Saint-Germain-Lapradre : près de deux siècles d'Histoire théâtralisés

sam 01/08/2015 - 12:44 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:36

la première de ce jeudi est un succès puisque 600 personnes ont fait le déplacement. « La première place vendue a été expédiée à la Grande-Motte » raconte avec enthousiasme Pascal Chanal, directeur du centre culturel de Saint-Germain-Laprade. Le spectacle, que retrace le quotidien d'une salle de rédaction d'un journal du Puy-en-Velay entre 1830 et 2015, de l'encre à la lumière, est déjà qualifié de gros succès de l'été.

Une pièce en trois dimensions
Véritable tour de force de mise en scène catalysé par Joëlle Carle et Jean-Paul Galisson, la scène voit défiler au cours de ses cinq actes pas moins de 30 acteurs de 10 à 80 ans issus de trois compagnies différentes, une vingtaine de musiciens rythmant les péripéties en live, 100 figurants et techniciens pour 36 reconstitutions d'un spectacle de son, de lumière et d'acteurs abordant des thèmes comme les droits des femmes, la presse, l'industrialisation locale, l'art et la fête...
La pièce s'écoule chronologiquement, évoquant tour à tour les engagements de Jules Vallès, l'affaire Dreyfus, les premiers pas de l'aviation,  ou encore le premier braquage motorisé. « Quel dommage qu'une si belle invention humaine soit utilisée à des fins si malhonnêtes ! ».
La pièce est régulièrement ponctuée de projections d'images, d'images 3D, réalisées par le département imagerie numérique de l'IUT du Puy.

Participants
A l'instar des pièces précédentes, telles qu'Un siècle à l'ombre du rocher ou encore Sur Le Sentier de la Paix, De l'encre à la lumière est une initiative de l'association Son-Lumière-Théâtre de Saint-Germain, et regroupe la municipalité, les troupes Les Tréteaux de Peynastre, Les Cales de Suchas et les Amis du Patois Vellave, le club informatique, le Jazz Band de Saint-Germain, la chorale Voix des Prés et l'IUT du Puy.

Trois ans de préparation
L'aventure commence en 2012, quand l'association SLT, en lien avec Jacques Arnaud, définit les grandes lignes du projet. S'en suit un long travail de documentation culturel et historique, sur le patrimoine local et les événements marquants de l'époque. L'auteur, épaulé par un groupe scénario, livre le texte au printemps 2014.  Le lancement des répétitions démarre fin 2014, avec les trois compagnies concernées.
Printemps 2015, les différents tableaux sont mis en scène avec acteurs et figurants ; les illustrations visuelles et sonores, les effets lumineux prennent forme.
L'espace scénique et les gradins sont assemblés à partir du 20 juillet et en attendant  la première, on fignole les costumes, on exécute les dernières répétitions.

Jour J, dans une nuit avancée, 600 personnes conquises : « Une mise en scène impeccable, des décors fabuleux qui nous transportent tellement la qualité historique est respectée », « Les saints-germinois servent un beau moment de culture ! ».

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire