Quincieu : les dessous d'une opération à tiroirs

jeu 14/02/2019 - 18:40 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

C'était sans doute la principale information lors de la cérémonie des voeux de l'agglo du Puy début janvier, avec l'annonce d'une salle de sports qui va émerger à Quincieu. La décision a été abordée ce jeudi 14 février 2019 au soir lors du conseil communautaire de l'agglomération du Puy-en-Velay, sans aucun débat et seule la maire de Vorey, Cécile Gallien (LREM), s'est abstenue.
En amont, Zoomdici s'était entretenu avec le président de la collectivité Michel Joubert et les associations pressenties pour intégrer la nouvelle salle de sports.

540 m² de plus pour le sport, environ deux fois moins que le gain d'espace de l'agglo
"Ça fait au moins trois ans qu'il essaie de nous sortir de là", confie Michel Guigon, entraîneur du Boxing Club Vellave place de la Libération, "il voulait d'abord nous envoyer à Jeanne d'Arc mais c'était trop petit. Nous, on ne demande pas Quincieu, on nous l'impose". Refusant chaque année une soixantaine de licenciés, faute de place, le coach rappelle que "ça fait dix ans qu'on demande une salle plus grande". Son souhait a été exaucé par la collectivité : l'espace réservé à la pratique de la boxe anglaise passerait de 180 à 300 m².

> Lire aussi : Le club de boxe française, lui, déménagera à la rentrée, de la place de la Libération au complexe Massot dans une toute nouvelle salle

Le constat est sensiblement le même pour les clubs de gym et d'arts martiaux, qui vont respectivement passer de 500 à 700 m² pour l'ASM Gym Trampo et pour le Dojo, de 270 à 500 m². Soit un gain total, pour les trois associations sportives, de 540 m². Environ deux fois moins que le gain d'espace pour les élus. "On a parfois été jusqu'à 500 sur les tatamis, on était vraiment à l'étroit", témoigne Nathalie Mialon, directrice technique des Arts Martiaux Le Puy communauté, qui demeure le premier club d'Auvergne en nombre de licenciés (environ 350). "Faute d'espace d'accueil des parents par exemple, on est très limité dans l'organisation de stages et animations de très haut niveau", ajoute-t-elle.

Quincieu, tout le monde le veut
La collectivité n'a pas encore définitivement défini le périmètre des associations qui pourront accéder à cette nouvelle salle de sports, sachant que les scolaires y auront également un accès privilégié. Il y a donc embouteillage car toutes les associations sportives du territoire espèrent gagner des créneaux ou de nouveaux agrés. "Quincieu, tout le monde le veut", nous glisse une source proche du dossier. Un article approfondi traitera prochainement de cette problématique sur Zoomdici.fr.

----Le site de Quincieu est désaffecté depuis plusieurs années et la collectivité a fait le choix de le conserver, quand certains proposaint de le démolir. Vu son emplacement et la qualité du gros oeuvre, il fallait trouver une solution pour le consever et le valoriser. Malgré tout, ce bâtiment a de très fortes contraintes puisqu'il est en zone rouge du plan d'exposition aux risques d'inondation. il dispose ainsi d'une  capacité d'accueil limitée : la jauge maximale est de 480 personnes, sauf dérogation au coup par coup. Donc même pour un centre de congrés, ce n'était pas évident.-----"On a fait une demande pour que ces financements puissent être réaffectés au projet"
Ce jeudi soir, l'objet de la délibération du conseil communautaire portait sur l'adoption du nouveau programme de travaux. Car il était question, jusqu'ici, de transformer l'ancienne piscine Quincieu en salle des congrès. "Aujourd'hui, on a réussi à obtenir un beau financement puisqu'on doit avoir près de 80 % de subventions", se félicite Michel Joubert, joint par téléphone en amont du conseil, soit 790 000 € de l'Union européenne, 400 000 € de l'État, 1 650 000 € de la Région. L'enveloppe totale est tout de même de 3,5 millions d'euros et il serait préjudiciable de perdre ces financements après avoir changé de projet pour l'ancienne piscine.
"On a fait une demande pour que ces financements puissent être réaffectés au projet", nous assure le chef de file de l'exécutif, "je ne pense pas que le coût soit bien différent avec le nouveau projet, qui est un peu plus simple". Toutes les études préalables qui avaient été faites sont acquises puisque "des choses comme les sondages ou les études archéologiques, c'est fait une bonne fois pour toute et ce n'est pas à refaire. On avait passé un marché pour cette partie donc on va devoir réorienter une partie du marché. On fera un avenant sur la destination mais la collectivité n'aura pas perdu d'argent dans l'affaire. L'enveloppe définitive sera sensiblement la même", affirme l'élu.

Une opération à tiroirs
Il faudra tout de même être patient pour voir gymnastes, boxeurs et judokas gagner Quincieu : si tout se passe bien, les travaux débuteront en fin d'année... pour une livraison début 2022. "Si on peut regrouper nos services place de la Libération, en dégageant les associations sportives à Quincieu, ça nous permet de faire une opération à tiroirs et d'harmoniser nos conditions de fonctionnement, tout en les simplifiant", explique Michel Joubert.
Cette fameuse opération à tiroirs, c'est le souhait du président dans la mesure où pour l'instant, la collectivité loue des locaux dans divers points de la ville. "Si on peut être chez nous, avant de louer des locaux ailleurs, c'est quand même la meilleure solution", tranche-t-il, "ça nous paraît être la priorité mais rien n'est encore acté car en fonction des surfaces des uns et des autres, on déterminera quel sport est le plus opportun d'y mettre ou non ; la maîtrise d'oeuvre travaille d'ailleurs là-dessus". 

Un territoire bien ou mal doté en infrastructures sportives ?
"L'ancien directeur général de l'agglo, originaire de la région lyonnaise, m'a toujours dit qu'il était stupéfait de la quantité d'équipements sportifs qu'il y avait sur l'agglomération du Puy", confie le président Joubert. Sur le terrain, les acteurs du monde associatif nous font plutôt remonter au contraire un manque d'infrastructures sportives. "Je n'ai pas vérifié, s'il m'a dit une bêtise, je répète une bêtise, mais il assurait que par rapport à la population, on était vraiment bien dotés".

Le bel effet de communication
Au final, on appréciera le bel effet de communication de l'Agglo qui a préféré annoncer une salle de sports là où elle cherchait en priorité à grignoter un nouvel espace pour ses services depuis l'élargissement de l'agglo à 71, puis 73 communes. Il n'y a donc pas vraiment de surface supplémentaire réservée aux sports ? Michel Joubert bafouille... "Oui mais non mais il y a aussi des équipements sportifs ailleurs avec la Ville du Puy qui est en train d'installer des locaux pour la boxe je crois à Massot, il y a aussi au Val-Vert un projet de salle de sports. C'est un ensemble et on essaie de travailler en harmonie avec la Ville du Puy pour caser un maximum d'associations".
L'élu voit cependant d'un mauvais oeil les demandes affluer : "on voit beaucoup de monde qui se révèle pour demander la salle de Quincieu et on ne pourra pas contenter tout le monde. Le problème surtout, c'est que tous les jours naissent de nouveaux sports et tous veulent de nouveaux locaux... c'est un peu la fuite en avant".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire