EDF reconduit pour exploiter le barrage de Poutès pour le prochain demi-siècle sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

EDF reconduit pour exploiter le barrage de Poutès pour le prochain demi-siècle

Date : 08/09/2015 | Mise à jour : 08/09/2015 11:31
Partager

Depuis le 22 juillet 2015, EDF s’est vu attribuer par l’Etat français le renouvellement pour les 50  prochaines années de la concession d’exploitation de Monistrol-d’Allier, qui devrait produire l'équivalent de la consommation domestique de 26 000 habitants.

La concession est composée de trois barrages : Saint-Préjet et Pouzas sur l’Ance du sud ainsi que Poutès sur l’Allier, qui permettent d’alimenter en eau la centrale hydro-électrique située à Monistrol-d’Allier. Ce renouvellement de concession marque une étape importante dans le projet « Nouveau Poutès », qui vise à reconfigurer en profondeur cet aménagement. EDF va mener le chantier de 20 millions d'euros à ses frais. Les travaux devraient débuter à la fin de l'année 2016 pour une durée de trois ans pour les travaux principaux.
Après des années et des années de conflit autour de l'actuel barrage de Poutès, EDF, élus, riverains et associations se sont accordés autour d'un projet " responsable, innovant et ambitieux qui pourrait faire école en France et même en Europe " d'après eux. Roberto Epple, président de SOS Loire Vivante, demande même à ce que la plaquette soit traduite en anglais " puisque c'est un projet qui rayonne, c'est un victoire de l'intelligence collective ".


Préservation de l’environnement et Développement de l’activité hydroélectrique

Le Nouveau Poutès EST destiné à concilier la préservation de l’environnement et le développement de l’activité hydroélectrique dans la vallée de l’Allier. Ce nouvel aménagement est le fruit d’un travail de co-construction avec les élus, le territoire, les associations de défense de l’environnement et EDF.
Le Nouveau Poutès facilitera la circulation des poissons migrateurs (notamment le saumon) et des sédiments (sables, graviers, galets) tout en garantissant la performance de l’activité hydraulique en adéquation avec les enjeux du territoire.


Objectif : lancement des travaux fin 2016

Ce projet industriel "ambitieux et sans équivalent dans le monde", selon le service communication d'EDF, sera "une référence d’hydroélectricité co-construite". Après échange avec le comité de pilotage Poutès qui rassemble l’ensemble des parties prenantes sous l’égide du Préfet de Haute-Loire, un dossier d’exécution sera déposé d’ici la fin de l’année et présentera notamment les modes opératoires de chaque phase des travaux.
La DREAL Auvergne instruira ensuite le dossier avec consultation du public. Une fois les autorisations acquises, la phase de réalisation pourra débuter. Avec un objectif de lancement en fin d’année 2016.


Premier producteur d’électricité en Europe, le Groupe EDF dispose en France de moyens de production essentiellement nucléaires et hydrauliques, fournissant à 97,6 % une électricité sans émission de CO2. Le Groupe participe à la fourniture d’énergies et de services à environ 37,8 millions de clients, dont 28,3 millions en France. Le Groupe a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires consolidé de 72,9 milliards d’euros dont 45,2 % hors de France. EDF, cotée à la Bourse de Paris, est membre de l’indice CAC 40.

Une production équivalente à la consommation domestique d’une ville de 26 000 habitants

L’eau de l’Ance du Sud est transportée de la retenue du barrage de Pouzas jusqu’à la centrale hydroélectrique, au moyen d’un canal d’amenée de 4 200 m de long. L’eau passe de la rive gauche à la rive droite par un pont siphon métallique de 58 m. Une conduite forcée amène l’eau aux deux groupes de production de la centrale de Monistrol avec une hauteur de chute de 197 m.
Côté Allier, une fois la reconfiguration du barrage de Poutès terminée, l’eau sera acheminée à la centrale par une galerie puis une conduite forcée avec une hauteur de chute de 53 m avant de rejoindre à nouveau la rivière Allier. Les quatre groupes de production de la centrale de Monistrol-d’Allier représenteront alors une puissance totale d’environ 23 MW. Ils produiront en moyenne chaque année l’équivalent de la consommation domestique d’une ville de 26 000 habitants, soit davantage qu'une ville comme le Puy-en-Velay, chef-lieu du département.


Une dizaine de salariés de Brives-Charensac exploitent et entretiennent l’aménagement

L’ensemble des ouvrages hydrauliques du parc de production d’EDF fait l’objet d’une surveillance et d’un entretien constant et rigoureux, sous le contrôle des pouvoirs publics. Une dizaine de salariés basés dans la commune de Brives-Charensac exploitent et entretiennent l’aménagement.
La politique de maintenance de l’aménagement de Monistrol-d’Allier consiste à entretenir de façon régulière et préventive les barrages, les galeries, les canaux, les groupes de production et leurs matériels annexes : vannes, turbines, conduite forcée… Différentes opérations de maintenance sont réalisées à fréquences variables (annuelle, mensuelle, hebdomadaire) en fonction du matériel et de son état. Un atelier d'interventions spécialisées basé en Haute-Loire intervient également lors d'opérations de maintenance plus importantes.


Le barrage de Poutès en quelques dates-clés


1918 : lancement des travaux de construction des aménagements de Monistrol-d’Allier (barrages de Poutès, Saint-Préjet et Pouzas)
1941 : fin des réalisations de l’aménagement de la chute alimentée par l’Allier.
1956 : EDF devient concessionnaire de l’aménagement pour une durée de 50 ans.
2002 : enclenchement du processus de renouvellement de la concession. Le devenir du barrage est au coeur de nombreux débats et discussions entre associations de défense de l’environnement, élus et EDF. Il aura fallu presque 15 années pour qu’émerge une solution concertée et acceptée par tous : le projet du Nouveau Poutès.

  • Un site internet va être lancé pour suivre l'avancement du nouveau Poutès.

Autres articles sur le barrage de Poutès :


Barrage de Poutès : les travaux débutent fin 2016
(17/01/2015)
Le projet de modernisation du barrage de Poutès n'est pas à l'eau (16/10/13)
Une déléguation des Balkans en visite à Poutès (03/07/13)
Inquiétudes sur l'indépendance énergétique de la Haute-Loire (28/11/2011)
Fin du conflit pour Poutès (07/10/11)
Barrage de Poutès : les élus pas convaincus par le compromis (10/09/11)
Enfin un compromis pour le barrage de Poutès (19/07/11)
Dossier : barrage de Poutès et maintenant ? (23/06/11)
Barrage de Poutès : les parlementaires contre attaquent (17/11/09)

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteT le 14 septembre 2015 - 10h04
Argent public pour EDF (et ses retraites dorées) le champion du lobbying Il serait plus intelligent économiquement et écologiquement de l'investir dans les énergies renouvellables non-polluantes (vs les barrages) SOSLV a signé le consensus mou du perdant-perdant (quid de l'Anse ?) Nos rivieres sont mortes (plus de saumons, truites fario, vairons) et on se felicite de lachers d'arc-en-ciels dans des piscines. Pensons a nos enfants.. Arretons les concessions !

Signaler un abus

img_journalistej le 9 septembre 2015 - 10h36
dommage,il aurait mieux valut le démanteler mais c'est mieux que rien. dommage que les travaux commencent fin 2016 .

Signaler un abus

img_journalisteN le 8 septembre 2015 - 18h51
Il serait intéressant que les écolos rendent des bilans annuels de la remontée du saumon après ces travaux inutiles et couteux. Là, on se rendra compte du gaspillage d'argent public, car les saumons qui se pointent au pied de Poutes sont rares.

Signaler un abus