Grosses baisses d’effectifs dans les maternelles entre Brioude, Saugues et Craponne

jeu 09/09/2021 - 06:55 , Mise à jour le 09/09/2021 à 06:55

L’inspectrice d’académie se réjouit d’une rentrée efficace. Les ouvertures et fermetures actées en février n’ont pas été modifiées malgré des baisses d’effectifs.

Certaines écoles de l’Ouest de la Haute-Loire voient leurs effectifs baisser sensiblement en cette rentrée. C’est ce qu’indique l’inspectrice d’académie dans un communiqué précisant qu’elle ne fermera cependant pas de postes d’enseignants de primaire supplémentaires. Et ce pour une rentrée sereine. Le nombre d’élèves altiligériens a baissé de 0,2 % en moyenne dans le premier degré public.

Marie-Hélène Aubry souligne que la Haute-Loire a reçu une dotation « exceptionnelle » d’instituteurs contractuels pour remplacer les enseignants cas contact ou positifs au Covid. Leur nombre n’est pas spécifié.

Lire le communiqué de rentrée de l’inspection d’académie ▼

« C’est inquiétant. Ce recul démographique ne ralentit pas »

Nous avons donc contacté l’inspectrice d’académie pour en savoir plus. Selon les tout derniers chiffres établis au 2 septembre, la Haute-Loire compte 38 543 élèves, de la maternelle au lycée, dans le public comme le privé. C’est 380 de moins que l’an passé (en juin, le rectorat ne prévoyait qu'une baisse de 340 élèves). La moitié de ces effectifs ont été perdus en maternelle, ce qui confirme le déclin démographique entamé depuis une dizaine d’années. « C’est inquiétant, remarque l’inspectrice d’académie, ce recul démographique ne ralentit pas ». Et quand on lui demande quelles sont ces fameuses écoles subissant des baisses sensibles d’effectifs, elle ne donne pas de nom « pour ne pas les stigmatiser ».

On saura juste, comme on s’en doute au regard de la démographie générale du département, que l’Ouest de la Haute-Loire est plus touché, c’est-à-dire « le triangle entre Brioude, Saugues et Craponne ». Mais les dix fermetures de classe actées en février concernent aussi le reste du département comme à Saint-Maurice de Lignon, Sanssac l'église, Lavoûte-sur-Loire, Tence, ou encore Montusclat. Un vent de colère avait d'ailleurs soufflé de la part des parents d'élèves et des syndicats enseignants au printemps dernier.
À l’Est, la baisse démographique est beaucoup moins marquée grâce à la RN88. D’ailleurs, Marie-Hélène Aubry s’attend à un « petit coup de fouet » sous l’effet de la restructuration de cet axe [la mise à 2x2 voies à Yssingeaux et entre Le Pertuis et Saint-Hostien, Ndlr] : « Ce n’est pas encore notable mais il y a des frissons. »

Le tableau des effectifs tels que prévus par le rectorat en juin Photo par Rectorat

Malgré ces baisses d’effectifs donc, aucune nouvelle fermeture de classe n’interviendra après ces quelques jours de rentrée. Mais ce n’est pratiquement jamais le cas. « Tout cela se prépare en amont et depuis les décisions prises le 5 février, aucun changement n’a été opéré – comme dans le reste de la France d’ailleurs – car aucun élément démographique nouveau n’est intervenu, aucun dépassement de seuil à la rentrée », note Marie-Hélène Aubry qui y voit une preuve du bon travail des inspecteurs de circonscriptions et des directeurs d’écoles. Et de remarquer que seuls les zones densément peuplées voient leurs effectifs varier de façon significative pendant l’été en raison des mutations des parents principalement.

Secteur Brioude :

Brioude la Borie d’Arles : - 1 poste.
Javaugues : fermeture du ½ poste « de renfort »
RPI Siaugues - Vissac : - 1 poste à Siaugues (et - 0.25 de décharge de direction)

Secteur Monistrol :

Beauzac : fermeture du ½ poste.
St Maurice de Lignon : -1 poste (et passage de la décharge de direction de 0.33 à 0.25)

Secteur  Le Puy-Nord :

Le Puy Michelet mat. : fermeture du ½ poste.
Sanssac : -1 poste.
Vals mat. : -1 poste.
Vals élem. : -0,25 de décharge de PEMF (Professeur des écoles Maître Formateur)

Secteur Le Puy-Sud :

Brives La Mouteyre : - 0,5 poste

Secteur Yssingeaux :

Lavoûte : -1 poste (et - 0.25 décharge de direction)
Tence : -1 poste;
Montusclat : -1 poste

Les collèges publics également affectés par une baisse d'effectifs

Quant à la dotation de remplaçants contractuelle, le qualificatif d’ « exceptionnel » demande à être précisé. En fait, elle est inchangée par rapport à l’an dernier, soit six contractuels. Mais elle est exceptionnelle, selon Marie-Hélène Aubry, en cela qu’elle couvre bien les besoins du département. Il s’agit de remplaçants affectés à l’année, permettant ainsi à la brigade de quelque 80 titulaires (dont le nombre reste inchangé) d’assurer les remplacements de courte durée au pied levé. Une brigade réorganisée depuis la rentrée 2020 de façon à pouvoir intervenir sur tout le territoire de la Haute-Loire et non plus par secteur. « Même si on n’envoie pas un enseignant basé à Blesle sur un remplacement à Monistrol-sur-Loire », assure Marie-Hélène Aubry. Cette brigade permet, selon l’inspectrice d’académie, de couvrir « à peu près toutes les absences dans le 1er degré – contrairement aux grandes villes – mis à part les postes d’enseignants très spécialisés. »

Enfin, le communiqué indique que les collèges publics sont aussi en baisse d’effectifs (-1% dans le 2nd degré prévus en juin selon le rectorat) mais là aussi, aucune fermeture n’interviendra post-rentrée, notamment car de nouvelles arrivées d’élèves pourraient intervenir en cours d’année.

Annabel Walker

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire