Prison ferme pour les incendiaires de Brives-Charensac

mar 22/09/2015 - 13:42 , Mise à jour le 22/09/2015 à 13:42

Le 19 septembre dernier, les services de police intervenaient sur la commune de Brives-Charensac pour un sinistre concernant la buvette du stade de foot (lire). Les premiers éléments permettaient de penser qu’il s’agissait d’un acte volontaire.
D’autres incendies sur cette même commune se produisaient le 20 au tennis club, le 26 auprès d’une société d’informatique (lire), le lendemain à la médiathèque (lire) et le 28 dans une cabane des jardins ouvriers (lire). Un sinistre était également constaté avenue des Champs Elysées à Chadrac dans des entrepôts le 20 septembre (lire).

Tous les méfaits planifiés et listés dans un manuscrit
La série est donc loin d'être anodine et un nouvel acte délictueux était planifié. En effet, les enquêteurs ont mis la main sur un manuscrit de revendication des incendies cités ci-dessus (citant les "objectifs" dans un ordre chronologique quasi parfait) et précisant : "ceci n'est que le début, [...] tout va brûler", ajoutant "prochaine cible ce vendredi 3 octobre 2014".
Suite à un renseignement recueilli et exploité par la direction départementale de la sécurité publique de Haute-Loire, trois mineurs étaient désignés et le parquet avait requis leur interpellation, avant que les deux jeunes majeurs ne soient placés en détention provisoire, et le mineur sous un strict contrôle judiciaire.

Une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans d'emprisonnement
Rappelons que les jeunes interpellés ont reconnu l’ensemble des faits reprochés, auxquels il convient donc d’ajouter un vol de véhicule sur Lantriac, ainsi qu’un second vol de même nature commis dans cette même commune. Il s’agit, en l’occurrence, d’une Peugeot 309 qui a été découverte non loin de la gare de Lantriac et qui a pu ainsi être restituée à son propriétaire.
Les trois jeunes personnes interpellées sont poursuivies pour destruction volontaires par l'effet d'une substance explosive, d'un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes de plusieurs bâtiments à Brives-Charensac et Chadrac, mais aussi pour vols aggravés par trois circonstances et vols de véhicules automobiles le 29 septembre à Lantriac. Ces délits sont punis d'une peine maximum de 10 ans d'emprisonnement (20 ans pour le récidiviste et 5 ans pour le mineur).

Plusieurs centaines de milliers d'euros de préjudice
Le 25 août dernier, l'un des deux jeunes poursuivis avait fait une demande de mise en liberté car il avait une promesse d'embauche dans un commerce de la commune de Brives-Charensac, mais compte tenu de la gravité et la multiplicité des faits reprochés et de la forte probabilité à ce qu'une peine de prison ferme soit prononcée au terme de l'audience, cette demande avait été refusée et le jeune homme avait été maintenu en détention.
Il se présentait donc en compagnie de son complice majeur (leur acolyte mineur comparaîtra prochainement devant le juge des enfants) devant le tribunal correctionnel du Puy pour une audience extraordinaire ce lundi 21 septembre 2015. Entre la médiathèque, la buvette du stade Louis Exbrayat, le club-house du tennis, les jardins familiaux et une entreprise informatique avenue de Coubon, il y en aurait pour plusieurs centaines de milliers d'euros de préjudice.

Deux peines de prison ferme
Les deux jeunes gens ont d'ailleurs reconnu ces faits. En revanche, ils ont nié être les auteurs de l'incendie d'un entrepôt à Chadrac, avenue des champs Elysées. Faute de preuves, ils ont été relaxés de ce fait. En revanche, après délibérations, le tribunal a condamné le jeune homme de 19 ans à quatre ans de prison, dont un an avec sursis et mise à l'épreuve pendant trois ans. Son complice est condamné à une peine de cinq ans d'emprisonnement, dont un an avec sursis et mise à l'épreuve pendant trois ans.
Tous deux sont soumis aux mêmes obligations : se soigner, travailler ou suivre une formation, réparer les dommages causés et l'interdiction d'entrer en contact avec les co-auteurs de ces faits. Concernant les parties civiles de ce dossier, (des propriétaires, des gérants d'entreprises, le maire de Brives-Charensac ou encore le service départemental d'incendie et de secours), elles ont déjà été remboursées de leurs frais de justice et devront attendre le renvoi sur intérêt civil, fixé au 24 février 2016, pour espérer obtenir une compensation financière.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire