Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

'''L’efficacité des transports en commun au Puy passe par la création de voies réservées au bus'''

ven 21/02/2020 - 15:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

« Les personnes qui composent notre liste détiennent d’importantes compétences sur de nombreux thèmes, assure Catherine Granier-Chevassus, tête de la liste Une nouvelle respiration pour le Puy. La transition écologique, menée par Willy Guieau, reste l’axe numéro un pour notre ligne de conduite. Il est essentiel que l’enjeu environnemental soit pris en compte. Nous ne pouvons plus en faire l’impasse. Chaque citoyen doit se porter acteur de la transition écologique. Les ponots doivent s’en emparer comme tous les autres citoyens de la planète. »

> Lire aussi : La liste Granier-Chevassus dévoilée dans l'ordre (21/02/2020)

Inciter les gens à prendre le Tudip
Sur le sujet, Willy Guieau est loin d’être un bleu en la matière. Sous la mandature de Laurent Wauquiez, il a été adjoint au développement durable de 2008 à 2014, puis vice-président de l’agglomération du Puy chargé de la mobilité, de la transition énergétique et de la gestion des déchets dans l’équipe municipale de Michel Chapuis. Il est également directeur du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement à Chaspinhac. « La transition écologique doit être le fil rouge de l’action politique, partage-t-il. Pour cela, nous devons inciter les gens à prioriser les transports en commun sur le bassin ponot. Depuis la mise en place du pôle multimodal, les résidents de la partie Est de la ville doivent faire une correspondance avec le pôle pour rejoindre le centre ou rentrer chez eux. Chaque trajet prend 30 minutes. Beaucoup de gens ont ainsi renoncé à utiliser le Tudip et prennent leur voiture pour aller en centre-ville. Nous avons des témoignages lors des réunions publiques qui vont à chaque fois dans ce sens. »

Des voies de bus pour désengorger le centre-ville
Partant de ce constat, Willy Guieau expose les solutions à mettre en place. « L’efficacité des transports en commun au Puy passe par la création de voies réservées au bus, insiste-t-il. Si les bus vont plus vite que les voitures, les gens utiliseront le Tudip. Nous avons une largeur de voirie qui permet de repenser un meilleur équilibre de mobilité. Les axes qui accueilleraient des aménagements pour les bus seraient, par exemple, le faubourg Saint-Jean, de la République ou encore du Breuil. Il y aurait aussi des voies pour les vélos et des cheminements piéton sécurisés. » Il précise : « Nous souhaitons rendre les parkings périphériques plus efficaces afin que les gens laissent leurs voitures et prennent une navette. Pour que cela fonctionne, nous allons proposer la gratuité des parkings de proximité avec des navettes fréquentes et rapides. » Willy Guieau espère faire en sorte que le temps d’attente maximal des utilisateurs des Tudip ne dépasse pas 8 minutes.

----« Je suis septique sur cette manière de fonctionner, déplore Marcel Schott. Et il y aurait tant d’autres choses à pointer du doigt sur la mandature en place. On se demande ce qui s’est fait en 6 ans. Bizarrement, on a jamais vu autant de travaux sur la voirie locale en ce moment. Et récemment, ils dévoilent la multiplication des caméras dans la ville. Tout sonne comme un effet d’annonce avant les élections municipales ».-----Gratuité des parkings de proximité et de leurs navettes
Et quid des stationnements en ville ? « Si vous créez des stationnements efficaces en périphérie, on aura moins besoin de places en centre-ville, appuie Willy Guieau. On en conserve mais on équilibre. On garde les stationnements minute par exemple. Les secteurs comme la place du Martouret ne doivent plus avoir une fonction de parking permanent. Il faut que les habitants extérieurs au Puy-en-Velay laissent leurs voitures aux portes de la ville et prennent les transports en commun. » Concernant les navettes entre les parkings de proximité et le centre-ville, elles seront également gratuites. « Gratuites car toujours dans cet esprit de convaincre les gens à les utiliser, affirme Willy Guieau. Et concernant les autres lignes standards, il faut définir un tarif accessible pour tous mais sans envisager la gratuité. Selon différentes études de marché, les gens mettent en 3e priorité le prix du transport, derrière l’attente et le temps du trajet ».

« Je pense qu’on ne peut plus continuer à gérer la Ville et l’Agglo comme à présent »
Côté expert en droit, Marcel Schott, avocat, ancien bâtonnier et ancien président de la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay, explique les raisons de sa présence dans la liste de Catherine Granier-Chevassus. « Je pensais mettre un terme à ma carrière politique, d'ailleurs la place que j’ai sur cette liste (28e, NDLR) démontre que je n’ai pas grande ambition d’être élu, éclaire-t-il. Je suis quand même ici pour soutenir une liste qui m’a scotché par la qualité des hommes et des femmes qui la compose. Et cet enthousiasme qu’ils ont mis pour créer un programme innovant qui aura sans nul doute l’adhésion de beaucoup de personnes. » D’autre part, Me Schott fustige le manque de démocratie dans la gestion de la Ville et l’Agglo. « Ce n’est pas une question de personne mais une question de gouvernance et de projet. Et tant qu’on n'aura pas un projet fédérateur pour l’ensemble des 72 communes de l’Agglo, la ville chef-lieu ne se développera pas car tout est lié ».

L’annonce d’un flop
Marcel Schott se confie sur certaines annonces de l’équipe municipale en place. « L’Hôtel-Dieu... voilà un bâtiment qu’on a remis à niveau avec un projet bien défini. On a mis 22M€ pour le réparer et, à la veille des élections municipales 2020, on nous sort un projet dont j’entends parler pour la première fois et dont je doute qu’il ait été débattu en commission au conseil communautaire. L’Hôtel-Dieu fait plus de 4 000 m² et possède deux salles de conférence ultra équipées qui étaient destinées à un projet ambitieux pour faire connaître la ville et qui, aujourd’hui, logent deux fonctionnaires de l'Agglo. Les annonces d’un Puy-de-lumières payant à l’intérieur - dont je ne vous donne pas cher sur le nombre de visiteurs - sont affligeantes. Ils annoncent 20 000 visiteurs ce qui est complètement fantaisiste ! Les gens vont payer pour aller voir quelque chose qui est gratuit dehors ? C’est une conception du développement touristique et culturel de la ville que j’ai du mal à encaisser ».

Nicolas Defay

Les propositions de campagne de la liste Une respiration pour Le Puy sont égrenées sur sa page Facebook :