Tous

Auvers

Le Mont Mouchet en manque de notoriété : François Hollande à la rescousse

dim 06/07/2014 - 17:33 , Mise à jour le 06/07/2014 à 17:33

Rien de comparable aux foules rassemblées le 6 juin dernier pour le 70ème anniversaire du débarquement en Normandie. Et pourtant, ce dimanche 6 juillet 2014 a vu le nombre de participants doubler pour les commémorations des combats de la Résistance du Mont Mouchet. Si l'on demande à Sarah, élève de 3ème au collège Joachim Barrande de Saugues, pourquoi elle est là aujourd'hui : la réponse est nette : « pour voir François Hollande ».

 

Un maquis de 2 500 hommes et femmes
Ils étaient ainsi environ 500 à avoir fait le déplacement aux confins de la Haute-Loire, du Cantal et de la Lozère en cette matinée estivale. Le double de l'affluence d'une année normale à en croire Fabienne Biscarat, conseillère municipale à la commune d'Auvers, où se trouve le Mont Mouchet. La venue du président de la République – prévue initialement le 9 juin dernier – aura donc braqué les projecteurs sur ce haut lieu de la Résistance.
----Premier du genre
Le Mont Mouchet est le premier monument de France érigé à la mémoire des combattants de la Résistance. La première pierre a été posée en 1946.-----Car ce-dernier en a cruellement besoin. Face à des maquis comme le Vercors, le Mont Mouchet reste dans l'ombre. Et pourtant, 2 500 hommes et femmes (notamment à l'hôpital de campagne) s'y étaient rassemblés sous le commandement du colonel Gaspard, Emile Coulaudon de son vrai nom. Un "rassemblement hétéroclite" selon les mots de François Hollande dans son discours : des cultivateurs, des boulangers, des artisans, des ouvriers, mais aussi le biophysicien Paul Reiss, un futur phylosophe, Georges Canguilhem, alors médecin de l'hôpital de campagne... A cela s'ajoutent un millier de résistants à Saugues, autant à La Tuilière et 500 au Lioran. Parmi les maquisards du Mont Mouchet, 280 ont été tués par l'armée allemande, sans compter la centaine de civils qui a péri dans l'assaut.

 

 

Maxime Pitavy et Annabel Walker

  

Françoise Fernandez est ancienne professeure d'histoire dans un collège de Volvic et responsable de la muséographie du Mont Mouchet. Pour elle, il s'agit d'une histoire de famille, avec un grand H.

{{audio1}}

 

 

Damien va entrer en troisième au collège Joachim Barrande de Saugues. Son papy, Jean-Baptiste, lui parle parfois de cette période sombre de la France.

 

{{audio2}}

 

 

----Malaises
Malgré la présence de bénévoles de La Croix Rouge offrant des madeleines et de l'eau au public, pas moins d'une douzaine de personnes ont été victimes de malaises au fil de la matinée. En cause : l'attente débout sous le soleil et peut-être l'émotion... C'est en tout cas ce qui est arrivé à la collégienne qui accompagnait François Hollande, avec un de ses camarades, pour le dépot de gerbe, à peine la couronne mise en place. Le président est ensuite allé dans la camionette des pompiers pour voir si elle se sentait mieux.
-----Parmi les fidèles, 19 des 43 vétérans du Mont Mouchet et leurs familles étaient présents. De nombreuses personnalités politiques également : les membres du conseil constitutionnel Jacques Barrot et Michel Charasse, les sénateurs Jean Boyer et Gérard Roche, le député de la circonscription Jean-Pierre Vigier, le conseiller régional André Chapaveire, les conseillers généraux Marie-Agnès Petit et Guy Vissac, la maire de Vorey Cécile Gallien ou encore le maire de Saugues Michel Brun... Le député-maire du Puy-en-Velay, Laurent Wauquiez, quant à lui, nous avait déjà fait savoir en amont qu'il ne serait pas présent puisqu'il ne s'agit pas de sa circonscription (lire l'article).

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire