Législatives : Azelma Sigaux pour la NUPES dans la 2e circonscription

Par Laetitia Dubois mer 11/05/2022 - 12:00 , Mise à jour le 11/05/2022 à 12:00

La NUPES (Nouvelle Union Populaire écologique et sociale) a présenté sa candidate dans la 2ème circonscription de Haute-Loire (Le Puy-Brioude). Il s'agit d'Azelma Sigaux, secondée par Jullian Carrié. Ils ont été officiellement investis ce dimanche 8 mai et se sont présentés à la presse et face à leurs militants lundi 9 mai devant la préfecture de Haute-Loire : "Tout un symbole", appuie la nouvelle candidate.

C'est officiel dans la seconde circonscription de Haute-Loire, la NUPES a son duo de candidats : il s'agit donc d'Azelma Sigaux et de Jullian Carrié, en vue des prochaines élections législatives des 12 et 19 juin prochains.

Agée de 33 ans, la nouvelle candidate est originaire de Paris. Arrivée en Haute-Loire il y a sept ans, elle a d'abord habité Coubon, puis Le Puy-en-Velay. Aujourd'hui elle vit à Langeac. Azelma Sigaux est auteure-romancière et rédactrice web dans un centre de référencement à Cohade, près de Brioude. Elle a été désignée candidate pour l'union de la gauche pour les élections législatives sur la 2e circonscription. Engagée dans la campagne présidentielle auprès de Jean-Luc Mélenchon, elle est également porte-parole nationale de REV : Révolution écologique pour le vivant, parti antispéciste du journaliste Aymeric Caron.

"Les projections de France Info nous placent en tête dans cette circonscription" Azelma Sigaux

Des candidats engagés

"Nous avons choisi de nous représenter face à la préfecture, car c'est un lieu symbolique des luttes sociales, avec le mouvement des gilets jaunes notamment mas pas seulement : lieu des mouvements syndicaux, sociaux et environnementaux également. De plus, c'est un lieu de services publics, qui est un thème très fort de notre campagne", explique en préambule la nouvelle représentante de l'union de la gauche.

"Nos adversaires souhaitent déjà débattre de la sécurité, mais il nous semble qu'il y a d'autres débats tout aussi importants à aborder : sur le social, sur la précarité, sur les services publics dans la région, sur l'agriculture. La patte du vieux monde, de la vieille politique mérite d'être dépassée, ajoute Jullian Carrié, il est temps que la jeunesse prenne le relais, que la génération climat soit représentée, que les gens qui se battent contre la retraite à 65 ans soient présents.... il faut qu'on maintienne cet objectif d'un monde meilleur".

Un programme pour "sortir du capitalisme"

Azelma Sigaux veut incarner la convergence des idées, la "diversité qui n'empêche pas les différences" et prône, entre autres, le SMIC à 1400 €, la retraite à 60 ans, un logement décent, le blocage des prix de première nécessité, le retour d'une police de proximité, mais également un réel développement des transports en commun gratuits pour tous et la mise en place du Référendum d'initiative citoyenne.

Azelma Sigaux, candidate NUPES
Azelma Sigaux, candidate NUPES Photo par Laetitia Dubois

"Nous voulons moins de productivisme et surtout une hausse du pouvoir d’achat. On veut partir du besoin des gens. Ce qu’ils veulent, c’est vivre dignement. Nous nous battrons pour une retraite à 60 ans, des logements dignes, un blocage des prix des produits de première nécessité et la réouverture des services publics", précise-t-elle.

Le duo de trentenaires représentant la gauche unie entend mener une campagne de proximité durant les cinq semaines à venir, par l'animation de réunions publiques. La première doit se tenir à Brioude le 9 juin, mais également il souhaite rencontrer les élus, les altiligériens sur les marchés : "Nous voulons rétablir une paix sociale".

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

9 commentaires

fa

jeu 12/05/2022 - 18:42

"Nous voulons moins de productivisme et surtout une hausse du pouvoir d’achat ». Nous aurions aimer qu’on nous explique ! La hausse du pouvoir d’achat ne passe que par la création de richesse. Et, seuls les gains de productivité, grâce, notamment, au progrès technique, permettent une croissance de la richesse produite. Et sans création de richesse (puisque vous voulez moins de « productivisme » et même sortir du « capitalisme »), comment financer la gratuité des services publics, le SMIC à 1400 €, la retraite à 60 ans, la construction de logements, etc. ?
Un conseil de lecture pour saisir les ressorts de cette nlle idéologie totalitaire : « 
Les nouveaux prédateurs : antispécistes, militants végans, écologistes radicaux » - Bachelier - Février 2022

ga

jeu 12/05/2022 - 12:22

L'extrême gauche n'aime pas qu'on évoque la lignée familiale. Certes, tel père et pas forcément telle fille ... Mais c'est pourtant l'argument qu'ils utilisent depuis des années pour attaquer Le Pen. Donc, si je comprends bien, les abjectes valeurs se transmettraient de génération en génération à l'extrême droite mais surtout pas à l'extrême gauche ...

de

jeu 12/05/2022 - 09:25

Une candidature qui met un peu de sel dans l'eau tiède qui nous sert de politique locale.

Merci à "GA" pour la courte biographie de l'impétrante. C'est bien connu: tel père, telle fille!

Il vaut mieux défendre les vraies valeurs de la France éternelle: travail, famille, patrie.

Je lui souhaite bien du courage pour cette première candidature.

 

 

he

jeu 12/05/2022 - 07:53

L'élu en place dans la 2° circonscription n'a pas de souci à se faire, il est promis à une belle réélection dans un fauteuil. 

Dans la 1° mise à part la(e) député(e) en place, oui on ne sait pas trop qui est titulaire du poste, et la candidate LREM ça ne vole pas bien haut. 

Ce qui se passe avec le suppléant de la candidate Zemmourienne est hélas le choix fait par beaucoup, soit rejoindre LREM ou Zemmour. La transition politique s'opère brutalement.    

ga

jeu 12/05/2022 - 07:19

Elle est la fille de Jacky Sigaux, comparse de Dieudonné qui apparaissait en pyjama affublé de l’étoile jaune dans les spectacles du polémiste. Ce régisseur est d’ailleurs celui qui a remis, au nom de l’ex-humoriste, le “prix de l’infréquentabilité” sur scène à l’historien révisionniste Robert Faurisson. Elle est aussi Gilet Jaune, moralisatrice auto-proclamée mais n'a pourtant jamais travailler ... Bref, l'extrême gauche dans toute sa splendeur. Et dire que Mélenchon pense qu'avec ça il finira premier ministre.

he

mer 11/05/2022 - 14:11

Première réunion publique le 9 juin pour un scrutin le 12 : ce duo de choc a peur de rencontrer les électeurs en public. c'est beau d'y croire. Mais la chute sera rude ; enfin d'ici là vous avez le temps de rêver.  

re

mer 11/05/2022 - 14:07

Que de la poudre aux yeux !

Une union des gauches seulement après les présidentielles,  histoire d'être une force d'opposition à tout, défiler dans la rue pour tout contester, ce n'est pas en agissant de la sorte que vous retrouverez la confiance que j'accordais à la gauche !

La France mérite beaucoup plus que des contestataires de tout poil qui se réunissent sous une bannière dite de gauche où tous les extrémismes se côtoient,  il serait temps de faire le grand ménage et refonder une gauche républicaine qui défende les vraies valeurs de notre république, sans cela nous allons tout droit vers le totalitarisme ! 

 

je

mer 11/05/2022 - 12:48

Une candidate rouge-brune extrémiste qui justifie la violence. Elle est dangereuse car liée aux milieux antisémites. Elle ne peut pas représenter la Gauche !

ga

mer 11/05/2022 - 12:30

Gilet Jaune, militante vegan, deni du travail et de l'utilité de la police ... Comment a-t-on pu arriver à une telle perte de repère ? Comment peut-on s'arroger le droit d'imposer son mode de vie minoritaire à tous ? N'est-ce pas ça la définition de la dictature ? La NUPES va s'écraser aussi vite qu'Hidalgo ou Pécresse à prendre des candidats si extrêmes.