Un des projets des Maillots du Cœur s’effondre

Par Nicolas Defay jeu 05/05/2022 - 06:00 , Mise à jour le 05/05/2022 à 06:00

L'incompréhension. L'amertume. Et l'écœurement. Tels sont les sentiments qu'éprouvent les instigateurs des Maillots du Cœur, cette asso en lutte depuis 3 ans contre le spleen que tout enfant subit avant une opération à l'hôpital. Explication.

Seuls les altiligériens vivant dans une grotte ou une exoplanète n’ont pas entendu parler des Maillots du Cœur. Depuis presque 3 ans, l’association ponote récolte des maillots d’équipes sportives prestigieuses, signés par les meilleurs joueurs, pour décorer les services hospitaliers où les enfants attendent leur passage en salle d’opération. L’idée est aussi et surtout de transformer certains de ces maillots, en blouse opératoire, octroyant ainsi des forces de « super héros » aux petits malades.

Le PSG, l’ASSE, le Stade Brestois, Montpellier, le Clermont-Foot, le Puy Foot, le FC Chamalières, l’OL, Le Saint Germain Blavozy handball, Le COP Rugby, …depuis le premier maillot reçu en 2019 à aujourd’hui, innombrables sont les clubs du ballon rond, ovale et autres qui ont tendu la main chargée de ces tissus recouverts d’autographes.

Les Maillots du Cœur et leurs innombrables partenaires

Sur le bassin ponot, les partenaires se bousculent également pour faire partie de cette aventure solidaire. La plupart des commerçants de la zone de Chirel ont levé le doigt en ce sens, fournissant des jouets, des tablettes, du mobilier, des dons financiers...Dernièrement, le club de pétanque du Puy a mobilisé ses joueurs le 18 mars pour proposer un concours Gentleman avec la participation de grands champions de pétanque mondialement connus.

Pierre Lemos, deux fois finisher du Bol d’Or de moto, met également la main à la pâte, tout comme les champions d’enduro (25 maillots dédicacés collectés à Langeac lors de la finale du championnat du monde du Grand prix de France d’Enduro), les apnéistes de l’équipe de France ou encore Ada Hegerberg, attaquante de l'Olympique Lyonnais, ballon d'or 2018. Un élan de solidarité est également né sur Langeac.

Isabelle Hostin (avec le micro) et les dirigeants du Puy Foot.
Isabelle Hostin (avec le micro) et les dirigeants du Puy Foot. Photo par DR

« Ce partenariat s’est littéralement effondré le 11 avril 2022 »

« Dans ce projet, nous avions sollicité les hôpitaux locaux de la Haute-Loire, explique Isabelle Hostin, pilier de l’association. Et seule la Clinique Bon Secours nous avait ouvert les portes à l’époque. Tout récemment, l’hôpital Emile-Roux s’est penché sur nos actions. La dernière opération de solidarité, c’est à dire le concours de pétanque, était justement destinée à son service pédiatrique pour équiper les enfants. Tout l’argent recueilli devait être utilisé pour le nouveau service de pédiatrie et ses urgences ».

Elle ajoute, écœurée : « Nous étions super contents d’avoir un lieu de plus, et de surcroît très important, pour le seul bien des jeunes malades. Mais ce partenariat s’est littéralement effondré le 11 avril 2022. »

Le projet des Maillots des Champions ? Comme les Maillots du Cœur

Ce jour-là, Isabelle Hostin, Stéphane Lac et Armin Mujkanovic, les « trois mousquetaires » des Maillots du cœur prennent connaissance d’une toute nouvelle entité issue de 4 infirmiers anesthésistes du bloc opératoire d’Émile-Roux. Ces soignants baptisent leur « idée » ...Les Maillots des Champions. Leur projet ? « Transformer des maillots de foot ou de rugby en chemises d’hôpital », est-il écrit sur leur plaquette verte et blanche. Ce qu’ils souhaitent ? Établir des partenariats avec des grands clubs sportifs qui se révèlent être en majorité les mêmes que ceux des Maillots du cœur.

Les pros de l'Enduro, plein gaz avec les Maillots du Coeur.
Les pros de l'Enduro, plein gaz avec les Maillots du Coeur. Photo par DR

La peur de mettre le doute

« Le 11 avril, ce n’est pas eux qui nous ont envoyé leur plaquette mais le club du Puy Foot qui l’avait reçu, mentionne Isabelle Hostin. La direction du club de foot ne comprenait plus rien. Elle ne savait pas ce qu’était les Maillots des Champions qui demandaient des maillots pour les enfants de l’hôpital Émile-Roux comme les Maillots du Cœur. Et j’imagine bien que les mêmes questions ont dû se poser chez tous les clubs et commerces ayant signé un partenariat avec nous. »

L’appréhension des Maillots du Cœur est alors de perdre toute cette crédibilité et cette confiance qu’ils ont forgé au fil du temps en multipliant les événements solidaires. « Nous avons eu peur qu’en tirant la manche des partenaires adhérents à notre projet, les maillots des champions installent un sentiment d’incompréhension et de méfiance sur le devenir des fonds récoltés », précise Isabelle Hostin.

Durant le concours de pétanque avec les plus grands noms du milieu.
Durant le concours de pétanque en mars avec les plus grands noms du milieu. Photo par DR

« Son argument d’avoir eu l’idée avant sans que rien ne le prouve m’a particulièrement excédée ! »

Toujours ce même jour, Isabelle Hostin appelle l’un des quatre instigateurs des Maillots des Champions. « Je voulais savoir pourquoi ils faisaient cela, pourquoi ils plagiaient en grande partie nos idées et pourquoi ils contactaient nos partenaires, grince-t-elle. Le contact m’a répondu qu’ils avaient eu l’idée bien avant nous, il y a trois ans de cela ».

Elle continue : « Je lui ai alors demandé s’ils avaient informé la cadre de santé du service de pédiatrie d’Émile-Roux avec qui nous avions convenu d’utiliser toute la recette récoltée par le concours de Pétanque à leur bénéfice. Il m’a dit que non, cela avait été juste à l’état d’idée, que le confinement et le Covid avaient mis en sommeil leur projet mais que leur idée pouvait prendre forme maintenant ».

Les dents serrées, elle assène : « Son argument d’avoir eu l’idée avant nous, sans que rien ne le prouve m’a particulièrement excédée ! Surtout que le Docteur Largeron a mis en place les maillots blouses depuis 2018, à la clinique Bon Secours ».

Les filles du SGBHB handball N3 aux côtés des Maillots du Coeur.
Les filles du SGBHB handball N3 aux côtés des Maillots du Coeur. Photo par DR

La porte est fermée à Émile-Roux mais ouverte à Sainte-Marie

Malgré tout, Isabelle Hostin propose aux quatre anesthésistes de se rencontrer afin de pouvoir travailler ensemble. « Mais depuis le 11 avril, je n’ai eu aucune nouvelle de leur part », se désole-t-elle. Ce manque de communication aura coûté ce projet aux Maillots du Cœur. Les principales victimes là-dedans ? Les enfants hospitalisés.

Blessés, les trois mousquetaires décident alors d’utiliser la recette, à l’origine destinée au Centre hospitalier Émile-Roux, pour l’hôpital Sainte-Marie. « Bien entendu, l’argent n’est nullement pour nous ! insiste Isabelle Hostin. Jamais ! Aussi, c’est l’Unité d’hospitalisation temps plein enfants adolescents qui en sera bénéficiaire ».

Ce service Pôle Enfant porte trois projets que les Maillots du Cœur essayeront de mener à bien avec l’aide de leurs solides partenaires. Il s'agit d'équiper en tablette un groupe de paroles et d'expression pour favoriser le dialogue dans un cadre rassurant. Une activité thérapeutique d'équithérapie sur dix mois est aussi en projet. Enfin, le Pôle Enfant souhaiterait faire l'acquisition d'un babyfoot professionnel qui servirait au développement du lien social, de la confiance en soi et d'aborder l'important travail cognitif.

Stéphane Lac et Armine Mujkanovic entourent Roland Romeyer de l'ASSE.
Stéphane Lac et Armine Mujkanovic entourent Roland Romeyer de l'ASSE. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire