Enfants malades : une solidarité d'une ampleur jamais atteinte en Haute-Loire et au-delà

Par Nicolas Defay ven 22/10/2021 - 06:30 , Mise à jour le 22/10/2021 à 06:30

Il y a des choses dont les altiligériens sont fiers et qui font l'essence de leur territoire. La lentille, le Chemin de St-Jacques, la cité mariale...À présent, la Haute-Loire peut se targuer d'être devenue une source d'inspiration nationale quant à sa générosité au profit des enfants hospitalisés.

Ce jeudi 21 septembre, une grande opération de solidarité a clôturé la première étape d'une aventure inédite. Au bout d'un an et demi de travail, Armin Mujkanovic, patron de Sport 2000 à Chirel, Stéphane Lac, militaire au Puy-en-Velay, Isabelle Hostin, secrétaire adjointe d'Une rose Un espoir et Presidente de Sur les Chemins de l’espoir, et Jacques Largeron, urologue à la clinique Bon secours et président du conseil du bloc, peuvent sabrer le champagne. À eux quatre, en combinant leur carnet d'adresse, leur expérience et leur volonté, ils ont réussi à mutualiser une quantité phénoménale de forces vives au seul profit des enfants malades et hospitalisés dans la clinique privée.

"Cela fait vraiment chaud au cœur notamment dans ce contexte sanitaire particulier"

"La genèse ?, répète le docteur Jacques Largeron, Elle vient surtout d'Isabelle, d'Armin et de Stéphane. D'une simple idée de maillots de foot, on ne pensait pas du tout que cette opération prendrait autant d'ampleur. Nous avons été totalement dépassés par la générosité des sportifs et des donateurs. Cela fait vraiment chaud au cœur notamment dans ce contexte sanitaire particulier".

Il ajoute : "Localement, la plupart des commerçants de la zone de Chirel ont participé pleinement, tout comme les clubs sportifs ponots. C'est même allé au-delà quand on voit les grand clubs de foot de ligue 1 qui ont offert des maillots avec la signature des joueurs".

"En moyenne, il y a de 4 à 5 enfants par semaine prévus pour une opération à la clinique. La durée d'hospitalisation est d'environ 3 à 4 jours. Une éternité pour un très jeune patient !" Jacques Largeron

"Les bénéfices apportés nous mettent des étoiles dans les yeux !"

Outre les maillots signés issus du PSG, de l'ASSE, du Stade Brestois ou encore de Montpellier pour ne citer qu'eux, ce sont des dons financiers, de matériels en tout genre et de jouets des commerçants de la zone Chirel qui ont rempli l'espace de Bon secours. "C'est un projet qui nous a pris beaucoup de notre temps, livre Stéphane Lac. Mais les bénéfices apportés nous mettent des étoiles dans les yeux ! Quand on sait que tout ça, tous ces dons, toutes ces actions par toutes ces personnes vont aux enfants hospitalisés, ce n'est que du bonheur".

Un robot de l'ASSE pour les enfants

Roland Romeyer, président de l'ASSE, est venu chargé d'une machine immersive. Ce robot sera connecté aux tablettes de la clinique Bon secours. L'enfant, depuis sa chambre d'hôpital, pourra contrôler la machine dans les travées du stade Geoffroy Guichard pendant un match. Il la dirigera ainsi à sa guise. Il aura la possibilité d'aller au bord du terrain, de regarder le match en direct et d'interagir avec les joueurs avant et après la rencontre.

"Avec un maillot de son équipe préférée sur le dos, l'enfant se sent (…) capable de remporter n'importe quel match contre la maladie"

Le principe des maillots de foot dédicacés par les joueurs des grands clubs français (et même de Jérusalem par l'intermédiaire de Gaétan Varenne, ancien footballeur au Puy) est, d'un côté, de les exposer dans les pièces où seront les jeunes patients et, d'autre autre côté, de transformer ceux dépourvus de signature en blouse opératoire que l'enfant portera jusqu'au bloc. "Avec un maillot de son équipe préférée sur le dos, l'enfant se sent plus fort, plus courageux et capable de remporter n'importe quel match contre la maladie", partage Isabelle Hostin.

Quelques uns des maillots issus des clubs de ligue en France. Photo par Nicolas Defay

"En France, je pense qu'on fait partie des premiers à lancer ça"

Si l'énorme travail de contact des clubs sportifs revient à Armin, Stéphane et Isabelle, l'idée de muter les maillots en blouse opératoire provient de Jacques Largeron. "Ce procédé est très répandu en Espagne comme dans l'hôpital de Barcelone par exemple, confie-t-il. J'ai trouvé cette idée incroyable pour rassurer l'enfant et le rendre serein. En France, je pense qu'on fait partie des premiers à lancer ça. En 2019, nous avions déjà proposé cette solution avec 5 maillots. Là, grâce aux trois compères, nous en aurons plus de trente !"

L'urologue précise qu'il y a également des blouses opératoires constituées avec du tissu imprimé de princesses Disney pour les petites filles. Et pour la confection, c'est la couturière Marie-Laure Dumas et ses doigts de fée responsable de ce tour de magie.

Stéphane Lac et Cédric Lopez, président de la zone commerciale de Chirel. Photo par Nicolas Defay

Une contagion de solidarité

Cette grande opération s'est tellement développée qu'elle a inspiré d'autres établissements dans l'Hexagone. "C'est une réussite plus que totale, lance Stéphane Lac enthousiaste. La Châtaigneraie à Beaumont, un hôpital de la Saône-et-Loire, un autre de l'Yonne, un autre aussi dans le secteur de Montpellier se sont mis à copier notre action pour leurs patients."
Il continue : "Bon secours est intégrée à un groupe de 140 cliniques. Toutes ont été séduites par le projet et ont demandé de le pérenniser dans la totalité du groupe !"

"Bientôt, il va y avoir d'autres choses qui vont s'ajouter"

L'autre conséquence notable de ce succès est la naissance d'une association. "Devant l'emballement des autres cliniques après notre action, nous avons eu envie d'aller plus loin dans l'aide apportée aux enfants, précise Isabelle Hostin. Nous avons ainsi créé l'association Les maillots du Cœur. Son premier battement de cœur résonnera officiellement dès ce vendredi 22 octobre 2021".

À ses côtés, Armin Mujkanovic souligne : "Aujourd'hui est le prélude du projet. Bientôt, il va y avoir d'autres choses qui vont s'ajouter, des actions que nous ne pouvons pas encore dévoiler mais qui seront tout autant d'envergues que cette première et sensationnelle preuve de solidarité".

De gauche à droite, Stéphane Lac, Isabelle Hostin et Armin Mujkanovic. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire