Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Rentrée des classes à Brives : « Une vraie réussite pour l’école publique ! »

Par nicolas@zoomdici.com jeu 01/09/2022 - 16:00 , Mise à jour le 01/09/2022 à 16:00

Des rires qui fusent, des embrassades avec les copains, les larmes qui coulent ou des bras qui ne veulent rien lâcher, ni le doudou, ni le cou des parents...Nous sommes bien le jour de la rentrée où des milliers d’enfants ont découvert ou redécouvert leur école en ce doux premier jour de septembre.

Impossible de suivre la rentrée dans les 299 établissements scolaires que compte la Haute-Loire, un maillage composé de 22 collèges publics et 18 privés, 7 lycées publics et 8 privés, 185 écoles publiques et 59 écoles privées sous contrat dont une école non confessionnelle et 3 écoles privées hors contrat. Nous avons donc concentré nos appareils photos sur l’école de la République à Brives-Charensac, un établissement qui a fait, durant quelques mois, la une de la presse locale.

L’année dernière, sa voisine école de Corsac apprend la fermeture définitive de ses portes une fois l’année scolaire terminée. Les 32 élèves des trois classes (dont un dispositif Ulis) sont alors invités à poursuivre leur scolarité à l’école de la République dès septembre 2022. Une décision qui a généré moult crispations de la part des syndicats et des parents d’élèves.

« Sur les 32 élèves de Corsac, 23 ont alors intégré l’école de la République »

Gilles Delabre, Maire de Brives-Charensac, accompagné d’Aurélien Duvergey des services de la préfecture et de Marie-Hélène Aubry, Inspectrice de l’Académie de Haute-Loire, se félicite du dénouement de cette histoire qu’il qualifie de « triste affaire ». « Sur les 32 élèves de l’école de Corsac, 5 ont déménagé au Puy et seulement 4 sont partis dans le privé ! Sur les 32 élèves de Corsac, 23 ont alors intégré l’école de la République ». Il affirme ainsi : « C’est une vraie réussite pour l’école publique ! »

Des élèves en rang avant de monter dans les classes de l'école de la République.
Des élèves en rang avant de monter dans les classes de l'école de la République. Photo par Nicolas Defay

« Je suis encore choqué par ce qu’il s’est passé, choqué par leurs méthodes »

Il tient tout de même à rappeler : « Je me suis fait flinguer à tout va par les syndicats quand ils manifestaient contre le projet de déménagement de l’école de Corsac vers celle de la République. Et je suis encore choqué par ce qu’il s’est passé, choqué par leurs méthodes. Ils nous accusaient d’agir ainsi pour en faire profiter le privé, ce qui est absurde ».

Il précise d’ailleurs : « Aussi paradoxale que cela puisse paraître, deux personnes des plus virulentes présentes dans les manifestations ont mis leurs enfants...dans le privé ! »

« Une dynamique au-delà de nos prévisions initiales ! »

Marie-Hélène Aubry soutient les actions du maire et soulève en ce sens : « Si nous avions cumulé les deux écoles au complet à la fin de l’année scolaire, nous serions alors avec un effectif de 151 élèves. Là, vous êtes à 159 ! Cela prouve bien que non seulement vous avez su accueillir dans les meilleurs conditions possibles les élèves de Corsac mais que vous avez aussi pu générer une dynamique au-delà de nos prévisions initiales ! »

Selon les chiffres de Christine Soulié Masse, Directrice de l’école de la République, ce n’est pas 159 élèves scolarisés mais 153. 66 inscrits dans le cycle 3 et 87 dans le cycle 2. La République est composée de 7 classes et le dispositif Ulis.

Gilles Delabre et Marie-Hélene Aubry.
Gilles Delabre et Marie-Hélene Aubry. Photo par Nicolas Defay

« C’est faux et les chiffres le prouvent »

Laurent Dufaud, Adjoint à la mairie, partage quant à lui d’autres chiffres qui cautionnent la réussite de l’absorption de l’école de Corsac par la République. « 36 CP qui arrivent, c’est du jamais vu ! Oui, c’est un vrai élan de dynamisme et oui c’est une réussite ! »

Il ajoute également : « À l’école maternelle de la Mouteyre, un seul élève de Grande Section a rejoint le privé. Il faut arrêter de penser que l’opération que nous avons procédé entre Corsac et la République bénéficie au privé. C’est faux et les chiffres le prouvent ».

« Plutôt que de subir la démographie, il faut construire des organisations scolaires. On dénonce la carte scolaire tous les ans. Pourtant, ne pas subir la démographie, c’est bâtir l’école dans 10 ans. C’est construire l’avenir ». Cyril Thomas, Inspecteur de l’Éducation Nationale

23 élèves de l'école de Corsac dont certains de la classe Ulis ont rejoint la République.
23 élèves de l'école de Corsac dont certains de la classe Ulis ont rejoint la République. Photo par Nicolas Defay

97 000 euros pour accueillir les élèves de Corsac

« Pour faire en sorte que l’école de la République puisse accueillir les enfants de Corsac et notamment la classe Ulis, un investissement de 97 000 euros a été nécessaire, confie Jean-Paul Bringer, Vice président à la communauté d’agglomération délégué au transport et adjoint à la mairie de Brives-Charensac. La cour a été réhabilitée ainsi que l’accueil et certaines classes. Nous avons optimisé l’ensemble du périmètre et nous sommes très fiers du résultat ».

Laurent Dufaud termine par ces mots : « On a déménagé tous les équipements qui étaient à Corsac. Nous avons également organisé une précieuse journée d’intégration au mois de juin. Les élèves de l’école de Corsac ont ainsi pu découvrir la République en déjeunant ici et faire la connaissance des autres élèves. Ce temps a été des plus constructifs car il a permis aux enfants et à leurs parents d’être totalement rassurés ».

Christine Soulié Masse, au 1er plan, est la Directrice de l'école de la République.
Christine Soulié Masse, au 1er plan, est la Directrice de l'école de la République. Photo par Nicolas Defay