C'est l'histoire d'un p'tit mec... au grand destin

Par Nathalie Piendel jeu 12/01/2023 - 12:00 , Mise à jour le 12/01/2023 à 12:00

Julien Legrand, cuisinier de métier et motard dans l'âme, a vu sa vie basculer après un accident de moto le 1er novembre 2000. Une histoire pas comme les autres, qu'il nous raconte avec beaucoup d'humilité. 

Julien Legrand est originaire de Parent, entre Issoire et Longues. Agent de circulation pour la SNCF, il vit désormais à Broût-Vernet, dans l'Allier, avec sa compagne et son petit garçon. Jusque là, une vie tout à fait banale... enfin presque!

Une belle carrière de cuisinier s'offrait au jeune Julien, qui travaillait, dans les années 90, dans un restaurant semi-gastro à Veyre-Monton. Alors primé Meilleur cuisinier d'Auvergne, il s'apprêtait, en novembre 2000, à passer l'entretien de sa vie, chez Bernard Andrieux, étoilé Michelin.

"Une voiture m'a coupé la route"

Mais il semble que le destin en ait décidé autrement. "Je n'avais pas le permis voiture, je ne roulais qu'en moto à l'époque, et le 1er novembre 2000, le jour des morts, je terminais mon service et je rentrais chez moi, et une voiture m'a coupé la route"

S'il n'a aucun souvenir de l'accident et des quinze jours qui ont suivi, cette date là il ne l'oubliera jamais. "J'ai eu 5 ou 6 opérations je ne sais même plus, j'avais 5 nerfs de la moelle épinière arrachés et une paralysie sur le coté droit du visage, l'épaule et le bras, jusqu'à la main. J'aurai pu y rester, mais non,  dommage, je suis toujours là" plaisante-il alors. 

Après une première opération et deux mois entiers de rééducation en centre, démarre alors cette nouvelle vie, dans laquelle il devra apprendre à faire sans son bras droit, que ce soit dans le travail, ou dans les gestes quotidiens de la vie.

"Ah... La Belle vie"

Lâcher la cuisine ? Il ne l'envisage alors même pas. "J'ai continué à cuisiner, et j'ai même ouvert un semi-gastro, à Clermont, que j'ai tenu durant trois ans, cela s'appelait La Belle vie." Un écho à ce caractère optimiste et volontaire qui permet à Julien de ne jamais rien lâcher, toujours avec humour, humilité, et une pointe de nonchalance qui apporte un peu de légèreté à ce parcours du combattant. 

Les opérations se suivent, et Julien récupère peu à peu des sensations et de la mobilité, mais la dernière intervention, en 2010, sonne le glas de sa carrière de cuisinier. Il fatigue, et ne peut plus exercer ce métier qu'il aime tant. En 2011, il est embauché à la SNCF, comme agent de circulation.

La moto : un goût de reviens-y 

Toujours attiré par la moto, en 2015, il se rend au Grand Prix d'Italie, et pose sur une moto d'exposition Ducati. Et là c'est le déclic : "J'ai réfléchi pendant un an à l'idée de refaire de la moto, et recherché comment m'y prendre pour récupérer mon permis, qui avait été suspendu à l'accident".
Il passe alors par Handicaps motards solidarité, et une visite médicale et 9 heures de plateau plus tard, il récupère son permis en 2016. "Le lendemain j'achetais une moto". 

Julien legrand, Werk first race cup
Julien sur sa moto Photo par Julien Legrand

En 2019, après quelques années à reprendre goût au bolide, il décide d'acheter une nouvelle bécane, celle-ci, destinée à se faire la main sur les pistes de circuit. "Je me suis entrainé, et j'ai voulu participer à un enduro pour motards invalides, mais je n'étais pas assez handicapé pour eux" se remémore-t-il amusé. "Alors j'ai cherché une compétition classique et je me suis inscrit en 2022 à la Werc First Race Cup, avec ma Kawasaki XZ6R."

11ème sur 18, face à des pilotes valides

Durant cette compétition nationale, Julien se classe 11ème sur 18 participants de la catégorie 600, découvrant cinq circuits à travers le pays et en Espagne. Il est alors le seul pilote avec un handicap, et pas des moindres, car pour lui le déhanché droit, nécessaire à la prise d'un virage, est impossible."J'aime beaucoup les circuits qui tournent à gauche" plaisante-il. 

Un bel exploit pour ce compétiteur dans l'âme, qui a réveillé en lui le goût de la moto, et celui du défi. Mais la piste, comme il l'appelle, a un prix, et pour financer ce parcours incroyable et cette envie d'en découdre sur les circuits, Julien a monté l'association "Tous en moto", destinée aux pilotes, valides ou handicapés, souhaitant se lancer dans la compétition et le pilotage sur circuit. 

Et alors qu'ils se préparent pour la Werc first race cup de 2023, Julien et son acolyte Pierre qui l'a rejoint dans cette aventure associative, recherchent des sponsors. 

Le sponsoring permet de soutenir financièrement les pilotes, (licence, entrainements, pneumatiques, carburant, entretien du véhicule, frais de déplacements...)

Ce soutien financier bénéficie d'une défiscalisation à hauteur de 60% du montant des versements, et permet au donateur d'avoir une visibilité entre autres sur les réseaux sociaux, sur les motos, sur le stand des pilotes lors des courses, ainsi qu'une mise à disposition des motos pour les événements, portes ouvertes ou autres séminaires.

Contact : Julien Legrand : 06 67 25 66 86 ou sur julien.legrand63@orange.fr

Et si lui, empreint d'humilité, trouve son parcours assez "ordinaire", un nouveau miracle est arrivé dans sa vie au premier jour de l'été 2022, le petit Jules. Une venue sacrément prématurée mais un petit guerrier en pleine santé, qui rappelle peut-être à son papa, et leur nom en est un indice, à quel point dans cette famille, ils peuvent être Grands. 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire