RAFAHL, le Réseau Anti Fasciste de Haute-Loire est né

Par Nicolas Defay mar 11/01/2022 - 16:00 , Mise à jour le 11/01/2022 à 16:00

Dans un contexte de radicalisation où est pointée du doigt l’émergence de groupuscules « d’extrême droite, nationalistes et antisémites au Puy-en-Velay », selon les mots des Antifa, un collectif d’opposition s’est constitué. RAFAHL est son nom. Ecraser toute forme de fascisme est son objectif.

La librairie Arts Enracinés au cœur de la cité ponote, ses livres de l’antisémite et négationniste Alain Soral ou encore du collaborationniste Robert Brasillach, son invitation lancée à Yvan Benedetti, ancien président de l’Œuvre française, plusieurs fois condamné pour des propos antisémites, la casse de sa devanture et la croix gammée taguée en représailles. Ou encore la venue au mois de novembre de la Fraternité des Templiers catholiques du Monde au Puy-en-Velay, étrange groupuscule aux idées bloquées à l’époque des croisades en lutte « contre les ennemis des chrétiens d’occident ».

Devant ces montées d’entités « semeurs de haines » pour reprendre les termes des Antifa (Antifasciste), un nouveau mouvement a été créé. Il s’appelle RAFAHL, Réseau Anti Fasciste de Haute-Loire. Son combat est clair : « la riposte immédiate contre ces individus extrêmement dangereux ».

"Au Puy-en-Velay, une librairie diffusant des ouvrages d’extrême droite, antisémites et complotistes a pignon sur rue depuis plusieurs mois. Autour d’elle, se fédèrent des groupuscules fascisants désireux de répandre leurs idées dans la ville et la région.

On a pu y voir, au cours des derniers mois, l’afflux de militants de Jeune Nation, un groupuscule violent ouvertement antisémite, des proches d’Alain Soral venus donner conférence, des autoproclamés « miliciens » Templiers et autres énergumènes dont les discours délirants ne doivent pour autant pas les faire prendre pour de simples illuminés. Leur tactique est claire : ils veulent occuper le terrain et imposer leurs idées nauséabondes qui pavent le chemin à l’extrême-droite «traditionnelle » la rendant ainsi « présentable ».

L’expérience prouve que si on les laisse s’établir quelque part, ils prennent la rue et y font régner leur «ordre » en organisant des ratonnades. Certains d’entre eux s’organisent en groupes armées.

Nous militant-es des droits humains, attaché-es aux libertés, antifascistes, communistes, socialistes, écologistes, anarchistes, communistes-libertaires, syndicalistes, féministes, antiracistes, militant-es associatif-ves.... appelons à un grand rassemblement régional le samedi 5 février à 14 heures, contre le fascisme et pour exiger la fermeture de ce repaire de militant·es racistes, antisémites, xénophobes, sexistes et homophobes.

Le collectif RAFAHL appelle à former un front commun, pour poursuivre la construction d’un monde meilleur et solidaire, libéré des oppressions, des discriminations, des dominations et du racisme".

Texte issu de la page Instagram du Réseau Anti Fasciste de Haute-Loire

RAFAHL mentionne une phrase d’Albert Camus : « Faites attention, quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet mais ce n'est pas pour prendre de ses nouvelles ».

« La présence de l’extrême droite dans nos rues et ailleurs »

« Nous, humanistes, militant-es des droits humains et associatif-ves , attaché-es aux libertés, antifascistes, communistes, socialistes, écologistes, anarchistes, libertaires, syndicalistes, féministes, antiracistes, anticapitalistes dénonçons et dénoncerons toujours la présence de l’extrême droite dans nos rues et ailleurs », partage le collectif RAFAHL.

Il continue en ce sens : « Très rapidement après l’ouverture d’une librairie clairement nationaliste et antisémite, un collectif d’habitant-es ponot-es et des environs s’est réuni pour agir contre ces semeurs de haines. Distributions de tracts, informations aux riverains, manifestations revendicatives ont entamé la riposte immédiate contre ces individus extrêmement dangereux, qui finiront toujours par vouloir imposer leurs opinions délictuelles par la force ».

Le collectif nouvellement né répète la citation de Léa France Gourdji, dite Françoise Giroud : « Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l'expulser ».

« Aucune idée fascisante n’a de place dans nos sociétés »

« De multiples réunions se sont tenues, différents groupes de travail ont été créés afin d’œuvrer à la création d’un front mobilisateur large, livre la structure. Aujourd’hui, par ce communiqué, nous soutenons la continuité de nos actions et la pérennité de ce nouveau collectif, fraîchement nommé le RAFAHL ».

Le Réseau Anti Fasciste de Haute-Loire explique également : « Alors que la covidie généralisée nous paralyse par la main d’un pouvoir profiteur, que la théorie du grand remplacement prend le centre du débat publique, alors que l’humanité se trouve au pied du mur du réchauffement climatique et de la perte de biodiversité (période que l’on peut clairement nommer Capitalocène), aucune idée fascisante n’a de place dans nos sociétés ».

« La Haute-Loire, terre de justes »

Le mouvement RAFAHL prévient : « Seuls des mouvements collectifs peuvent et feront sortir les débats publiques de l’impasse xénophobe, homophobe, sexiste, antisémite. Nous appelons toute personne, organisation, collectif aux idées humanistes et solidaires à rejoindre le RAFAHL et à diffuser ses positions ». Il conclut enfin : « La Haute Loire, terre de justes, se doit d’affirmer son antifascisme ».

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés