Roi de l'oiseau : le trousseau de Gargantua

Par JPo dim 18/09/2022 - 08:00 , Mise à jour le 18/09/2022 à 08:00

L'un des moments phares de cette nouvelle édition des fêtes du Roi de l'Oiseau fut la représentation du spectacle "Le trousseau de Gargantua".
Le personnage de Rabelais né après ... onze mois de grossesse.

La place du marché couvert était noire de monde en cette fin d'après-midi pour assister à l'un des temps forts de cette nouvelle édition du Roi de l'Oiseau : la célébration humoristique et joyeuse du monde de Rabelais, cet écrivain humaniste et libre-penseur que les organisateurs de la fête ont choisi de mettre à l'honneur cette année. 

Et quel personnage symbolise le mieux cet univers composé de géants devisant et ripaillant dans la bonne humeur que Gargantua, ce géant expressif et outrancier dont le spectacle donné ce samedi entendait relater la naissance?

Sur une mise en scène précieusement dirigée par Jean-Louis Roqueplan et sa fille, la grande troupe des Isles, les bénévoles des différents campements ainsi qu'une brigade de jeunes cuisiniers et marmitons ont offert une heure d'un spectacle qui malgré sa gouaillerie a su ravir un public venu nombreux pour l'évènement. 

La naissance de Gargantua

Gargantua est né, après onze mois de grossesse, de l'union de Grangousier et de Gargamelle, fille du roi des Parpaillons, pendant un banquet fastueux. Son père, en découvrant son fils, qui dès sa naissance réclamait déjà à boire s'est écrié : " Que  grand tu as " en sous - entendant la taille de son gosier qui ferait pâlir de jalousie les festoyeurs ponots. C'est la raison pour laquelle ce dernier a été baptisé " Gargantua". 

Sous les rires et les applaudissements des spectateurs de la place du marché couvert, les deux comédiens principaux du Tréteau des Isles, adeptes de mimiques dignes de José Garcia à la grande époque de "Nulle part Ailleurs" ont interprété ce moment avec tout l'humour et la joie qui caractérisent l'oeuvre de Rabelais. Entre expressions triviales, vocabulaire médical de l'époque et quelques scènes bien grivoises, l'hommage rendu à l'écrivain  par la petite troupe était à la mesure de son oeuvre. 

Le trousseau de Gargantua 

Une fois le géant venu au monde, il fallait bien évidemment le couvrir de nombreux présents afin de lui constituer  un trousseau digne de sa démesure et de sa vivacité d'esprit. Ce dernier ne mangeait il pas deux cochons de lait, une marmite de sirop d'érable, six perdrix et dix bécasses par repas? 

L'enjeu était de taille. Mais le pari relevé par les bénévoles des différents campements de la ville semblait gagné : sous les yeux de la foule ébahie et rieuse, le cortège de cadeaux  construits par leurs soins étaient tous à la mesure du géant débonnaire.

Sur les airs de viole et de luths de la troupe Pescaluna, se sont ainsi succédés, couverts géants, serviette de table brodée d'une citation de Rabelais et rendant hommage au grand appétit du géant, blason blanc et bleu aux couleurs du Roi Francois 1er, bavoir et oisillon "pour la toilette intime du galopin", cure dents et "pics à gastéropodes", arquebuse pour la chasse, savon et brosses pour la toilette, crayons et bouliers pour les études du petit, "pain peu banal sorti du four banal", fruits et victuailles de saison, saucisson composé de la chair et du gras de 15 cochons et, Puy-en-Velay oblige, un chapelet géant, ramené, semblerait-il, tout de droit de Compostelle..

Une manière bien sympathique de faire découvrir ou redécouvrir à tous nos contemporains trop souvent obsédés par les rigueurs de l'hygiène de vie, la liberté du monde de Rabelais et leur proposer de  s'accaparer , le temps d'un week-end festif, les fameuses maximes rabelaisiennes " Fais ce que voudra" et " Le rire est le propre de l'Homme".

A noter qu'en clôture de ce week-end festif, le traditionnel défilé historique partira dès 16 heures des marches de la cathédrale pour s'achever en début de soirée en haut du boulevard du Breuil. Une dernière occasion, pour admirer les milliers de costumes et les dizaines de groupes de saltimbanques présents dans les rues du puy, cette année encore. 

 

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire