Rosières : le revêtement de la voie verte divise

mer 15/11/2017 - 11:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

La Galoche, ancienne ligne de chemin de fer supprimée en 1950, a été aménagée en voie verte. Elle est fortement fréquentée par des randonneurs, les cyclistes et les cavaliers. Fermée aux véhicules les dimanches et jours fériés, elle est limitée à 30km/h en semaine et interdite aux plus de 7 tonnes.

Cette portion doit être transformée dans le cadre de la Via Fluvia, une "véloroute du tourisme régional" de 110 km continus et sécurisés sur les traces de l’ancienne voie ferrée. Les premiers plans datent de juin 2015. "C'est le bébé de Laurent Wauquiez, qui veut uniformiser le parcours pour qu’une entité visuelle attire les touristes", confie une élue de Rosières souhaitant garder l'anonymat. La Via Fluvia lui tient effectivement à coeur. Les gravillons actuels devraient être remplacés par un enrobé "novateur" selon la région. Un assemblage qui serait composé de revêtement poreux et de béton solaire.
''Compliqué pour les agriculteurs''
L'annonce de ce projet a suffi pour que les rumeurs pleuvent. Un mouvement d’opposants a été créé. L'élue citée plus haut en fait partie. Pour elle, "ce projet est destiné au vélo-route, ce qui va rendre l'accès très compliqué pour les randonneurs et les cavaliers, mais également les agriculteurs, qui doivent emprunter cette voie pour accéder à leurs prés". Vincent Gérenton, un autre opposant, s'inquiète du budget : "Ça va coûter les yeux de la tête. De Lavoûte-sur-Loire à Saint-Julien-du-Pinet, ils annoncent 500.000€ pour 13,3km. Mais ce sera probablement plus proche du million".
''La poussière rentre partout chez nous''
Pour certains habitants de l'Emblavez, la Galoche est un patrimoine historique. D'où l'attachement viscéral à cette voie verte, et une opposition parfois virulente. Mais pour d'autres, les travaux sont nécessaires. Un riverain qui désire conserver l’anonymat confie : "Je suis entièrement pour, car il n’y aura plus de poussière, de motos, de quads qui passent et lèvent cette poussière qui rentre partout chez nous. J’ai une voiture qui a été foutue en 18 mois à cause de cette poussière. Mon épouse qui garde les enfants serait également soulagée de voir cette voie asphaltée car les parents des enfants rechignent souvent à faire le kilomètre qui nous sépare du bourg. L’hiver c’est dangereux."

Un groupe d'opposants d’une trentaine de personnes prépare le rassemblement pour la "sauvegarde de la Galoche" (voir photo ci-dessous). Ils espèrent de nombreux volontaires pour créer une chaine humaine ce samedi 18 novembre 2017. Rendez-vous est donné à 14h30 à la gare de Rosières. Les participants pourraient être placés pour former un message, le tout éventellement filmé par un drone.
D.W.

Contactée, la mairie de Rosières ne nous a pas encore répondu à ce jour.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire