Le maire du Puy devient l'homme le plus influent à l'UMP après Nicolas Sarkozy

jeu 04/12/2014 - 11:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

Ce jeudi midi, Nathalie Kosciusko Morizet avait finalement accepté d'être vice présidente déléguée. L'UMP précise qu'elle devient ainsi n°2 du parti. Mais, en fait, le vrai n°2 ce sera bien le député-maire du Puy puisqu'il aura en charge les domaines clés des investitures aux élections, de la formation et des fédérations.


> Voir le communiqué de l'UMP tombé ce vendredi matin, à 8 heures.

La situation jeudi :

UMP : NKM n°2 mais Laurent Wauquiez n°2+ ?

L'UMP referait-elle le coup de l'armée mexicaine ? Nicolas Sarkozy devait choisir entre Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet. Ce jeudi midi, la parisienne a été nommée officiellement vice-présidente déléguée de l'UMP. Laurent Wauquiez devrait être nommé officiellement secrétaire général venderdi matin. Mais qui supplante qui alors ?

La question que tout le monde se posait encore ce jeudi 4 décembre 2014 au matin c'était "qui sera secrétaire général de l'UMP, soit n°2 du parti derrière Nicolas Sarkozy?" En milieu de matinée, BFM TV annonçait que c'était Laurent Wauquiez qui avait été choisi par Nicolas Sarkozy pour devenir secrétaire général de l'UMP, aux dépens de Nathalie Kosciusko Morizet qui aurait finalement accepté d'être vice-présidente de l'UMP, poste plus honorifique.

Selon la chaîne d'info en continue, Laurent Wauquiez hériterait dans ce schéma des domaines clé des élections, de la formation et des fédérations. Il serait épaulé par trois adjoints: le fillonniste Eric Ciotti, le juppéiste Benoist Apparu, et Gérald Darmanin, ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy et proche de Xavier Bertrand. En fin de matinée, c'est Le Monde qui allait dans le même sens, selon des sources officieuses.

----Mercredi soir, plusieurs nominations ont été annoncées au sein du parti après le premier bureau politique de Nicolas Sarkozy en tant que président de l'UMP. Il manquait encore le nom du fameux n°2.-----Quel poste correspond au n°2 ?
Ce jeudi midi, l'UMP publie un communiqué qui ne répond pas à la question de départ mais qui annonce que Nicolas Sarkozy a nommé Nathalie Kosciusko-Morizet "vice-présidente déléguée de l'UMP, numéro 2 du parti". Et de préciser : "Lui seront rattachés les secrétaires nationaux thématiques. Elle sera chargée de la refonte des statuts du mouvement, de la rénovation du parti, des relations avec les autres formations politiques et de la stratégie électorale" et jouira d'une totale liberté de parole.
Alors ce n'est plus le poste de secrétaire général qui est considéré comme n°2 ? C'est à n'y rien comprendre. Selon Le Parisien le poste du député-maire du Puy-en-Velay équivaut à la troisième position dans l'organigramme de l'UMP... Mais pas à en croire Le Point, qui affirme que Nathalie Kosciusko-Morizet hérite bien d'un lot de consolation en n'étant "que" vice-présidente déléguée.

Une nouvelle armée mexicaine
Comme au temps de l'élection contestée de Jean-François Copé en janvier 2013 avec la nomination de son équipe dirigeante où tout le monde était chef, telle l'armée mexicaine. Doit-on y voir le fruit des informations contradictoires glissées dans les oreilles des journalistes par les différentes gardes rapprochées ou par les équipes de communicants au service de chacun des deux poulains? En toute logique, l'UMP devrait émettre un nouveau communiqué prochainement pour annoncer le poste dévolu à Laurent Wauquiez.

Bref, quoi qu'il advienne, l'UMP prévient que le nouvel organigramme de l'UMP ne sera réellement redessiné qu' « au Congrès national du printemps prochain » mais que, d'ici là, « le bureau politique demeurera l’instance décisionnelle légitime ».

Annabel Walker

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire