mode), mais je suis aussi réaliste. Un territoire ne se développe que s'il est relié par des infrastructures de déplacements de qualité et sécurisés (il suffit de regarder les cartes de l'INSEE). En pays de montagne, le train ne peut pas se développer plus. Quant aux "espaces verts", il n'y a jamais eu autant de forêts, de talus, de haies en Haute-Loire, il suffit de regarder n'importe quelle photo de 1900 pour s'en convaincre. 

an

mar 04/10/2022 - 08:32

Bravo à toutes ces personnes qui sont venues donner de leur temps pour cette journée symbolique !! leurs enfants et petits enfants seront fières de dire que leurs parents n'ont pas laissé le monde pourrir en restant à ne rien faire! Quand certains accélère en voyant le mur s'approcher d'autres essaient de freiner pour que l'impact soit moins violent! vos enfants et petits enfants les remercieront aussi certainement!

me

mar 04/10/2022 - 06:44

j imagine que ces bienfaiteurs vont vendre leur production à prix coutant en déclarant revenus et payant taxes comme les professionnels qu'ils vont concurrencer sans état d'âme

leur générosité désintéressée ne serait elle pas mieux valorisée en donnant ces productions à des oeuvres de charité ? plutôt que de faire de la retape sur les marchés

th

mar 04/10/2022 - 06:39

Ces justiciers de l'écologie mènent un combat d'arrière garde c'est nous ramener à la lampe à huile et à la marine à voile! .Depuis 97 ils avaient 25 ans pour faire des propositions mais leur seul souci est de "casser" le projet en cours ou les engins qui travaillent sur l'élagage.

od

lun 03/10/2022 - 22:26

Je suis moi aussi usager quotidien de l'axe Le Puy jusqu'au département de la Loire mais à des horaires où je ne peux utiliser de transports en commun et d'ailleurs pas desservis par la Sncf ! Et oui.... nous sommes un département rural donc ce n'est pas chez nous que l'on peut se passer de voiture ! Je suis sidéré par le risque routier dans ces 2 communes et tant qu'un enfant traversant la route ne sera pas (malheureusement) renversé y compris sur les bords de trottoirs par un camion qui prendrait beaucoup de place, on ne pourra pas faire comprendre à tous ces écologistes le quotidien de nous usagers de cette RN !!! J'ai lu tous les commentaires : toujours pathétiques pour défendre un peu de "vert" dans un département rural.... Il ne s'agit aucunement de gagner des minutes..

ca

lun 03/10/2022 - 20:25

Pathétiques… plantées sur des terres qui ne leur appartiennent pas et pour lesquelles ils ont déjà été indemnisés !!! On ne voit pas d’ailleurs de champs de pomme de terre sur leurs terres qui ne sont pas sur le tracé… vraiment étonnant ! Uniquement pour faire de l’opposition systématique et faire parler d’eux, aucun intérêt. 

ru

lun 03/10/2022 - 20:18

Le 4x4 au milieu du champ a permis à une personne handicapée d'être présente et d'apprter son soutien à la lutte

st

lun 03/10/2022 - 19:24

Laisser une planète viable a nos enfants je suis bien d accord où ils pourront se déplacer sans mettre en jeu leur vie pouvoir être en sécurité. Allez dire aux personnes et familles qui viennent de perdre un des leurs sur les routes cette année et je fais parti de celles ci. Si les routes  avaient été a 2x2 il y aurait eu la moitié moins de décès. 

Et non je n' ai constaté aucun co voiturage hier encore moins de remorque mais un 4x4 au milieu du champ

st

lun 03/10/2022 - 19:12

je suis st du 03/10 à 19 h 11. Aucun lien avec st du 03/10 à 15 h 10.

st

lun 03/10/2022 - 19:11

Pauvre monsieur ou madame st : 2 fois dans la journée vous avez dû ralentir. Je vous imagine dans votre belle auto climatisée pestant contre ces "ploucs" qui essaient de sauver la planète. Je travaille aussi et j'emprunte la RN88 mais : 1/ je ne vois pas l'utilité de dépenser des centaines de millions pour gagner 3 minutes, 2/ je n'ai pas envie de payer via mes impôts (oui je paie des impôts) pour un projet d'un autre siècle, 3/ j'aimerais bien laisser une planète à peu près vivable à mes enfants. 

da

lun 03/10/2022 - 17:46

Dans cet article vulgarisateur, ils ont omis de préciser mes dire de conseiller régional (écologiste, mais non encarté, issu de la société civile) : Le coût,  de ce tronçon annoncé à  226 millions d'€, est déjà un des plus cher de France, mais le conseil régional le communique depuis 2017... Depuis des études podologiques et piezometriques on démontré la l'omniprésence d'argile et d'eau (glissements de terrain !), l'arrêté préfectoral engendre de nombreux surcoûts et précautions à prendre et enfin le prix des matériaux, des carburants et du BTP en général ont flambé ! Il en faudra pour bouger 3 millions de m3 de déblais !
Alors oui, prévoir désormais un cout à 600 millions d'€ serait plus raisonnable aujourd'hui. Région la mieux géré de France ?

ru

lun 03/10/2022 - 15:42

En voiture certes, mais en covoiturage et avec des remorques ... 4 tonnes de patates ça ne se  met pas dans des sacoches de vélo, pensez y en dégustant votre steack-frites ou votre purée

st

lun 03/10/2022 - 15:10

Quelle mascarade. J ai dû pour des raisons professionnelles, car oui il y a des gens qui travaillent dans notre département notre région, emprunter à deux reprises l axe RN 88 ce dimanche. Toutes ces personnes bien pensantes étaient venues en voiture. Faites ce que je dis pas ce que je fais. C était mieux qu un programme de rires et chansons 

ri

lun 03/10/2022 - 14:11

Bravo ! Une poignée de citoyens se soulève avec panache contre la dictature du fric et du béton pour sauver l'honneur de cette espèce humaine qui ne pense qu'à détruire tout ce qu'elle touche. Plus on élargit les routes, plus il y a de circulation, alors que tout le monde sait aujourd'hui que nous devons réduire drastiquement le parc automobile/camions pour sauver cette planète (l'empreinte carbone d'un Français aujourd'hui, c'est 10 tonnes de CO2 par an et par habitant : il faut tomber à 2 pour laisser une planète vivable à nos enfants). La sécurité alimentaire, en revanche, ça n'a pas de prix (nos chers dirigeants le comprendront-ils un jour ?).