Une nouvelle formation "Tourisme" à l'Hôtel-Dieu

jeu 13/02/2020 - 16:29 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

"Nous cherchions depuis un long moment comment exploiter ce site", a expliqué en préambule Michel Joubert, le Président de l'agglomération du Puy-en-Velay ce mercredi 12 février 2020 lors du conseil communautaire.
L’Université Catholique de Lyon a manifesté son intérêt d'y développer une formation d’enseignement supérieur, de niveau Master, consacrée aux métiers du tourisme. Les locaux seraient loués, à un tarif qui demeure à déterminer. "C'est une opportunité intéressante, et ça conforte la présence d'étudiants sur notre territoire", a commenté le chef de l'exécutif, "car beaucoup arrêtent leurs études après le bac ou un BTS, car c'est trop loin ou trop cher".

Malgré un budget de 18 millions d'euros et de nombreuses expos, un espace sous exploité
Bâtiment séculaire, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ayant connu de nombreuses vocations au fil de son histoire, l’Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay est un lieu majeur d’expositions et de séminaires. Mais depuis quelques années, son exploitation n'est pas à la hauteur des investissements qui ont pu y être réalisés. "Grâce à la mobilisation de tous, aussi bien les différentes équipes municipales qui se sont succédées que l’Etat, le Conseil Régional ou le Conseil Général, le projet de rénovation a pu être mené à son terme. Avec un budget de 18 millions d’euros, ce chef d’œuvre du patrimoine a ainsi pu être sauvé", relatait Zoomdici en mai 2011.
Depuis sa réhabilitation complète en 2014, il accueille plusieurs usages, notamment le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP), en lien avec la labellisation «Pays d’Art et d’Histoire» du territoire (niveaux 1 et 2), des espaces d’exposition temporaire et de manifestations (niveaux 3 et 4) ou encore des bureaux à usage administratif et des salles de réunion (niveau 5). Il y a bien eu des expos à succès, comme celle de Picasso en 2017, celle du Louvre, qui avait prêté 26 oeuvres en 2011 ou encore celle sur les araignées en 2012... mais il apparaît, après quelques années de fonctionnement, que l’occupation de certains espaces pourrait être optimisée.

"Dans le projet initial de l'Hôtel-Dieu, il n'a jamais été question que l'argent public serve à investir pour attirer une société privée"
Le conseiller d'opposition Laurent Johanny a une nouvelle fois été la seule voix à s'élever contre le projet de la majorité. "Cet équipement est aussi un marqueur fort de la laïcité sur le territoire, et j'y tiens personnellement", nous a-t-il confié. Il explique au micro de Zoomdici les raisons qui l'ont poussé à voter contre ce projet.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Dans "le prolongement du BTS Tourisme proposé par les lycées St Jacques de Compostelle et Simone Weil"
Les élus communautaires souhaitent porter une réflexion afin de profiter au mieux de l'espace qu'offre ce lieu emblématique situé au cœur du secteur historique de la ville du Puy-en-Velay. L'Université catholique de Lyon s'est manifestée afin de développer une formation d'enseignement supérieur, de niveau master, consacrée aux métiers du tourisme.
Cette nouvelle filière "permettrait d’offrir localement un débouché intéressant aux étudiants", rapporte Michel Joubert, et s’inscrirait totalement dans "le prolongement du BTS Tourisme proposé par les lycées St Jacques de Compostelle et Simone Weil", même si le conseiller d'opposition Laurent Johanny estime que "cette formation aurait pu être dispensée par les lycées ponots".

"Une occupation optimale et cohérente, centrée sur une vocation touristique"
Cette formation accueillerait des promotions d’une vingtaine d’étudiants par niveau (Bac+3 à Bac+5), avec la perspective de l’installation d’une première promotion (Bac+3) dès la rentrée universitaire prochaine (septembre 2020). La localisation de ces formations pourrait se situer au niveau 3 de l’Hôtel-Dieu, selon des modalités techniques et financières restant à définir.
Pour les élus, compte tenu de ces nouveaux usages, tout en maintenant le CIAP aux niveaux 1 et 2 et les locaux administratifs au niveau 5, "le bâtiment de l’Hôtel-Dieu bénéficierait d’une occupation optimale et cohérente, centrée sur une vocation touristique, que ce soit en matière de formation, de découverte du territoire ou d’un spectacle immersif", en référence au nouveau site Puy de Lumières pour 2020 qui se fera en journée et à l'intérieur de l'Hôtel-Dieu.

Un peu d'histoire
Construit à la fin du XIe siècle, l’Hôtel-Dieu (appelé Notre-Dame-des-Pauvres) est à ses débuts un lieu de charité puis devient un hôpital à partir du XIVe siècle. Après la Révolution française, le lieu est associé à l’Hôpital Général sous l’appellation "Les Hospices du Puy". Des actes de chirurgie seront pratiqués jusque dans les années 1930 alors que la construction de l’hôpital Emile Roux débute. A partir des années 1980, le bâtiment est en déshérence.
Ce n’est qu’au début des années 2000 que le bâtiment est classé conjointement avec la cathédrale au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre du point de départ historique des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 2014, le bâtiment de l'Hôtel-Dieu a fait l'objet d'une réhabilitation complète.

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire