Entreprise Cheynet : les salariés veulent garder espoir

mer 23/01/2019 - 11:27 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

L'entreprise Cheynet & Fils, installée à Saint-Just-Malmont, avait été placée en liquidation judiciaire le 5 décembre dernier. Les repreneurs potentiels avaient jusqu'au 15 janvier 2019 pour déposer leur candidature. Mais à cette date, le tribunal de commerce de Lyon a décidé de reporter son délibéré au 5 février 2019. "On a bon espoir qu'il y ait une prolongation jusqu'en mars", commente Fabrice Souveton de la CGT 43. Car l'information circule dans l'entreprise que "quelques visites auraient été organisées" dans le cadre d'une possible reprise de la société spécialisée dans la création et l'édition de rubans élastiques. Un groupe international et une société régionale de textile auraient manifesté un intérêt pour l'entreprise Cheynet, sans toutefois avoir jusque-là déposé une offre officielle de reprise.

>> À lire : St-Just-Malmont : situation critique chez Cheynet & Fils

"Cheynet est le premier fabricant de rubans élastiques en Europe. C'est un bel outil toujours opérationnel avec des salariés qui ont un réel savoir-faire, réagit Thomas Vacheron, délégué CGT 43. On doit trouver une solution pour l'usine, pour les salariés et leur savoir-faire, pour le territoire. En Haute-Loire, ce sont près 400 emplois directs qui sont menacés ou qui ont disparu ces derniers mois. On atteint le millier pour les emplois indirects." Le délégué syndical fait là référence aux annonces de fermeture de Copirel à Mazeyrat-d'Allier, du centre de l'Afpa à Saint-Germain-Laprade ou encore de Nov'Mode à Brioude. Et de promettre : "Il faut qu'il y ait des repreneurs et nous surveillerons qu'aucune entrave n'ait été faite pour éviter la reprise de l'entreprise."

Si aucun préavis n'a été déposé pour l'heure -- malgré le placement en liquidation judiciaire, l'activité de l'entreprise est maintenue -- l'idée pour les salariés de faire grève n'est pas exclue. Rappelons que 189 emplois sont menacés. 

>> À lire aussi : Vidéo : le textile n'appartient pas au monde d'hier

Point sur la situation depuis le 30 novembre 2018 :

Un nouveau rebondissement dans l'affaire Cheynet & Fils. Suite à une forte chute de son chiffre d'affaires, l'entreprise de textile installée à Saint-Just-Malmont avait annoncé au mois de novembre devoir procéder à une déclaration de cessation des paiements auprès du tribunal de commerce. Au mois de mai dernier, les représentants de la CGT 43 avaient alerté le préfet de la Haute-Loire sur "la situation inquiétante de l'entreprise de textile Cheynet", précisant que "la mauvaise gestion de l'entreprise et le non suivi des aides publiques (soit 2 millions d'euros : Région AURA, Etat, Département, Communauté de communes Loire Semène et commune de Saint-Just-Malmont, Ndlr) représentaient une menace pour l'emploi". L'audience du tribunal de commerce de Lyon avait été fixée au 5 décembre 2018. Date à laquelle l'entreprise a été placée en liquidation judiciaire.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire