Tous

Vorey

Jardin associatif : '''on n'a arrosé qu’une fois cet été'''

lun 01/10/2018 - 01:29 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

C’est de 16h à 22h environ que s’est tenue cette fête des récoltes, ce samedi 29 septembre 2018, journée durant laquelle les membres du jardin associatif a fait visiter les jardins et présenté le fruit de leur labeur. Celui-ci est d’ailleurs minime puisque, comme explique Aurélien Renard, la méthode du  jardin associatif Verts de terre « consiste à observer, sélectionner les plantes les plus résistantes (froid, mildiou, etc.), mettre en place, observer encore, afin d’avoir à travailler la terre le moins possible. On est dans l’observation plus que dans la réaction ».
Et en voyant le résultat, on peut se rendre compte que ça marche.D'ailleurs, une « table des résultats » offrait ses couleurs et ses goûts, ainsi que les explications et conseils avisés de François Bendélé sur les fruits et légumes qui y étaient présentés, à savoir de nombreuses variétés de tomates, de courges, physalis, pastèques, etc.

>> Lire aussi : Veine verte : Éloge permacole

Trois surfaces, trois objectifs, trois types de cultures
L’organisation du jardin a été modifiée cet été. Il se présente ainsi en trois parties de surfaces différentes :
35m2, surface qui a pour objectif de produire 60 à 80kg de légumes par an (culture dite « en lasagnes ») et d’améliorer sa terre d’année en année ;
70m2 en pleine terre ou sur butte « Hugelkulture » afin d’obtenir 100 à 120 kg de légumes par an et 10 à 15kg de graines pour les poules ;
150m2 qui doivent permettre à une famille de trois personnes, deux adultes et un enfant, d’être autonomes en fruits, légumes et miel pour un an.
Chaque espace, adaptée à différents besoins, permettra aux adhérents de se familiariser avec différents types de cultures selon ses désirs.
Une serre est également en projet pour produire des légumes toute l’année.

Peu de pluie. Et alors ?
« Ici, on n'a arrosé qu’une fois cet été ! », lancent les jardiniers associatifs. Alors que d’autres cultures pâtissaient de la chaleur et du manque d’eau, le jardin des « Verts de terre », lui, a donné environ 150 kg de tomates. Et les autres fruits et légumes ne sont pas en reste : courges et pommes de terre notamment en ont bien profité. Aurélien Renard d'ajouter : « il y a un proverbe qui dit qu’un binage vaut trois arrosages. Nous, on dit que un paillage vaut 50 arrosages… et sans dos abîmé ! »

Handicap : jardiner sans se baisser
En parlant de dos abîmé, le jardin « Verts de terre » envisage de créer un espace de culture hors-sol, entre autres sur bottes de paille, afin de montrer aux personnes porteuses de handicap ou aux personnes âgées que même sans avoir à se baisser bien bas, il est toujours possible de jardiner.

Vorey renoue avec la vigne
« L’association des vignerons de Voureï » était également présente pour faire déguster sa cuvée 2017. réée en 2007, elle a pour objectif de remettre en culture les vignes en friches et de préserver les variétés anciennes. En effet, jusqu’en 1960, les environs de Vorey-sur-Arzon étaient très productifs : Oberlin, Bacco, Sébel et Coudert étaient des cépages adaptés aux conditions de culture locales. Cette association a donné naissance à une confrérie qui est en charge de représenter les vignerons dans les fêtes du terroir.
Il est prévu qu’elle vienne à une date ultérieure animer un atelier autour du raisin et de la vigne avec au programme : échanges de boutures, confection de confitures, de jus, vinification…

S.L.

Pour tout renseignement, le jardin « Verts de terre » est joignable au 06/73/12/11/24 ou sur la page facebook « Jardin Verts de Terre ».

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire