Mardi 2 février : la journée des zones humides

Par NDe lun 01/02/2021 - 12:00 , Mise à jour le 01/02/2021 à 12:00

Si les océans et les forêts sont souvent comparés aux poumons de la planète, les zones humides en sont les reins. Pour rappeler leurs importances, une journée mondiale leurs est consacrée.

Mardi 2 février 2021, la Journée mondiale des Zones humides met l’accent sur l’eau : cette journée symbolique permet de rappeler l’importance de ces milieux précieux et menacés pour assurer à tous un accès à l’eau en quantité et en qualité suffisante. Atteindre cet objectif nécessite de mettre en place des actions multiples sur les territoires. Quelle que soit leur ampleur, c’est grâce à l’effet cumulatif de ces dernières que la ressource en eau est et sera préservée pour les générations actuelles et futures. Le Conservatoire d’espaces naturels (CEN) d’Auvergne propose ainsi deux actions menées en Haute-Loire.

Se présentant sous différentes formes (mares, marais, tourbières, forêts alluviales), elles remplissent un grand nombre de fonctions utiles pour notre bien-être et celui des générations futures :

  • Elles jouent un rôle capital dans la recharge des nappes phréatiques, l’alimentation des cours d’eau, l’épuration des eaux, la prévention des crues et des sécheresses
  • Elles stockent naturellement le carbone, participant à atténuer le changement climatique
  • Elles produisent une forte biomasse valorisée par l’Homme (fourrage, poissons…)
  • Elles sont des réservoirs remarquables de biodiversité

Terres vivantes, les zones humides sont des pivots de développement économique, le support de nombreux usages et dépositaires de valeurs culturelles. Elles constituent de précieuses alliées pour lutter contre les effets du réchauffement climatique.

Quand nature et agriculture vont de pair

Sur la commune de Vazeille-Limandre, le CEN Auvergne accompagne M. Soleilhac, agriculteur. De nombreuses parcelles de son exploitation sont en zones humides, c’est-à-dire qu’elles stockent durant une bonne partie de l’année de l’eau. Si c’est un atout pour l’abreuvement de son troupeau, cela entraîne en revanche du sur-piétinement, une perte de fourrage et un risque de maladie pour son troupeau.

Il s’est donc rapproché du CEN Auvergne pour savoir comment concilier préservation des zones humides et amélioration des pratiques agricoles. Plusieurs visites sur le terrain ont permis de définir les aménagements à réaliser : installation de bacs d’abreuvoir gravitaires et de pompes à museau ou encore mise en défens des zones humide.
Ces travaux vont être réalisés en 2021 dans le cadre des Cellules d’Assistances Techniques de la Borne, financé par l’Agence de l’eau Loire Bretagne, la région et le département de la Haute-Loire.

Opération de sensibilisation des élus

La communauté de commune de Mézenc-Loire-Meygal est en cours d’élaboration de son Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi), document qui intègre la localisation des zones humides afin d’éviter leur imperméabilisation par l’urbanisation. Afin de permettre aux élus de bien comprendre l’intérêt de la préservation des zones humides via ce PLUi, un atelier  « eau et zones humide » a été organisé sous l’impulsion de Michel Arcis, 1er vice-président de la communauté de communes et maire du Monastier-sur-Gazeille.

L'objectif ? Permettre aux élus de travailler sur deux communes avec des problématiques similaires pour comprendre par l’expérimentation et l’intelligence collective comment les zones humides de leur territoire peuvent participer à résoudre les problèmes d’inondation, de ressource quantitative et qualitative. Cet atelier, organisé par le Sage Loire Amont, le Sage Lignon du Velay et le CEN Auvergne, leur a ainsi permis de s’approprier ces sujets et de bien les appréhender.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

mi

mar 02/02/2021 - 09:50

Journée des zones humides!!!, sur ma commune trois narces, marais asséchés en 1967 pour exploitation de la tourbe et contenter quelques paysans. Ces zones n'ont jamais été remises en eau au niveau naturel, pourquoi?. La narces de "la Sauvetat" est devenue une mangrove aménagée (600000 euros) pour écolos du dimanche en basquettes blanches. Quelle tristesse!.

fr

lun 01/02/2021 - 20:51

Dans le même temps, le contournement de la RN88 tel qu'il est prévu va détruire vingt hectares de zones humides

he

lun 01/02/2021 - 12:46

il y a une très belle zone humide à Ours, aux portes du Puy, avec une faune et une flore diversifiées.