Moins d'élèves à la rentrée : l'école publique en danger ?

mar 06/09/2016 - 16:14 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

La démographie scolaire, en berne, inquiète. Il faut bien sûr savoir raison garder car on parle de petits effectifs, mais la tendance est là. On constate en effet la perte de 303 élèves (premier et second degrés confondus) par rapport à la rentrée précédente.
"Plus de 300 élèves par an, c'est inquiétant", souligne Jean-Williams Semeraro, l'inspecteur d'académie de Haute-Loire, "et ce n'est pas un simple transfert du public vers le privé ou une explosion de l'instruction à domicile, mais ce sont bel et bien des familles qui quittent le département". Même la circonscription de Monistrol-sur-Loire, la plus dynamique de Haute-Loire, perd 80 élèves à cette rentrée.

Pas de transfert du public vers le privé
La perte de 303 élèves représente 0,92 % des 32 743 élèves recensés en cette rentrée 2016, et n'impacte que le public (-2,43 % dans le premier degré et -0,6 % dans le second degré) car le privé gagne quelques élèves (+0,5 % dans le premier degré et +1,28 % dans le second degré).
Une poussée du privé à relativiser car les variations d'effectifs ne permettent pas de constater un transfert (par exemple, + 36 élèves dans le premier degré pour une perte de 356 élèves) et le public présente (encore) presque deux fois plus d'élèves (21 010 contre 11 733, premier et deuxième degré confondus).

Une telle baisse des effectifs, une surprise ?
La baisse des effectifs dans le public est-elle une surprise ? Peut-on parler d'un transfert de l'école public vers l'école privée ? La réponse de Jean-Williams Semeraro.

Comment justifier cette hémorragie ?
Vous avez mentionné le terme d'hémorragie pour qualifier cette démographie scolaire... Comment la justifie-t-on ? Doit-on s'inquiéter pour les années à venir ?

Les écoles vont-elles fermer petit à petit en Haute-Loire ?
Par conséquent, est-ce que cela signifie que les écoles et les postes vont fermer petit à petit en Haute-Loire ? Vous ne voulez pas répondre à ma question ?

----Des écoles sous observation
Chadrac et Espaly se situent chacune un élève en-dessous des seuils de fermeture, et celle de Saint-Paulien à six élèves. Elles sont donc placées sous observation en attendant la rentrée prochaine. Les écoles de Taulhac et de Jeanne d'Arc, au Puy, sont également suivies car leurs effectifs fluctuent chaque année. Enfin, les écoles d'Aurec et de Ste-Sigolène pourraient être menacées de fermeture à la rentrée 2017 car la baisse de leurs effectifs semble se poursuivre.-----Trois fermetures et trois ouvertures : "un équilibre parfait"
Concernant le premier degré, la carte scolaire a livré sa première mouture, dont les décisions seront confirmées en Conseil départemental de l'Éducation nationale (CDEN) le 23 septembre. Elle a débouché sur la fermeture de trois postes et sur la création de trois postes, ce qui conduit à "un équilibre parfait", se félicite Jean-Williams Semeraro. Notons que le blocage a finalement été levé pour l'école primaire de Polignac.
Les fermetures concernent l'école de Rosières, où les effectifs font état de onze élèves en-dessous du seuil de fermeture, "on peut discuter jusqu'à cinq-six élèves mais là, ce n'était plus du tout possible en termes d'équité territoriale", commente l'inspecteur d'académie. L'école primaire de Séneujols voit également un poste supprimé, tout comme celle de Saint-Paul-de-Tartas, suite à la fermeture de l'école.

Boudé par Pradelles, St-Paul-de-Tartas rejoint Landos
Dans ce cas précis, c'est la conséquence d'un regroupement qui avait suscité de vives réactions comme nous l'avions évoqué dans un précédent dossier : le bassin comptait 31 élèves répartis dans deux écoles (Pradelles) et sur trois postes. "Il était impossible de les conserver, pour l'équité départementale, surtout que les réformes incitent à regrouper les écoles", précise Jean-Williams Semeraro, "le revirement d'un élu nous a contraint à chercher une autre solution".
La veille de la rentrée scolaire, les élus de Landos ont tendu la main à ceux de St-Paul-de-Tartas, qui envoient leurs six élèves à l'école voisine, qui en compte donc 108 pour cette rentrée. L'école de Pradelles demeure seule, avec un poste et 19 élèves.

Des ouvertures "où le vivier est en train de s'ancrer"
Du côté des ouvertures, l'Inspection d'Académie a surtout procédé par demi-poste : c'est le cas à la maternelle de Vals-près-Le-Puy (qui avait déjà gagné un demi-poste l'an dernier) et à celle de Vergongheon, "où le vivier est en train de s'ancrer" et où il fallait "envoyer un signal positif".
Deux autres demi-postes, à titre provisoire, sont ouverts à l'élémentaire de Rosières (pour l'accompagnement pédagogique) et à celle de Tence, où le privé a également rouvert un demi-poste. "Ce n'était pas prévu mais c'était important pour l'équilibre entre privé et public sur le secteur", observe Jean-Williams Semeraro. On note enfin la création d'un poste de titulaire remplaçant à l'école primaire de Costaros.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire