Cheynet : ils obtiennent le licenciement "sans cause réelle et sérieuse"

Par Annabel Walker mar 26/10/2021 - 12:45 , Mise à jour le 27/10/2021 à 04:00

Il y a deux ans et demi, l’entreprise textile Cheynet fermait pour liquidation judiciaire à Saint-Just-Malmont. Les 187 salariés ont été licenciés. La plupart n'ont pas retrouvé un emploi à temps plein en CDI. 72 d’entre eux ont fait appel aux avocats de la CGT pour obtenir la reconnaissance en licenciement « sans cause réelle et sérieuse ». Le tribunal des prud’hommes vient de leur donner raison. Ils seront donc indemnisés pour compenser le préjudice subi.

La CGT dénonce les millions d’euros d’aides publiques octroyés sans contrepartie. Voici le communiqué de sa branche Textile Habillement Cuir Blanchisserie en Haute-Loire :

"Les salariés de Cheynet licenciés enfin indemnisés

Il aura fallu 2 ans et demi de procédure pour que le tribunal des prud’hommes du Puy en Velay reconnaisse un dédommagement pour les salariés de Cheynet licenciés. Le tribunal de commerce de Lyon prononçait en mars 2019 la liquidation judiciaire de cette entreprise textile de St Just Malmont et le licenciement de ses 187 salariés. La CGT avait cherché un repreneur pour sortir de l’incompétence de M. Giraud, dont la gestion a conduit à ce désastre industriel. Alors que le syndicat avait de nombreuses fois donné l’alerte, des millions d’Euros d’aides publiques ont été donnés par la région, le département et l’état sans contrepartie ni sur le maintien de l’outil de production, ni sur la sauvegarde des emplois. C’est à chaque fois beaucoup de communication et de photos sur les relocalisations d’un côté, puis la réalité des licenciements pour les salariés ou leur famille de l’autre.

Comme elle l’a fait à Lejaby à Yssingeaux ou plus récemment à Plastica à Ste Sigolène, la CGT défend la préservation de l’emploi comme des outils de production. Tant pour des raisons sociales qu’environnementales il y avait un projet industriel possible de « textile made in France » dans cette partie de la Haute-Loire. Hier comme aujourd’hui, ceux qui n’acceptent ni dans la société, ni dans l’entreprise les contrepouvoirs et mettent en œuvre les reculs des droits des salariés sont responsables de la situation. Le 5 octobre le tribunal des prud’homme a rendu justice et comme la CGT l’annonçait, elle a fait condamner ceux qui portaient le mandat de la société Cheynet. Ce sont plusieurs dizaines de salariés qui voient leur licenciement reconnu « sans cause réelle et sérieuse » et qui vont percevoir des milliers d’Euros qui reviennent sur le territoire au titre du préjudice subi. La CGT Textile Habillement Cuir Blanchisserie 43 sera toujours du côté des salariés et de l’emploi sur tout le département."

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire