[Enquête] Château de St-Vidal : ne tombez pas dans le panneau

Par Nicolas Defay mar 02/04/2024 - 06:00 , Mise à jour le 02/04/2024 à 06:00

Déjà, sur le dépliant du lancement en 2018, ça partait avec une illusion d'optique. Un magnifique labyrinthe végétal présentait alors « Les jardins de Saint-Vidal » avec une photo du...Giardino Giusti, un bijou architectural à Vérone en Italie.

En 2024, une vingtaine de panneaux routiers indiquent la Forteresse comme possédant le label « Jardin remarquable » octroyé par le ministère de la Culture. Mais aïe ! Encore une tartuferie.

Dur de s’y retrouver avec les centaines de panneaux de signalisation (384, selon le Code de la route) qui existent en France. Parmi eux, certains appartiennent à la catégorie ID qui signifie « Idéogramme ». Ce sont ceux qui indiquent par exemple une aire de pique-nique, un poste de distribution de carburant ou un Parc de stationnement.

Dans ce panel de soixante panneaux, neuf sont calligraphiés en jaune marron sur fond blanc. Ils mentionnent, entre autres, un Site classé, un Monument historique, une Réserve naturelle. Le panneau ID 16e informe les automobilistes d’un « Parc ou Jardin ayant reçu le label Jardin remarquable décerné par le ministère de la Culture ».

Seul le Parc de Chavaniac-Lafayette détient ce label en Haute-Loire

En Haute-Loire, selon le site du ministère de la Culture et de celui de Parcs et Jardins, un unique lieu en Haute-Loire possède ce label exceptionnel tant ses critères d’obtention sont exigeants. Il s’agit du Parc du Château Lafayette, dans la commune de Chavaniac-Lafayette.
 

 

Or, une vingtaine de panneaux routiers sur le bassin ponot portent le prestigieux idéogramme accolé à « Forteresse de Saint-Vidal ».

Sur le Boulevard de la Petite mer à Chadrac, au rond-point du Collet à Polignac, au carrefour de Locussol et celui de Grazac dans la commune de Saint-Vidal, à proximité de Sanssac-l’Eglise... Plusieurs panneaux implantés il y a près de cinq ans, indiquant la Forteresse de Saint-Vidal avec l’idéogramme de Monument historique et celui de Jardin Remarquable.

L'idéogramme abusif se trouve sur plus d'une dizaine de panneaux routiers (ici, à Chadrac)
L'idéogramme abusif se trouve sur de multiples panneaux routiers (ici, à Chadrac) Photo par Nicolas Defay

« Aucun dossier n’a été présenté à la DRAC par le propriétaire de la forteresse »

Le 11 janvier 2019, des personnes qui souhaitent rester anonymes avaient déjà alerté la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), service issu du ministère de la Culture. À travers un courrier adressé au préfet de l’époque Yves Rousset, ils dénoncent « l’usage abusif de l’idéogramme associé dans la signalétique routière concernant la Forteresse de Saint-Vidal ».

Ils rappellent que « le label Jardin Remarquable est attribué par décision du préfet de région (…) après avis d’un groupe de travail régional statuant sur le fondement d’un dossier complet déposé à la DRAC par le demandeur (…) suite à une visite de son jardin ».

Avant d’enfoncer : « Aucun dossier n’a été présenté à la DRAC par le propriétaire de la forteresse en vue de l’obtention de ce label ».

Sur le 1er dépliant, la photo non créditée est en fait les jardins du Giardino Giusti
Sur le 1er dépliant, la photo non créditée est en fait les jardins du Giardino Giusti Photo par DR

Yves Rousset avait demandé au châtelain d’ôter les panneaux trompeurs

Le dossier entre les mains, Yves Rousset confie à son tour un courrier directement à Vianney d’Alençon, propriétaire du château depuis 2016. Le 18 mars 2019, le préfet l’avertit que « l’apposition de l’idéogramme ID 16e, marque déposée et propriété de l’État depuis 2004, n’a jamais fait l’objet d’une demande d’attribution (…) et n’a donc de ce fait jamais fait l’objet d’un accord de la DRAC en charge de son instruction, après visite des jardins concernés ».

Yves Rousset invite le châtelain à « procéder dans les meilleurs délais à la dépose de ces panneaux afin d’y retirer le label Jardin remarquable dont vous ne pouvez vous prévaloir ».

La forteresse de Saint-Vidal est Monument Historique mais pas Jardin remarquable.
La forteresse de Saint-Vidal est Monument Historique mais pas Jardin remarquable. Photo par Nicolas Defay

« Leur contenu avait été validé par la Commission Technique Signalétique à la Préfecture »

Cinq ans plus tard... rien. Les indications mensongères sont toujours en place. La question qui se pose alors est : comment est-il possible que le Conseil départemental, entité en charge de la pose des panneaux routiers, ait installé cette signalétique alors que, d’après le représentant de l’État lui-même, jamais la forteresse de Saint-Vidal ne pouvait prétendre à cet idéogramme d’exception ?

Après avoir sollicité le Département sur ce mystère, voici sa réponse : « Les panneaux avaient été payés et fournis par le château de Saint-Vidal à l'époque. Leur contenu avait été validé par la Commission Technique Signalétique à la Préfecture. Ils ont bien été posés par les services du Département. Si le Préfet demande aujourd'hui à les retirer, il n'y aura pas de problème pour que le Département le fasse. Pour l'instant, aucune demande en ce sens n'a été adressée au Département ».

Au rond-point du Collet à Polignac, encore un panneau "trompeur".
Au rond-point du Collet à Polignac, encore un panneau "trompeur". Photo par Nicolas Defay

L'art de la patate chaude

L'expression  « se renvoyer la patate chaude » signifie se débarrasser sur quelqu'un d'autre d'une affaire embarrassante ou délicate. Il semblerait que la formule soit parfois bien usitée dans les institutions.

Une fois que le Département ait assuré que : « Leur contenu avait été validé par la Commission Technique Signalétique à la Préfecture...», à la préfecture de répondre : « La pose des panneaux Jardin remarquable a obtenu la validation du comité départemental de signalisation. Ce comité se prononce essentiellement sur le nombre de panneaux, leur localisation, leur taille et sur les sites à promouvoir ».

« S'agissant du label Jardin remarquable, les services de l’État ont saisi le propriétaire de la forteresse de Saint-Vidal afin qu'il dépose un dossier en vue d'actualiser sa situation et, le cas échéant, la régulariser ». La préfecture de la Haute-Loire.

« Des erreurs ont malheureusement été commises »

La rédaction de Zoomdici s'est alors tournée vers le principal intéressé, Vianney d'Alençon. En dépit de tout un tas de questions, une seule réponse nous est parvenue pour expliquer le « schmilblick ».

La voici : « La demande (de l'obtention du label, Ndlr) avait été faite auprès du ministère de la Culture. Nous n'avons jamais reçu de réponse. Des erreurs ont malheureusement été commises lors de la commande des panneaux car la fiche d’identité de la base Mérimée (Monument historique) qui a été modifiée le 09/12/2022 indiquait encore en 2018 « Jardin remarquable » pour ceux du château de Saint-Vidal ». Sauf que...

Jamais la Forteresse de Saint-Vidal n'a été labellisée Jardin Remarquable 

Sauf que... d'après de nombreuses sources bien aiguisées sur le sujet, notamment ceux du Comité des Pars et Jardins d'Auvergne, jamais la Forteresse de Saint-Vidal n'a obtenu le label Jardin remarquable. Sur la toile 2.0, si les archives indiquent bien l'inscription du site fortifié au titre des Monuments historiques en 1991, rien n'apparait sur l'obtention du fameux label à un moment donné.

Si on compare cette recherche avec le Château de Chavaniac-Lafayette, le label Jardin remarquable y apparait tout de suite à différentes années depuis 2012. (Devenu propriété du Conseil général en juillet 2009, le château de Chavaniac-Lafayette a décroché le label "Maison des illustres " et celui de "Jardin remarquable" officiellement en 2011, attribués par le Ministère de la Culture et de la communication).

À la question de savoir pourquoi ne pas avoir retiré les faux panneaux expressément demandé par le préfet Yves Rousset, le secrétariat de la Forteresse de Saint-Vidal n'a pas formulé de réponse.

« Il notifie au propriétaire l'obligation de retirer la ou les plaques figurant le logotype du label »

Pour prouver sa bonne foi, le châtelain a accompagné sa réponse avec un document signé le 6 août 2019 par Geoffroy Millet, président de l'Association pour la valorisation du Velay, Auvergne et Gévaudan (association de la Forteresse de Saint-Vidal).

Ce courrier porte l'objet suivant : « Lettre d'engagement relative à l'attribution du label Jardin remarquable ». Dans ce courrier, dont aucun destinataire n'apparait, Geoffroy Millet « s'engage à ouvrir les jardins de la Forteresse de Saint-Vidal au moins 40 jours par an et 6 heures par jour, entre le 1ᵉʳ janvier et le 31 décembre ».

Si ce programme horaire respecte bien l'une des modalités d'attribution du label, ce n'est qu'un tout petit détail à ajouter aux nombreux autres critères à tenir pour accaparer le prestigieux idéogramme.

Et selon la Circulaire du 15 décembre 2023 relative au label  « Jardin Remarquable » du ministère de la Culture : « En cas de retrait, le préfet de région notifie la décision au propriétaire du jardin. En outre, il notifie au propriétaire l'obligation de retirer la ou les plaques figurant le logotype du label « Jardin remarquable » et de restituer à la DRAC celle qui lui a été remise par l’État ».
 

 

La Forteresse de Saint-Vidal est devenue un hôtel 5 étoiles.
La Forteresse de Saint-Vidal est devenue un hôtel 5 étoiles. Photo par Nicolas Defay

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

16 commentaires

se

mer 03/04/2024 - 09:10

L ; Les aides et ou subventions c'est l'argent des contribuables aussi il serait  bon de mentionner l'ensemble des subventions versées et surtout de connaitre les objets et si des manquements  alors il faut faire rembourser ces sommes par tous les moyens. Ras le bol de toutes ces magouilles. Il y a des urgences actuellement dans le pays et le patrimoine c'est bien joli mais cela n'est pas une priorité

 

la

mar 02/04/2024 - 22:55

En cherchant un peu qui est M d’Alançon, je tombe de ma chaise  : il a fait la promotion du site Salon Beige, ce blog de cathos intégristes, opposé à l’avortement et au mariage homosexuel’ c'est un proche de l’évêque de Toulon lui même relais de Marion maréchal dans les milieux cathos’ etc etc… ce n’est pas une mais trois subventions que ce dernier a obtenu :  de la Région, de l’agglomération et du département. Il faut nommer les responsables. Je pense qu’il serait temps de s’intéresser aux conventions passées avec ces 3 collectivités, au statut de l’association gestionnaire du lieu ainsi qu’à celui qui a signé la convention au titre de cette association. 

la

mar 02/04/2024 - 22:27

Merci à zoom d’ici d’oser lever un début du voile d’opacité totale qui recouvre ce projet depuis maintenant quelques années… Aux politiques maintenant de faire preuve du même courage et d’oser enfin jeter un œil ( voir les deux) sur l’ensemble du dossier. Il est clair pour tout le monde cependant ( et certainement pour l’ancien préfet Rousset et pour le maire de La Barben où d’Alençon à acquis un deuxième lieu …) que ce dernier se pense au dessus des Lois de la Republique et qu’il aura abusé de la crédulité de nombreux politiques avec le soutien bien placé de quelques autres qui sans doute n’osaient pas déplaire à quelque autres…les crédules oseront ils enfin demander des comptes ? 

C’est ce qui devrait advenir dans une saine démocratie 

 

he

mar 02/04/2024 - 21:43

Je m'étonne qu'après les critiques émises par les citoyens, soucieux de savoir où passe l'argent, les généreux donateurs soient restés inactifs et indifférents face à la vindicte  populaire. Point de demande au Seigneur de Saint-Vidal de justifier la poursuite de ses activités insignifiantes par rapport aux sommes octroyées pour soi-disant créer un méga-spectacle qui allait drainer des spectateurs par milliers. Une fois de plus les élus, bernés, risquent de devoir s'expliquer ; et faire enfler une suspicion. On n'a pas besoin de ça.       

el

mar 02/04/2024 - 19:28

un grand merci à ZOOM pour ses investigations. Nous ne savons bien entendu pas tout, et peut être est ce plus sage, mais ce que nous savons nous horrifie et je suis bien aise de n'être pas unique à voir les magouilles de nos politiciens et à la béatitude des conseillers en tout genre, courtisans de LW, et surtout aux ordres. Vivement que les dotations aux collectivités soient revues à la baisse de façon drastique, car il s'agit d'une belle gabegie d'argent public. Peut être le PNF ira-t-il faire un petit tour vers le célèbre château.

de

mar 02/04/2024 - 18:44

A l'époque, on s'en souvient, Zoom avait écrit un article à propos des subventions octroyées par le conseil départemental à ce projet privé.

Je m'étais alors rapproché de mon conseiller départemental pour lui en parler. Il avait repris ses documents préparatoires et m'avait expliqué que les montants étaient "fondus" dans une enveloppe plus large (peut-être de tourisme) ce qui l'avait empêché de comprendre au moment du vote l'enjeu de celui-ci. Il en était désolé.

Je me pose deux questions:

- a-t-il été le seul à voter sans trop savoir où allait l'argent?

 - pourquoi cette globalisation dans l'enveloppe Tourisme? Pour plus de clarté?

 

ha

mar 02/04/2024 - 17:15

En marge de ces renvois (affligeants!) de responsabilité des principaux protagonistes.... l’Etat s’est fait usurper un logo officiel dont il est le seul proprietaire et gestionnaire, au vu et au su de tous! On peut manifestement en déduire que le propriétaire du Château s’est ouvertement moqué de lui.

Il reste donc une question de fond: alors que le préfet de l’époque Yves Rousset semble avoir fait correctement et fermement son travail de défenseur de l’institution attaquée en tant que "serviteur de l'Etat", pour quelles raisons ses successeurs  n’ont pas fait le leur? La question serait intéressante à leur poser! Affaire à suivre certainement...

gi

mar 02/04/2024 - 12:51

peut être que le parquet national financier  pourrait aussi s'interresser à ces subventions versées à un privé

ci

mar 02/04/2024 - 11:55

Ce dossier Saint Vidal est décidément terriblement impactant pour les finances publiques. Combien de millions d'argent public investis ? pour des retombées touristiques et économiques quasi nulles ? sauf pour le propriétaire évidemment. Ce projet relève de l'inconscience ou (et) de l'incompétence collective de la part des elus, à l'heure ou les caisses de l'agglo sont vides et ou l'on parle d'augmenter les impôts. Merci LW, "la Région la mieux gérée de France"

he

mar 02/04/2024 - 11:05

Et on demande laisser la forteresse en paix. Mais on se moque de Qui ? La loi et les règlement sont établis pour tous, y compris pour la noblesse. Déjà que le dossier que le dossier financier -et ses subventions contestables - est à la limite pour ne pas dire dans un foutoir pas possible ; voilà une raison de plus pour que les lumières (à défaut de celles qui devaient briller dans la forteresse) soient faites. Après tout ce sont nos impôts. le département est incapable de payer les sommes dues au titre de l'aide à l'enfance, voilà où trouver un peu de l'argent. et mieux placé.  

ch

mar 02/04/2024 - 10:46

La dernière phrase de l'article résume bien tout ce projet : la forteresse de St Vidal est devenue un hôtel 5 étoiles. Toutes les subventions reçues, avec les félicitations de LW, premier bailleur de fonds, n'ont servi qu'à permettre l'amélioration du monument à but lucratif. Le simulacre d'animation estivale (en grande partie faite par des bénévoles) ne suffit pas à cacher le véritable objectif de M. Vianney d'Alençon : transformer le château en hôtel de luxe...aux frais de la princesse !

je

mar 02/04/2024 - 10:28

Une très belle forteresse sans nul doute, mais on se souvient des controverses qui avaient déjà éclaté durant les travaux et à l'ouverture. Cet élément de patrimoine, bien qu'à protéger, est ne l'oublions pas une propriété privée, et ce n'est pas la première fois qu'il semble y avoir un abus de l'argent public investi... Subventions pour le projet oui, mais restons réglo...

ph

mar 02/04/2024 - 10:11

Abus de label évident .Le propriétaire devrait changer d'appellation pour son jardin .La loi est faite pour tous .

pi

mar 02/04/2024 - 10:08

Panneaux soit disant payés et fournis par le bijoutier parisien fabricant de bondieuseries à qui nos élus ont donné  1 million d'euros de subventions , donc notre argent,pour une forteresse "intégralement dédiée aux bénévoles et aux visiteurs" (sic vianney dans l'éveil du 15/02/2019) et maintenant transformée en hôtel 5 étoiles de 7 chambres reste a savoir si les heures pour le transport et la pose de ces panneaux faisant une publicité trompeuse ont également été facturées au bijoutier ou si c'est "cadeau"

fr

mar 02/04/2024 - 09:11

Le propriétaire n'a pas dû avoir le temps de faire le nécessaire, trop occupé avec son autre parc à thème provençal ...

sa

mar 02/04/2024 - 08:30

laisser en paix la forteresse, merci d'avance !!