Pêche : "Après cette claque, il nous faut aller de l'avant"

Par Nicolas Defay ven 11/03/2022 - 06:00 , Mise à jour le 11/03/2022 à 06:00

Le président de l'AAPPMA du Puy a convié la presse après un article de l'Eveil paru lundi 7 mars. L'ancien président de l'association aurait subtilisé 50 000 € à la société de pêche durant sa mandature. Jean Colin, nouveau président, a souhaité apporter des éclaircissements "afin d'écarter tout amalgame".

Jean Colin, président de l'Association Agréée de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques (AAPPMA) du Puy-en-Velay depuis janvier 2022, s'exprime d'un ton grave, lentement, jonglant avec des temps de silence pour que les journalistes assis en face comprennent bien l'enjeu de son intervention.

"C'est de la plus haute importance que vous soyez là, souligne-t-il en ses premiers mots. Et je tiens à vous dire comment je respecte la liberté de la presse. Mais je pense qu'il est d'autant plus important de respecter la sacro-saint présomption d'innocence".

Devant la table, Jean Colin, président de l'AAPPMA du Puy-en-Velay.
Devant la table, Jean Colin, président de l'AAPPMA du Puy-en-Velay. Photo par Nicolas Defay

"Aux retraits d’argent liquide s’ajoutent des frais d’hôtel, de restaurant, d’habillement…"

La cause de cette conférence en ce jeudi 10 mars fait suite à la parution d'un article de l'Eveil qui révèle les actions frauduleuses que l'ancien président de l'association aurait effectué durant ses cinq ans de mandat, entre 2016 et la fin 2021. "L’actuelle équipe de la société de pêche a trouvé des caisses vides ou quasiment, à son arrivée", est-il mentionné sur le quotidien. Et encore : "Plusieurs témoignages parlent d’une somme avoisinant les 50 000 € qui se serait évaporée en cinq ans (la durée du mandat). (…) Aux retraits d’argent liquide s’ajoutent des frais d’hôtel, de restaurant, d’habillement, y compris à Paris et dans le sud de la France".

L'AAPPMA du Puy est constituée de 2 257 pêcheurs. 30 AAPPMA maillent le département. 15 000 pêcheurs sont recensés en Haute-Loire

Un sentiment de trahison qui ne passe pas

"Nous sommes profondément blessés car ces révélations semblent mettre tout le monde dans le même panier, se désole Jean Colin. Or, c'est le fait d'un seul homme. Un seul ! Les membres de l'ancien et du nouveau bureau, tout comme les 2 257 pêcheurs de l'association se sentent totalement trahis par le mis en cause." Il insiste : "Nous voulions vraiment nous exprimer en toute transparence afin de bien faire la part des choses".

Chronologie de l'affaire

Pour donner corps à son propos, Jean Colin décrit alors minutieusement la chronologie de l'affaire. Le 22 février 2016, l'ancien président prend les rênes de l'AAPPMA jusqu'au 31 décembre 2021. Le 27 février 2021, Jean Colin est élu vice-président de l'association. Sa mission est de constituer une nouvelle équipe pour la prochaine mandature dès le 1er jour de 2022. Entre temps, les réunions s’enchaînent. Le 19 novembre 2021, Jean Colin est élu nouveau président avec prise de fonction au 1er janvier 2022.

"Devant les retraits sans justificatifs inscrits dans les comptes, nous lui avons demandé des explications. Il a reconnu certains dysfonctionnements dans la gestion". Jean Colin

Des mails sans réponse

"Le 27 novembre 2021, j'adresse un mail à l'ancien président afin d'anticiper la passation de pouvoir, explique Jean Colin. Sans aucune réponse de sa part, je relance un second mail le 22 décembre notamment pour l'audit des comptes. Aucune réponse ne me parviendra et les premiers doutes s'installent alors".

Après plusieurs tentatives infructueuses, l'ancien président accepte finalement une rencontre le 25 janvier au siège de l'AAPPMA en présence de plusieurs membres du Conseil d'administration. "Devant les retraits sans justificatifs inscrits dans les comptes, nous lui avons demandé des explications, livre Jean Colin. Il a reconnu certains dysfonctionnements dans la gestion".

"Face à cette situation accablante, nous créons une commission des finances afin de mesurer les dégâts financiers" Jean Colin

La disparition de 50 000 euros

Mais le doute se transforme en certitude. Et au 31 décembre 2021, force est de constater qu'il ne reste plus que 782 euros dans les caisses de l'AAPPMA, une somme si éloignée de ce qu'elle devrait être que des décisions sont prises rapidement. "Deux jours après notre entretien avec l'ancien président, nous organisons une réunion d'urgence avec les membres de l'association, continue Jean Colin. Face à cette situation accablante, nous créons une commission des finances afin de mesurer les dégâts financiers."

Des heures et des heures de travail sont nécessaires pour trier, extraire, comprendre les recettes et les retraits de l'ancienne mandature. Au terme de ce chantier administratif, le résultat est vertigineux. 50 000 euros manquent.

"Ce méfait est l'action d'un seul homme"

Le 17 février 2022, sous la présidence de Lionel Martin, la Fédération de pêche de la Haute-Loire porte plainte pour abus de biens sociaux. L'AAPPMA suit le mouvement le 24 février. "Ce méfait est l'action d'un seul homme, martèle Jean Colin. Mais de ce seul fait, il est injuste de douter de tout le monde dans l'association."

Ce même jour du 24 février, l'ancien président de l'AAPPMA, est démis de ses fonctions de vice-président de la Fédération de pêche 43 et du Conseil d'administration.

"Maintenant, c'est au tour de la justice de prendre l'affaire en main". Sylvain Darbousset

"Quand l'ancien président nous disait que tout allait bien, nous lui accordions une totale confiance."

À la question de savoir pourquoi aucun autre membre de l'association n'a mis le nez dans les comptes durant toutes ces années, Sylvain Darbousset, actuel vice-président de l'AAPPMA, explique : "Jamais la trésorière n'assistait au conseil. Et quand l'ancien président nous disait que tout allait bien, nous lui accordions une totale confiance. Il en a abusé. Maintenant, c'est au tour de la justice de prendre l'affaire en main".

À noter tout de même que la trésorière en question n'est autre que… la femme du mis en cause.

"Nous sommes une grande famille qui a été lourdement blessée"

"Je pense que j'ai vu le pire depuis que je suis dans le milieu, lance Lionel Martin. Mais je vois aussi quelque chose de beau. La solidité et la fraternité de l'équipe, plus unie que jamais après avoir pris de plein fouet cette trahison".

Claude Maneval, également de la Fédération départementale de la pêche, ajoute : "Il y a 15 000 pêcheurs et 30 AAPPMA en Haute-Loire. Nous sommes une grande famille qui a été lourdement blessée".*

"Il serait bien injuste de pointer du doigt tous ces hommes et ces femmes à cause des agissements d'un seul". Jean Colin

"Ce qui compte, c'est l'avenir"

Et maintenant ? "Ce qui compte, c'est l'avenir, souffle Jean Colin. Les bénévoles de l'AAPPMA sont des passionnés de la pêche mais ce sont surtout des protecteurs des rivières et de leurs alentours. Ce sont eux les premiers gardiens des cours d'eau, ce sont eux les premiers à alerter lorsque des pollutions surgissent comme celle de la Sénouire au mois de mars 2021."

Il conclut alors : "Après cette claque, il nous faut aller de l'avant. Mais il serait bien injuste de pointer du doigt tous ces hommes et ces femmes à cause des agissements d'un seul".

Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

5 commentaires

du

sam 12/03/2022 - 11:42

Oui, l'argent est important mais moins que le manque d'eau actuel!

mi

ven 11/03/2022 - 17:53

hm 15000 pêcheurs et 30 AAPPMA et seulement trois commentaires!, c'est triste autant de désintéressement, il s'agit de notre argent mal géré, c'est le contenu du panier qui compte le reste tout le monde s'en fout!.

mi

ven 11/03/2022 - 08:51

hm - Les associations loi 1901 sont a but non lucratif, on s'explique mal que des sommes aussi importantes y soient présentes (50 000 euros) pour quelques lâchers de truites d'élevage et quelques panneaux d'information. Je pêche depuis une soixantaine d'années et je suis de plus en plus écoeuré par la gestion de la pêche en général. De plus en plus d'argent, de contrôles, de réglementations complexes, d'interdictions, c'est un vrai casse tête dés que l'on change de rivière. Il faudrait des contrôles fiscaux inopinés pour "calmer" toutes ces magouilles. 

lo

ven 11/03/2022 - 07:46

Vous comprendrez pourquoi autant de gens veulent se faire élire au poste de président quel qu'il soit ! Quand ce n'est pas une seule personne qui se remplit les proches c'est une association de malfaiteurs, alors que faire ? L'argent n'ayant pas d'odeur (soit-disant ?) en attendant ce n'est pas à la fin d'un mandat que les cotisants doivent se réveiller mais un état mensuel des finances au moins une fois/mois. Tant pis pour vous !!

se

ven 11/03/2022 - 07:04

L / Comme quoi dans toute association ou autre il ne faut pas maisser la gestion qui plus est financière à un seul homme et il faut rendre des comptes régulièrement. Au vu de l'article le trésorier et trésorier adjoint n'étaient là que pour la composition du bureau...