Qui est le nouveau directeur du pôle La Chartreuse ?

Par Nicolas Defay mar 24/08/2021 - 16:30 , Mise à jour le 24/08/2021 à 16:30

Plus de 2 000 élèves, environ 200 enseignants, une cinquantaine d’employés sur d'autres activités... C’est ce que devra chapeauter Jean-François Giraud, en succession de Michel Paulet à la tête de l’établissement scolaire privé La Chartreuse à Brives-Charensac.

Les chiffres peuvent donner le tournis. 520 écoliers, 680 collégiens, 675 lycéens, une centaine en enseignement supérieur post-bac et presque autant dans une formation en alternance. Et ça continue ainsi avec 900 élèves inscrits en demi-pension, 1 500 repas servis quotidiennement, 190 internes... « C’est vrai que j’éprouve une sorte d’inquiétude, admet Jean-François Giraud, à présent nouveau directeur du pôle La Chartreuse. Mais je suis rassuré également car j’ai pu partager avec l’équipe enseignante. Une équipe qui maîtrise totalement son domaine. D’autre part, la direction a su me transmettre parfaitement les tâches et les missions qui m’attendent à ce nouveau poste ».

« Durant les premiers mois, l’important est de s’accaparer ces projets et de les amplifier »

Originaire de Beauzac, marié et père de trois enfants, Jean-François Giraud a commencé en tant que professeur d’Éducation Physique et Sportive en 1990 au collège Jeanne d’Arc à Saint-Didier-en-Velay. En 2012, il devient directeur de l’établissement. Pendant près de dix ans, il sera responsable de ses 600 élèves scolarisés de la maternelle à la 3ème. « Passer de l’établissement Jeanne d’Arc au pôle la Chartreuse multiplie par 4 et demi le nombre de personnes à s’occuper, souligne-t-il. Je vais avoir besoin de temps pour apprendre au mieux possible la structure au travers de ses populations, des enseignants et des projets qui sont menés. Durant les premiers mois, l’important est de s’accaparer ces projets et de les amplifier. En dans le moyen terme, maintenir le nombre d’élèves au-dessus de la barre de 2 000 ».

Le nouveau directeur du pôle La Chartreuse, Jean-François Giraud. Photo par Nicolas Defay

« Une notion très ancrée à La Chartreuse qui m’est particulièrement chère est l’accueil de tous. Continuer à accueillir tout le monde dans ses différences aussi grandes soient-elles. » Jean-François Giraud

« L’absence de rupture. C’est ça le maître mot de la philosophie, ici »

Depuis décembre 2020, les professeurs et enseignants du pôle La Chartreuse ont appris à connaître le personnage pour qu’il puisse perpétuer ce qu’il appelle « l’esprit » de l’établissement. « J’ai été nommé par Monseigneur Crépy au 14 décembre dernier, explique Jean-François Giraud. Cela a laissé le temps à Michel Paulet et moi-même de nous connaître. J’ai eu le temps nécessaire pour prendre connaissance des différents dossiers et aussi de me sensibiliser à l’esprit du pôle La Chartreuse. » Il continue en ce sens : « L’absence de rupture. C’est ça le maître mot de la philosophie, ici. Mon objectif est que l’élève soit formé dans l’intégralité de sa personne, que chaque élève puisse avancer à son propre rythme en respectant ses propres choix d’avenir ».

« Changer, c’est se remettre en question et impulser naturellement une nouvelle énergie »

À la question de savoir pourquoi Jean-François Giraud a postulé pour occuper le siège de cette nouvelle direction, il répond : « Je pense que dans cette fonction, dix ans me paraît un temps suffisant pour mener à bien ce que nous voulions voir apparaître. C’est le bon moment pour changer et surtout pour ne pas entrer dans une sorte de routine qui ne serait pas forcément productive. Changer, c’est se remettre en question et impulser naturellement une nouvelle énergie à soi-même et à l’établissement en question ». Michel Paulet, du haut de ses 63 ans, est quant à lui resté 11 ans à la tête de la structure privée.

M. Paulet, J.F. Giraud et J.C. Lac (OGEC), devant le nouvel internat. Photo par Nicolas Defay

« J’invite chacun d’entre eux à tirer expérience de ce qu’ils font et de ce qu’ils vivent de la manière la plus agréable possible. Car lorsqu’on est bien dans sa vie d’enseignant, on transmet automatiquement ce sentiment aux élèves. Et tout le monde est gagnant ». Michel Paulet

« Cela a clairement été mon souvenir le plus marquant de mes 11 années passées ici »

« J’ai très bien vécu cette transmission, assure de son côté Michel Paulet. J’ai tellement eu de bons témoignages en interne que toute l’équipe enseignante m’a aidé à partir heureux. Je suis dans un super état d’esprit » Concernant l’évènement qui a gravé au fer rouge sa carrière, il mentionne la fin d’un autre établissement. « La fermeture du Pensio en 2010. On efface pas le passé, c’est vrai, et on construit pour l’avenir. C’est ça qui a été ma mission finalement. Mais cette fermeture a été très difficile. Il a fallu accueillir près de 350 élèves du Pensio à la Chartreuse dans des locaux qu’il a fallu adapter à la hâte. Cela a clairement été mon souvenir le plus marquant de mes 11 années passées ici ».

« Et tout le monde est gagnant »

Un mot pour son successeur ? « Je pense qu’un directeur d’un établissement comme La Chartreuse se doit d’être ouvert, conseille Michel Paulet. Il faut s’adapter, être ouvert à l’inattendu et prendre le temps ». Et pour tous les enseignants qui forment le moteur de la structure scolaire ? « Je les remercie plus que tout car ils ne m’ont donné que du bonheur. » Il rajoute les yeux brillants : « J’invite chacun d’entre eux à tirer expérience de ce qu’ils font et de ce qu’ils vivent de la manière la plus agréable possible. Car lorsqu’on est bien dans sa vie d’enseignant, on transmet automatiquement ce sentiment aux élèves. Et tout le monde est gagnant ».

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire