Soins palliatifs : une question de vie ET de mort

Par Nicolas Defay sam 09/10/2021 - 06:00 , Mise à jour le 09/10/2021 à 06:00

Ce samedi 9 octobre est la journée des soins palliatifs. Encore nébuleuse pour beaucoup, cette prise en charge médicale est indispensable pour accompagner du bébé in vitro au centenaire éreinté, à terminer sans souffrir leur courte ou longue histoire de vie. Pour mieux connaître cette étape, une équipe hors du commun propose un spectacle à mourir de joie le mardi 26 octobre au théâtre du Puy-en-Velay.

Elle s’appelle la Brigade du Prendre Soins. Cette association créée en 2020 est un satellite de l’EMSP (Équipe Mobile des Soins Palliatifs) du Centre Hospitalier Emile Roux. Et dans ce satellite s’animent quatre femmes au cœur aussi grand que sont d’acier leurs nerfs et leur moral. Angélique Perre, Aurore Philippe, Claire Chapard et Laurence Lapouge œuvrent tous les jours pour que nos proches, nos amis, nos familles et nous-même puissent arriver au bout de notre chemin d’existence de la façon la plus sereine possible.

« On adaptera les soins palliatifs en fonction de la demande du patient, ceci jusqu’à son décès »

« Dans l’imaginaire populaire, les soins palliatifs ne concernent que les tous derniers moments de vie, livre Angélique Perre, soignante et secrétaire de la Brigade du Prendre Soins. C’est pourtant bien plus large que ça. En fait, la prise en charge commence dès que nous sommes confrontés à une maladie que l’on ne peut pas traiter, que l’on ne peut pas guérir, et qui présente une fin inéluctable dans les jours ou les années à venir. » Une personne atteinte d’une sclérose en plaques et toutes celles confrontées à maladie dégénérative sont, par exemple, traitées en soins palliatifs.

Quoi, quand, où…

Le spectacle « Merci d’être venue, histoires d’hôpital pour de vrai » :
Lieu : Théâtre du Puy-en-Velay
Quand : le mardi 26 octobre à 20 heures
Qui : tout public à partir de 7 ans
Tarif : 5 euros
Pour acheter vos places, vous pouvez passer par ce LIEN d’Helloasso

« On endort le patient et on laisse faire la nature »

« On combat les symptômes pour pouvoir apaiser le patient, décrit Angélique Perre. Cela concerne l’inconfort dû à la douleur physique mais aussi et beaucoup les angoisses générées par la maladie. On adaptera les soins palliatifs en fonction de la demande du patient, ceci jusqu’à son décès ».

Elle continue : « Si le patient souffre trop malgré les traitements, on peut décider à ce moment là de pratiquer une sédation, c’est à dire de l’endormir profondément. »

La professionnelle tient tout de même à souligner : « L’idée est qu’il ne ressente pas les symptômes mais sûrement pas de le faire mourir ! On endort le patient et on laisse faire la nature. En général, ce sont des patients déjà très affaiblis et en phase terminale ».

"Lorsqu’on dit soins palliatifs, on pense souvent à la fin de vie, la tristesse, partage l'équipe entière de la Brigade du Prendre Soins. Or notre rôle d’accompagnement des patients et de leur famille c’est aussi être dans la vie jusqu’au bout par exemple en organisant un mariage, un anniversaire, une rencontre en visio, ou encore un retour à domicile ou en structure. Nous partageons tous ces instants de vie avec leurs joies et leurs peines.

Comme le disait Verspieren, « Accompagner quelqu'un ce n'est pas le précéder, lui indiquer la route, lui imposer un itinéraire, ni même connaître la direction qu'il va prendre. C'est marcher à ses côtés en le laissant libre de choisir son chemin et le rythme de son pas ».

"On trouve également refuge dans notre vie personnelle tant auprès de nos familles que dans nos activités extérieures"

Nos missions ne sont pas toujours simples mais la cohésion et les échanges au sein de notre équipe sont une force. Il nous arrive souvent de partager des moments ensemble lors d’Escape Game ou des soirées karaoké…On trouve également refuge dans notre vie personnelle tant auprès de nos familles que dans nos activités extérieures, dans le sport par exemple. Pour les moments un peu plus difficiles, nous avons opté pour une thérapeutique simple : le travail en équipe sans oublier une bonne dose de chocolat !"

« Quand on fait appel à nous, c’est souvent parce qu’il y a un problème »

Malgré la représentation que la majorité se fait des soins palliatifs, tout être, quelque soit l’âge, peut être sujet à un protocole de traitement. « Bien évidemment, ce sont souvent des personnes plutôt avancées en âge, confie Angélique Perre. Mais il y a parfois des jeunes de 40 ans en proie à une pathologie incurable et létale, des enfants et même des bébés in utéro qui ne sont pas viables ».

Chaque année, l’Equipe Mobile en Soins Palliatifs s’occupe d’environ 400 patients. « Quand on fait appel à nous, c’est souvent parce qu’il y a un problème avec le soin engagé sur un patient, partage-t-elle. Soit parce que l’équipe soignante sur place n’arrive pas à traiter les symptômes, soit parce qu’un patient ou sa famille ont dû mal à comprendre le protocole ».

« Merci d’être venue, histoires d’hôpital pour de vrai »

Dans le but de sensibiliser le public et donner une image plus joyeuse de cette étape de vie, les quatre filles de la Brigade du Prendre Soins ont réussi à collecter assez de fonds pour proposer un spectacle d’envergure au Théâtre du Puy. Ainsi, le mardi 26 octobre, l’artiste et art-thérapeute Sandra Meunier présente sa pièce intitulée « Merci d’être venue, histoires d’hôpital pour de vrai ».

« Dans le cadre de l’EMSP, nous faisons toujours une action à l’occasion de la journée mondiale des soins palliatifs, explique Angélique Perre. Nous échangeons par exemple dans les lycées sur le sujet. Nous avons créé aussi un Serious game avec les professionnels de l’hôpital Emile-Roux. Pour cette année 2021, nous avions envie d’innover avec un spectacle destiné à qui que ce soit. Mais pour financer la venue de Sandra Meunier, il fallait nous structurer en association afin de trouver des subventions. »

Au bout de quelques mois, le pari est rempli. « Nous sommes extrêmement satisfaites !, lance-t-elle. Et si au départ, la Brigade du Prendre Soins ne devait exister que pour faire aboutir ce projet, nous avons finalement décider de la faire vivre plus longtemps afin de promouvoir la culture palliative. Et à terme améliorer la qualité de vie des patients et des familles en finançant des lunettes de réalité virtuelle aux malades, par exemple ».

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

ch

sam 09/10/2021 - 12:02

Merci les filles

je ne pourrais pas faire ce que vous faites pour nous

Encore merci