La Semaine de l'environnement dure 10 jours à Vals

Par AP ven 04/06/2021 - 02:00 , Mise à jour le 04/06/2021 à 02:00

Du 5 au 14 juin, c'est dans l'objectif d'informer, de sensibiliser et de promouvoir les bonnes pratiques environnementales que de nombreuses actions sont proposées tout au long de dix jours d'événements à Vals près le Puy.

La situation sanitaire actuelle a fortement impacté grand nombre d’événements organisés par la commune. Néanmoins, en cette fin de printemps, l’équipe municipale organise une semaine dédiée à l’environnement qui se déroulera début juin (le 5 juin étant la journée mondiale de l’environnement).

Pour donner suite à une concertation entre des Valladiers, des professionnels, des élus, personnes sensibilisées et actives face à l’environnement et au développement durable, des actions au cours de cette 1ère quinzaine de juin ont été décidées.

Programmation de cette semaine de l'environnement

  • Samedi 5 juin, de 14 à 17h - Portes ouvertes du jardin associatif des Sokokis
    Ateliers autour du compostage (café compost), du jardinage, des oiseaux avec l’intervention des services du traitement des déchets de l’Agglo et de la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux). RDV au 11 chemin d’Eycenac à Vals près le Puy.
    L’association Le Jardin des Sokokis, jardin familial partagé, mettra en place des ateliers autour du compostage, du jardinage, des oiseaux avec l’intervention des services du traitement des déchets et la LPO.

Les élèves de l'ISVT ramassent les déchets

Ce vendredi 4 juin, les lycéens de l'Institut de la vie et de la terre de Vals mènent une opération de nettoyage des rues de la commune avec l'aide de la municipalité.

La commune précise que : "D’autres actions auront lieu d’ici la fin de l’automne dont la traditionnelle et conviviale journée de nettoyage prévue initialement en avril mais qui n’a pu avoir lieu vu les mesures sanitaires.

De plus, dans le jardin public Jacques Viscomte, la commune entreprendra la plantation d’arbres fruitiers et l’installation d’une ruche pédagogique en partenariat avec l’Agglo.

A ce jour et au vu des mesures sanitaires liées à la Covid, nous espérons pouvoir réaliser ce programme sur cette semaine de l’environnement. L’objectif est de faire un focus au niveau local sur quelques actions et de faire le point annuellement sur des projets en faveur de l’environnement et du développement durable sur la commune."

  • Mercredi 9 juin, à 18h30 - Réunion publique "Vivre au bord de l’eau"
    Comment préserver les trames vertes et bleues de notre commune : informations sur les droits et devoirs des riverains, sur l’entretien des berges et la lutte contre les espèces invasives. Présentation des risques d’inondation sur la commune (PPRI). RDV à 18h30 à côté des tennis extérieurs, parking du centre culturel de Vals, avenue Charles Massot.

La commune précise que : "Des informations sur les droits et devoirs des riverains seront données ainsi que sur la lutte contre les espèces invasives (la Renouée du Japon en particulier). Il est important de préserver les trames vertes et bleues de notre commune, véritables corridors écologiques. Enfin il y aura une présentation sur les risques d’inondation sur la commune (PPRI).

Au niveau de l’école, beaucoup d’actions et d’animations sont planifiées. La maternelle veut rentrer dans le projet éco-école, la municipalité l’accompagne. Des bacs à potager, un hôtel à insectes ainsi qu’un récupérateur d’eau ont été installés. De même, à l’école primaire, à la crèche, au centre de loisirs, plusieurs espaces seront investis par les enfants (à l’extérieur et à l’intérieur de l’école) avec la plantation de nombreux végétaux.

La sensibilisation des élèves à l’éco-mobilité sera entreprise en incitant à l’utilisation des modes de déplacements actifs ou partagés comme la marche, le vélo, les transports en commun, etc. pour les trajets domicile-école et pendant le temps scolaire."

  • Dimanche 13 juin, de 10 à 12h - Sortie botanique dans la Vallée du Dolaizon
    Une randonnée pour découvrir la richesse floristique du site classé avec les botanistes Mr PAREL et Mr PORTAL. RDV à 10h sur le parking du parc des Chibottes (sur la D31).

« La santé est un état de complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Organisation Mondiale de la Santé.

"La crise de la Covid 19 nous a rappelé cette caractérisation. Le confinement vécu péniblement par les citadins nous a démontré la nécessité d’espaces de respiration proches des grands cœurs urbains.

La vallée du Dolaizon propose une expérience unique de pleine nature à deux pas de la ville. L’objectif proposé par la commune de Vals-près-le Puy sur les années à venir, en partenariat avec l’Agglomération du Puy en Velay, est de continuer à promouvoir la découverte et la protection d’un patrimoine unique. Et aussi d’améliorer les cheminements dans la vallée du Dolaizon.

La commune veut privilégier les sports et loisirs de pleine nature (randonnées pédestres, trail...) en améliorant leur accessibilité aux différents publics, en pérennisant et en sécurisant leurs lieux de pratique. Cet hiver, la commune avec le partenariat de l’ISVT a défriché et réouvert plusieurs chemins, dont celui d’accès au barrage méconnu de la vallée. Ce barrage est encore debout et en eau, certainement dressé pour alimenter le tramway du Puy en 1896.

La commune continue aussi sa politique d’acquisition foncière de certaines parcelles pour que le secteur entre encore plus dans une logique collective de préservation. Les petits aménagements futurs doivent être compatible avec la sauvegarde des sites, des paysages et des milieux naturels mais aussi avec l’utilisation agricole.

Pour rappel cette partie de la vallée est classée à l'inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF de type 1). Mais elle est aussi, depuis 2016, le 14e site classé de la Haute-Loire. Ce classement de site de la DREAL reconnait, à travers une protection réglementaire forte, une valeur paysagère et patrimoniale remarquable. Il faut ainsi raisonner l’usage des lieux de pratiques, en tenant compte notamment des incidences environnementales.

En 2018 [sous l'équipe municipale précédente, Ndlr], la commune de Vals-près-Le-Puy a procédé pour des raisons de sécurité routière à la destruction d’un mur en pierre sèche dans le périmètre du site classé et cela sans autorisation. Après régularisation administrative, et dans le « but de prévenir toute nouvelle atteinte au patrimoine », le Ministère de la transition écologique a demandé que celle-ci soit accompagnée d’un inventaire des murets en pierre sèche sur le territoire. Celui-ci pourra ensuite permettre d’engager un projet de restauration sur ceux qui auront été identifiés comme les plus intéressants.

Cet inventaire consiste à réaliser un état des lieux du petit patrimoine lithique d’exception du site classé du Dolaizon et de la vallée des Chibottes : murets (terrasses, soutènement, enclos), escalier de pierres et ouvrages associés ainsi que bien sur les Chibottes ! L’objectif de l’inventaire est multiple : connaitre, inventorier et protéger ce patrimoine.

C’est une documentation précise du territoire qui doit associer une approche technique, un intérêt paysager et historique. Le relevé se contentera uniquement d’un état des lieux des ouvrages visibles et des indices lisibles. L’inventaire se fera aussi sur des parcelles privées. Nous comptons sur la compréhension et la coopération des différents propriétaires.

Cette étude concerne différents acteurs qui sont : la commune de Vals près-le Puy et de Saint Christophe sur Dolaizon, la DREAL et Les propriétaires privés. Mais elle est à la charge uniquement de la commune de Vals avec une aide technique et une subvention de la DREAL. L’équipe municipale a déjà effectué une pré campagne afin que le futur prestataire puisse chiffrer correctement sa proposition. Ce travail long et fastidieux a permis de réaliser une cartographie approximative en essayant de quantifier le linéaire (très important!) de murets.

La prochaine étape est un relevé GPS de terrain effectué par un géomètre professionnel et un murailler-paysagiste spécialisé dans les murets en pierre sèche. Cette équipe réalisera l’arpentage, la géolocalisation, la quantification et la qualification des ouvrages. Ce relevé aura lieu pour des raisons pratiques en début d’hiver. La dernière étape sera la constitution d’un document officiel avec l’aide de la DREAL qui permettra d’informer et de garder traces de ce patrimoine exceptionnel."

  • Lundi 14 juin, à 20h - Réunion publique "Eclairer la nuit"
    Impact sur la biodiversité, réflexion sur la réduction et l’extinction de l’éclairage (intervention de l’ANPCEN). Etat des lieux du système d’éclairage communal et point sur sa rénovation (interventions de EGEV et duSDE43).
    RDV à 20h dans le gymnase du Préau (à coté de l’école) rue Danton à Vals.

 

La commune précise :

"D’abord, avec la participation d’EGEV et du SDE43, pour donner un état des lieux du système d’éclairage communal (consommation, nombre de points lumineux, vétusté, etc.) et ensuite pour faire le point sur la rénovation.

La prévention, la suppression et la limitation des nuisances lumineuses sont des objectifs inscrits dans la loi. La réduction des consommations d’énergie, la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la production d’énergie et aux équipements, de même que la réduction des matières premières utilisées et des déchets liés, sont des objectifs publics. L’éclairage public est le premier poste de consommation électrique de la commune. Les frais de maintenance et les investissements représentent une part importante du budget de l’éclairage. Cette année, la commune renouvelle entièrement l’éclairage du Val Fleuri, sur le bas de la rue André Bernard et dans le Petit Vals. Des éclairages LED beaucoup moins énergivores seront installés, dont l’intensité sera fortement abaissée sur des plages horaires spécifiques.

Une réflexion sur l’extinction en nuit profonde sera évoquée avec quelques quartiers pour l’expérimenter en fin d’année avec la participation de l’ANPCEN. Cette association nous rappelle que l’alternance du jour et de la nuit règle depuis plusieurs milliards d’années la vie humaine, animale et végétale sur la planète. L’éclairage extérieur est indispensable dans certaines conditions à la vie sociale pour apporter confort et sécurité, mais l’augmentation d’éclairages artificiels extérieurs nocturnes excessifs a des impacts néfastes sur les rythmes biologiques des humains et de la biodiversité et affecte la qualité de l’environnement et du ciel nocturnes. Les effets d’une lumière mal maitrisée ne se mesurent pas seulement à la source : les nuisances lumineuses produites par la commune se propagent en effet bien au-delà de son périmètre et impactent les humains, le vivant et les paysages nocturnes à distance. Les communes, par leur choix relatif à l’éclairage, sont appelées à une solidarité territoriale.

Au même titre, l’inutilité de certains éclairages sera mise en avant pendant cette réunion publique afin de faire des économies nécessaires et d'éviter les nuisances à l’espèce animale, l’absence de lien entre l’éclairage et la délinquance..."

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire