Chaspinhac, village refuge pour les déracinés ukrainiens

dim 20/03/2022 - 16:00 , Mise à jour le 20/03/2022 à 16:00

Depuis une courte semaine, qui se promène dans les rues du village de Chaspinhac, peut entendre, avec surprise, des conversations à l’accent slave bien énigmatiques. En effet, sur une initiative citoyenne soutenue par la mairie, dix-huit réfugiés de guerre ukrainiens se sont installés dans ce petit coin de Haute-Loire.

Pascal Sibeyre, un habitant de la commune, et son ami Fabrice, sont à l’origine de cette opération humanitaire. Fins connaisseurs du monde slave, et fréquemment en déplacements professionnels en Europe de l’Est, ils décident, dès le début du conflit, de venir en aide au peuple ukrainien.

« Ce sont des frères européens, ce n’était pas possible pour nous de rester les bras croisés ! »

En moins de 48 heures ils réunissent des vêtements, des médicaments et de la nourriture pour celles et ceux qui, arrachés à leurs foyers, manquent de tout. Mais Pascal et Fabrice, qui remplissent deux petites camionnettes en direction de l’Ukraine, ne veulent pas faire le voyage retour à vide… Bernard Robert, le maire de Chaspinhac, entre alors en action. La commune recense rapidement les possibilités d’hébergement sur son territoire et reçoit le soutien d’une douzaine de familles prêtes à accueillir d’éventuels réfugiés de guerre.  

Avec l’aide financière de la mairie, les deux amis prennent alors la route en direction de la lointaine frontière ukraino-polonaise. Au centre d’accueil du poste frontière, Pascal et Fabrice découvrent la peur, le dénuement et l’angoisse de centaines de familles poussées par la guerre sur le chemin de l’exil.

« Prenez-nous avec vous, nous ne sommes pas des nazis ! »

Avec quelques notions d’Anglais et une courte vidéo de présentation de la Haute-Loire et de la commune de Chaspinhac, Pascal et Fabrice vont alors à la rencontre de ces réfugiés en attente d’hébergement. Ceux-ci sont innombrables, il n’y aura pas de place pour tout le monde. En moins de 30 minutes, ils remplissent leurs deux véhicules. Touché par la détresse de cette part d’humanité déracinée, Fabrice fera même un second aller-retour depuis la France pour rapatrier une dernière famille rencontrée dans le camp.

Après plus de 11 000 kilomètres parcourus par les deux convois, ce sont ainsi 18 Ukrainiens qui s’installent à Chaspinhac dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 mars. Pris en charge par cinq familles, avec l’aide de la mairie, les nouveaux arrivants veulent s’intégrer au plus vite. 

« Ici nous ne sommes pas des réfugiés mais des invités, nous ne voulons pas être un fardeau »

C’est le cas d’Alyona, ancienne comptable dans la banlieue de Kiev, et réfugiée chez Claude et Marie-Paule avec son mari Denis et ses trois enfants Marina, Arina et Iliya. Poursuivant son travail à distance par internet, elle « remercie chaque jour le ciel d’avoir mis Pascal sur sa route » et ne veut « surtout pas être un fardeau » pour sa nouvelle « famille d’adoption ». Son mari s’occupe pour l’instant des démarches administratives avec la préfecture. Lui aussi remercie les Altiligériens pour leur main tendue et cherche désormais du travail : « en Ukraine j’ai fait de hautes études supérieures, mais ici j’accepte tout ».

Solidarité Chaspinhac

Vous pouvez aider ces familles en contactant la mairie de Chaspinhac ou l’association « Solidarité Chaspinhac » via sa page Facebook.

Si beaucoup pleurent encore à l’évocation de leur nation déchirée, si le moindre avion dans le ciel réveille des souvenirs douloureux, tous ont trouvé, à Chaspinhac, un refuge et une humanité que la guerre ne saurait anéantir.  

Nicolas TERME

COMMUNIQUÉ DE PRESSE RENFORCEMENT DU DISPOSITIF D’ACCUEIL DES RESSORTISSANTS UKRAINIENS, BENEFICIAIRES DE LA PROTECTION TEMPORAIRE

Le Puy-en-Velay, le 17/03/2022

Suite aux premières mesures liées à l’accueil des premiers ressortissants ukrainiens en Haute-Loire, de nouvelles dispositions sont mises en place pour compléter le dispositif départemental.

Les services de la préfecture de Haute-Loire se sont organisés pour permettre un accueil dédié aux Ukrainiens au bureau des étrangers. Ainsi, les personnes arrivant en Haute-Loire sont invitées à se présenter en préfecture pour engager les procédures administratives relatives à l'obtention de la protection temporaire
(décision du Conseil de l’Union européenne du 4 mars 2022).

Les droits ouverts par la protection temporaire en France sont :

  • La délivrance d'une autorisation provisoire de séjour sur le territoire français d'une durée de 6 mois, portant la mention « bénéficiaire de la protection temporaire » 
  • Le versement de l'allocation pour demandeur d'asile
  • L'autorisation d'exercer une activité professionnelle
  • L'accès aux soins par une prise en charge médicale
  • La scolarisation des enfants mineurs
  • Un soutien dans l'accès au logement.

Toutes les informations sur la protection temporaire, les personnes éligibles et les documents à remplir sont à consulter sur la page internet des services de l’État en Haute-Loire sur une page dédiée :

http://www.haute-loire.gouv.fr/l-accueil-des-ressortissants-ukrainiens-en-haute- a4187.html

Ces documents sont disponibles en français, ukrainien, anglais et russe.

Les personnes qui souhaitent engager cette démarche de protection temporaire sont invitées à remplir les documents en amont de leur venue afin d'en faciliter l'instruction sur place.

L’accueil se fait sans rendez-vous, du lundi au jeudi de 08h15 à 12h et de 13h30 à 16h30, et le vendredi de 08h15 à 12h et de 13h30 à 16h.

Les ressortissants sont ensuite orientés vers une association mandatée par l’État, dont la mission est de les accompagner dans leurs autres démarches administratives d'ouverture des droits qui découlent de l'obtention de la protection temporaire (accès aux soins, scolarisation, aide sociale à l'enfance, droits sociaux, etc.), en lien avec l’ensemble des services concernés.

Concernant l’hébergement, les services de l’État sont toujours en relation avec les maires afin de répertorier les propositions relevant de particuliers, et celles directement issues des collectivités.

Le préfet remercie toutes les propositions et offres citoyennes mais rappelle néanmoins que la mise à disposition d’un hébergement va de pair avec un accompagnement des personnes qui nécessite du temps et de la mobilité, et cela, dans la durée.

Il rappelle que pour l’ensemble de ces dispositifs, il est activement recherché des personnes parlant ukrainien, russe, ou à défaut anglais pour des missions ponctuelles et bénévoles d’interprétariat.

La cellule d'information du public ouverte en préfecture reste activée au : 04 71 09 98 23

du lundi au vendredi de 08h30 à 12h30 et de 14h à 17h samedi et dimanche de 14h à 17h

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

lo

lun 21/03/2022 - 07:23

Aujourd'hui "tout nouveau tout beau" mais qu'en sera t-il demain et après demain. ..? Les plus à plaindre dans l'histoire ne sont-ils pas les milliers de français de souche dans le besoin vivant en dessous du seuil de pauvreté qui habitent dans notre pays qui n'est pas en guerre.!? 

el

dim 20/03/2022 - 17:09

bravo Monsieur ROBERT, si seulement 30 pour cent des maires agissaient comme vous, nous pourrions accueillir d'autres familles dans nos beaux villages altiligériens