Sit-in au pied de la cathédrale pour les Crématistes 43

ven 21/06/2019 - 02:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

"Pour un crématorium en Haute-Loire", "Non au désert crématiste en Haute-Loire", "Un crématorium ne pollue pas"... Assis sur les marches de l'escalier qui mène jusqu'à la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay, les membres de l'association Crématistes 43 tenaient entre leurs mains des panneaux qui ont attiré le regard des passants. Et parmi ces passants, les élus de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay qui, un peu avant 18h30, se rendaient au conseil communautaire qui se tenait ce jeudi 20 juin 2019 à l'Hôtel-Dieu du Puy. "Pourquoi ce qui est possible dans la quasi-totalité des départements français, ne l'est pas en Haute-Loire ?, s'interroge Jean-Pierre Charrat, vice-président de l'association Crématistes 43. Nous avons voulu montrer que notre volonté de construction d'un crématorium en Haute-Loire est intacte. Mais nous sommes aussi ici pour informer la population. N'ayez pas peur, un crématorium ne pollue pas." Des propos qui font directement référence à un des arguments avancés par les opposants au projet d'implantation d'un crématorium à Saint-Hostien.

>> Retrouvez l'origine de ce projet à Saint-Hostien dans l'article de Zoomdici : Crématorium du Velay : enfin le bout du tunnel 

Au début du mois de juin, ce projet de crématorium avait fait l'objet d'un référendum organisé par la mairie de Saint-Hostien. Sur les 536 habitants de la commune appelés à voter, 340 avaient pris le chemins des urnes. Suite au dépouillement des bulletins de vote, c'est le "non" qui l'avait emporté. Le projet avait alors été enterré, à Saint-Hostien en tout cas. Soulagés de cette décision, les opposants avaient assuré ne pas être contre la crémation "mais contre le lieu d'implantation du crématorium, dans une cuvette. [...] Il faut que ça se fasse dans une zone qui soit telle que les vents puissent évacuer les gaz, les vapeurs nocives, pour qu'elles ne s'accumulent pas même si elles sont conformes aux normes."
"La pollution d'un crématorium est inférieure à celle d'une voiture qui fait 15 000 km par an"
Jean-Pierre Charrat nous invite à consulter le logiciel Google Earth et d'y entrer l'adresse des crématoriums de Montpellier, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, Vichy et Roanne : "vous verrez que ces crématoriums sont ceinturés par des habitations dont certaines ont été construites après la création de ces crématoriums. Pensez-vous que ces gens soient complétement fous, qu'il n'y ait qu'à Saint-Hostien qu'on soit intelligent ? La pollution d'un crématorium actuellement, avec les dernières normes en vigueur depuis 2018, est inférieure à celle d'une voiture qui fait 15 000 km par an."

A lire aussi : Pour ou contre un crématorium à Saint-Hostien ? Le point en quatre questions

Les Crématistes 43 gardent une certaine amertume de cet épisode qui aura duré deux ans à Saint-Hostien, mais ils souhaitent aller de l'avant et voir ce projet de crématorium se concrétiser quelque part en Haute-Loire. "Je crois que Monsieur Defix est sur une nouvelle piste et nous lui faisons entièrement confiance à ce sujet", précise Jean-Pierre Charrat qui regrette que le vice-président de l'Agglo du Puy "ne soit pas plus soutenu".
Un permis de construire signé avant fin 2020 ?
Interrogé juste avant qu'il ne prenne place aux côtés de Michel Joubert, président de l'Agglo du Puy, Adrien Defix confirme une nouvelle fois être sur une nouvelle piste pour sortir le département d'une situation particulière au niveau national puisque "la Haute-Loire et la Lozère sont les seuls départements de France à ne pas avoir de crématorium [...] Cette semaine encore dans ma commune [Coubon, Ndlr] une famille a dû attendre plusieurs jours pour une crémation sur Saint-Etienne ou sur Clermont-Ferrand. C'est une famille en souffrance qui ne peut pas faire son deuil." Mais ce plan B pourra-t-il se concrétiser rapidement ou faudra-t-il attendre encore 30 ans ? "Nous sommes à quelques mois des élections municipales, il y a un peu plus de frilosité du côté des élus. Mais on y arrivera. Je veux rester optimiste et je me dis qu'on pourrait avoir, avant la fin de 2020, un permis de construire signé, si la première pierre n'est pas déjà posée."
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire