Des agents de la préfecture revendiquent de meilleures conditions de travail

Par RSi mar 11/10/2022 - 17:00 , Mise à jour le 11/10/2022 à 17:00

Plusieurs agents de la préfecture se sont rassemblés ce mardi 11 octobre pour revendiquer de meilleures conditions de travail. De nombreux membres de la CGT Haute Loire étaient présents pour leur apporter leur soutien. 

 

Ils étaient une centaine devant les hautes grilles du chef lieu du département aux alentours de midi ce mardi 11 octobre au Puy-en-Velay. Agents de la préfecture et membres de la CGT revendiquaient de meilleurs conditions de travail. "Ce que certains appellent du dialogue social c'est plutôt une mascarade", dénonce Pierre Marsein, secrétaire général de la Haute-Loire.

"Manque de reconnaissance, pression, mauvais traitement des agents"

Depuis juin dernier, une pétition circule dans les couloirs de la préfecture pour dénoncer plusieurs problématiques notamment un manque de reconnaissance, une importante pression dans le travail, une réduction du personnel mais également le mauvais traitement des agents par leur directeur de service. Selon la CGT, 68 agents auraient signé la pétition.

"Le préfet refuse tout véritable dialogue social et maintient les gens néfastes à leur poste". Une employée de la préfecture

"En 2020, plusieurs salariés ont rencontré le préfet pour leur faire part des difficultés rencontrées et notamment des problèmes de management d'une certaine partie de la hiérarchie. Les agents ont ensuite été convoqués au commissariat pour une plainte en diffamation", alerte une manifestante qui travaille depuis près de 15 ans à la préfecture. Selon cette employée, "depuis le préfet refuse tout véritable dialogue social et maintient les gens néfastes à leur poste". Suite à cela, selon cette employée plusieurs agents auraient retiré leur signature de la pétition. " Aujourd'hui, des signatures se sont ajoutées. Plus de 70. Leurs noms ne sont pas connus par le préfet car ils ne veulent pas subir de nouvelles pressions", ajoute Pierre Marsein.

 

"Ils reprochent notamment une perte d'effectif mais c'est faux. Depuis 3 ans, les effectifs sont constants. Il y a une augmentation de 80% de contractuels par rapport à l'an passé" Eric Etienne, Préfet de Haute-Loire

"Lorsque j'ouvre ma porte, ils ne viennent pas" 

Un rassemblement qui n'a donc pas échappé au Préfet. "J'ai proposé une rencontre ce matin à 9h15. Aucun d'entre eux n'est venu. Lorsque j'ouvre ma porte, ils ne viennent pas. Elle est toujours ouverte.", expose le représentant de l'Etat.

Ce dernier précise : "dans les propos tenus par la CGT, je m'inscris en faux sur tout ce qui est dit". Selon lui, toutes les revendications ne sont que pures calomnies. "Je leur ai écrit suite à la découverte de cette pétition. Je leur ai demandé leur ressenti, sur les 43 signataires seuls 4 m'ont répondu. Ils reprochent notamment une perte d'effectif mais c'est faux. Depuis 3 ans, les effectifs sont constants. Il y a une augmentation de 80% de contractuels par rapport à l'an passé", poursuit-il.

 

 

Le rassemblement n'ayant pas été déclaré, le Préfet de la Haute Loire a demandé aux Forces de l'Ordre de s'assurer que les voies étaient libres pour circuler.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

6 commentaires

Na

jeu 13/10/2022 - 14:11

C'est drôle! Aucun autre media ne parle de cette manifestation. On pourrait croire qu'une partie de la presse n'est pas libre de prendre position contre les politiciens de ce département. 

m.

mer 12/10/2022 - 10:05

Portes ouvertes Mr le préfet , aucun dossier en catimini, alors où en est le dossier de la retenue collinaire de mauriac sur la commune de Chaspuzac pour un coût de 1500000e financés par les subventions pour 4 agris, avec une source d'eau potable qui risquerait de servir a tout le monde avec l'été caniculaire qu'on a eu. Je m'aperçois avec cette grève de son personnel de son incompétence à ce poste et du manque de dialogue avec certains, surtout les plus faibles, ceux qui le paie avec la sueur de leur impôts.

ba

mar 11/10/2022 - 20:43

Un  Prefet aux méthodes qui inquiètent: son personnel en grève car se considérant comme mal considéré, un "mineur isolé" en apprentissage qu'on cherche coute que coute à expulser malgré un employeur ayant besoin de lui, un communiqué de presse digne d'un autre temps lors de la garde à vue injustifiée d'un opposant politique au seigneur des panneaux pour une manifestation pacifique contre un projet écocidaire (RN 88), des décisions pro-chasse qui font mal à la biodiversité, son accord pour qu'une course d'enduro franchisse des zones Natura 2000... Surréaliste! Ah mais j'oubliais, quand un Prefet garantie la neutralité de l'Etat, certains (que je nommerai pas mais qui sont largement cité dans le livre "la Prefecture est en feu") menacent directement l'Etat de droit!

bc

mar 11/10/2022 - 20:05

Cela en dit long sur les conditions de travail délétères de la fonction publique qu’elle soit d’Etat , territoriale et hospitalière : une armée de petit chef ( le plus souvent contractuel) qui détruisent les collectifs de travail et toutes les initiatives et motivations des fonctionnaires les plus compétents !!!

Et on s’étonne que nos jeunes ne veulent plus faire carrière dans l’administration ! 

pi

mar 11/10/2022 - 17:31

Faudrait il rappeler au Préfet que les contactuels ne sont pas des agents de la fonction publique recrutés sur concours et titulaires leur emploi est à durée déterminée, quant a garder sa porte ouverte il ne faudrait pas qu'il prenne froid dans ses grands appartements de fonction qui espèront le ne sont chauffés qu'à 19°c

Na

mar 11/10/2022 - 17:14

Les services de l'état sont au plus mal en Haute-loire, après la mise à pied du directeur de la DDT dans l'intérêt du service (JO du 4 aout 2022).

Notre bon préfet collectionne les mauvais points à son poste: gestion de la crise Covid hasardeuse, mauvais chiffre sur la sécurité routière, projet pour le département inexistant....