La Haute Loire : Terre d'enduro

Par L.Du dim 30/01/2022 - 08:30 , Mise à jour le 30/01/2022 à 08:30

Du 29 août au 3 septembre, se tiendra le concours international des Six Jours d'Enduro en Haute Loire. Un événement majeur pour le département et pour Le Puy en Velay qui va accueillir la septième édition française depuis la création de ce championnat en 1913. La fin d'été risque d'être mouvementée et riche de retombées économiques non négligeables pour les altiligériens.

 

Discipline de course de moto en pleine nature, les ISDE (Six jours internationaux de l'Enduro) reviennent en France pour la 96ème édition de son histoire. La compétition doit démarrer le 29 août avec un paddock qui sera installé sur l'aérodrome de Loudes dès le 23 août et se terminera le 3 septembre.

Premier enduro de France

C’est en 1972 à Brioude, que quelques pionniers de la discipline, sous la houlette de Jean-Louis Figureau, vont organiser le premier enduro en France.
En 1973 nait le Trophée de France et en 1974 le premier Championnat de France.

Un événement populaire

Cette discipline de moto en pleine nature alterne des parcours de liaisons et des spéciales à l'instar des grands rallyes raids d'origine. L'objectif pour gagner est simple, les participants doivent parcourir les liaisons dans le temps imparti et être le plus rapide dans les spéciales.

Cet événement provoque un véritable engouement transgénérationnel

Cet événement provoque un véritable engouement transgénérationnel et fait partager des valeurs fortes autant pour les participants que les les spectateurs telles que la ruralité, la convivialité, l'endurance ou encore l'amour de la nature. Cette course a la particularité de rassembler à la fois des amateurs et les meilleurs pilotes du monde, qui représentent leur équipe nationale. Ces derniers seront réunis dans les équipes de 3 à 4 pilotes en fonction de trois catégories : Junior Trophy, Women Trophy et l'épreuve la plus importante World Trophy.

Quelques chiffres

6 jours de compétitions
1200 Km
13 spéciales différentes
650 pilotes
600 bénévoles
3000 personnes dans les staffs

Un épreuve mythique et une référence mondiale

"Les Six jours" est la plus ancienne compétition des championnats du monde par équipe, elle existe depuis 1913. Cette année sera la 96ème édition.
Près de 650 pilotes venus de plus de 30 pays différents seront présents.Une organisation tripartite est à la tête de cet événement d'ampleur internationale : la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme), le FFM ( Fédération Française de Motocyclisme) et les locaux tels que Le Moto club du Puy en Velay et celui de Saugues ainsi que le Moto club Moto Verte Haute Lozère.

Trois boucles d'environ 200 kilomètres

Le parcours est étendu sur les deux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie et sur deux départements majeurs : la Haute Loire et la Lozère. Trois boucles d'environ 200 kilomètres seront empruntées : Du Puy en Velay jusqu'en Lozère, en passant par le Haut-Allier, le Gévaudan et l'Emblavez. Ce qui fera un événement aux retombées économiques indéniables.

Une attente de retombées économiques

Les élus tiennent à affirmer leur soutien à cet événement, d'autant que les retombées risquent d'être conséquentes. En effet, grâce à cette épreuve mythique, les nombreux participants et spectateurs vont découvrir le territoire altiligérien. L’impact économique local direct généré par la manifestation serait de plus de 3,5 Millions d'euros, hors spectateurs. Rappelons que le budget pour cet événement est de 20 millions d'euros, les collectivités locales y participant à hauteur de 30%.

Un collectif soudé : élus locaux, Office de Tourisme, Comité d’Organisation, FFM, FIM.  1er rang, de gauche à droite :  Marie-Agnès PETIT (Présidente du Conseil Départemental de la Haute Loire), Roland Lonjon (Vice Président de l’Agglomération du Puy en Velay délégué aux Finances), Corinne Goncalves (Vice Présidente déléguée au tourisme et à l’événementiel), Jean-Pierre Vigier (Député et Conseiller Régional Auvergne-Rhône-Alpes),  2ème rang , de gauche à droite:  Karine Wassner (Directrice Adjointe de l’Off
Les élus locaux soutiennent l'événement Photo par Ville du Puy en Velay

Une course respectueuse de l'environnement

Du moins, ce que qu'affirment les organisateurs puisqu'ils respectent scrupuleusement les règles en vigueur. Les parcours sont élaborés en étroite collaboration avec les autorités locales et respectent le code environnemental FIM : protection des sols, interdiction des passages dans l'eau, contrôle sonore des machines, collecte des produits sensibles tels que les lubrifiants et les pneus usés.

Mais le comité d'organisation souhaite aller au delà du cadre réglementaire en incitant les spectateurs à utiliser les transports collectifs en proposant des navettes et en organisant du covoiturage. Il s'engage en outre à faire du tri sélectif en collectant et recyclant les déchets techniques et ménagers, en utilisant des produits recyclables et limitant l'usage du papier.
 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

10 commentaires

mi

mer 02/02/2022 - 11:20

Très heureux de voir une si belle épreuve dans notre régions qui traverse nos beaux endroits accueillis par des propriétaires depuis fort longtemps  avec le respect qu’il se doit pour encore de nombreuses années . Afin que les générations à venir  pourront pratiquer ce sport comme nos aïeux l’on fait bien avant nous .

Longue vie à l’enduro et aux enduristes 

 

Michel Saint jean 

 

bi

mar 01/02/2022 - 18:27

Merci au dépité et à la présidente de me donner l'itinéraire qui permettra ce périple en "respectant les sols" et ne traversant "aucun cours d'eau".

Ne jouez pas les naifs.

Au fait les motos electriques existent , on aurait peut étre pu leur reserver une primeur !

lo

mar 01/02/2022 - 09:20

Comme si nos paysages campagnarde n'étaient pas assez vendalisés comme ça  !! Le plus triste dans cette histoire est que les propriétaires terriens râleurs comme ce n'est pas possible envers les marcheurs/randonneurs acceptent que ces soit-disants "sportifs" dégradent irréversiblement leurs terrains, quand aux chemins et autres sentiers communaux il en est de même puisqu'ils deviennent impraticables après les pluies. Quand à la pollution n'en parlons pas. LAMENTABLE  !!

he

lun 31/01/2022 - 08:16

je suis triste de voir comment les loisirs les plus polluants et dérangeants pour la nature, les animaux sauvages, les paysages sont promus par nos chers élus et dirigeants. Les pratiquants s'en foutent : tout leur est payé, les machines, les carburants et frais pour venir s'égayer en Haute Loire ; les sponsors paient tout. S'il fallait qu'ils en soient de leurs poches, ils ne se rueraient pas pour venir faire les kékés dans nos campagnes.

ni

lun 31/01/2022 - 07:01

Très heureux d'accueillir les ISDE dans le berceau de l'enduro ! En espérant que les Français brillent au plus haut niveau comme pour les 3 dernières éditions Françaises.

la

dim 30/01/2022 - 19:37

Il y a des personnes qui aiment la marche, le vélo  ,la moto  et chacun son plaisir et sa passion pour   un sport et on peut se  respecter   il y a de la place pour tout le monde et arrêtons de toujours tout critiquer et apprenons à vivre ensemble 

co

dim 30/01/2022 - 18:06

Décidément, la Haute-Loire est toujours à l'avant-garde de la défense de l'environnement !

ga

dim 30/01/2022 - 17:12

Le peuple se plaint de sa triste condition : d'un côté l'environnement se dégrade, la planète se meurt et d'un autre on manque de pouvoir d'achat, le carburant est trop cher. Pourtant, le même peuple continue à meubler ses dimanches de loisirs inutiles, consommateurs et polluants. Il est triste de voir que le Gilet Jaune trouve l'essence mise dans la voiture pour aller au travail ruineuse mais pas celle pour faire pétarader et frimer avec sa mobylette.

al

dim 30/01/2022 - 15:34

Les sports motorisés en pleine nature sont une activité du passé ! Ils sont indiscutablement sources de pollutions nombreuses : CO2, bruit, fumée... Les motos détruisent les chemins, les motards amateurs vont dans les bois, dés qu'ils trouvent une montée c'est leur terrain de jeu massacrant la végétation, en pleine propriété privée, effrayant la faune et les randonneurs ! Ces loisirs étaient à la mode il y a  30 ans ! Le pitoyable dakar ne fait plus recette, aucune audience, tout le monde s'en fou et c'est heureux ! La plus part des pays civilisés ont déjà interdit la pratique de la moto en pleine nature, Yamaha ne commercialise plus de motos d'enduro, ça sent la fin et c'est tant mieux ! La nature s'apprécie tellement mieux à pied !

 

du

dim 30/01/2022 - 15:07

Compétition mécanique d'un autre âge, absurde et dévastatrice de l'environnement dont elle fait un usage illégitime. Le "Code environnemental" de la FIM est une escroquerie, nul ne peut croire sérieusement que les pollueurs ou les empoisonneurs pourraient lutter contre la pollution ou le commerce du poison qu'ils produisent. Nul ne peut croire non plus que cet "évènement" véhiculerait des valeurs  fortes comme "l'amour de la nature" ou la convivialité. Rien de surprenant à ce que la "ruralité", fantasme communautariste et identitaire, soit ici convoqué pour justifier l'injustifiable. Ruralité rime avec vulgarité, ignorance, sectarisme obscurantiste et brutalité. Mauvaise nouvelle pour la Haute-Loire, ce "concours" va dégrader un peu plus son image jusqu'à la caricature.