Les pierres de l'église des Carmes viendront finalement de…Turquie

Par Nicolas Defay mer 22/12/2021 - 06:30 , Mise à jour le 22/12/2021 à 06:30

Lors du dernier conseil municipal de l'année du Puy-en-Velay, les discussions ont tout de suite attaqué sur un dossier sensible : le chantier de l'église des Carmes. Chantier où, selon les mots du maire Michel Chapuis, "a vraiment joué de malchance".

Beaucoup d'encre a déjà noirci nombre de pages de journaux et pixels d'écrans concernant le grand chantier de l'église des Carmes. Et loin est encore le temps où plus aucun écrit ne portera sur ce dossier, bien visible par tous de part ses sempiternels et imposants échafaudages en plein centre-ville. Laurent Johanny, élu minoritaire, a sollicité le maire à fournir un état des comptes précis du marché afin de "renseigner aux contribuables comment sont dépensés leurs argents".

"Pourquoi cette différence entre le premier budget et ces 1 697 000 euros ?"

Laurent Johanny commence par détailler les sommes allouées à la société du Compagnon, première entreprise choisie pour s'occuper du chantier de l'église des Carmes. Au premier marché en 2016, 1 189 000 euros HT lui sont octroyés. Deux avenants suivent coup sur coup alourdissant la facture de 283 000 euros de plus. Cette entreprise tombée finalement en liquidation judiciaire, la Ville se doit alors de trouver un repreneur des travaux. C'est l'équipe de Fabien Michel qui se positionne.

L'élu de l'opposition mentionne que cette dernière entreprise a signé pour un budget de 1 697 000 euros HT pour terminer la rénovation. "Soit une addition totale de 3 169 000 euros HT depuis le début du chantier", calcule-t-il. Il demande alors au maire du Puy-en-Velay : "Précisément et clairement, pourquoi cette différence entre le premier budget et ces 1 697 000 euros ?", demande Laurent Johanny.

"Vous rendez-vous compte de l'augmentation !"

Si le sujet s'avère compliqué et enclin aux tensions, Michel Chapuis répond calmement en ces termes : "C'est vrai, la Ville a relancé ce nouveau marché avec cette somme là. Pourquoi cette différence ? Tout le monde a bien compris que les matières premières ont augmenté de façon exponentielle."

Il précise : "Au départ en 2016, le m3 de pierres indonésiennes taillées valaient 2 740 euros. Aujourd'hui, ce même m3 atteint 7 700 euros ! 7 700 euros ! Vous rendez-vous compte de l'augmentation !" Il conclue : "Les raisons de ce surcoût sont logiquement liées à cette inflation en plus de celles provoquées par le changement d'entreprise afin de reprendre le chantier".

"Croyez-moi, je ne suis pas fier qu'elles ne proviennent pas de nos terres"

Michel Chapuis révèle aussi que les pierres ne seront plus issues des carrières asiatiques mais de Turquie. "Il reste encore 140 m3 de pierres à commander pour terminer les travaux en plus de celles déjà acheminées par la première entreprise. Ces pierres seront importées de Turquie." Il souligne : "Moi-même le premier, je suis étonnée de ne pouvoir nous fournir en pierres de Haute-Loire ! Mais actuellement, aucune carrière ici n'est ouverte pour ça".

Et pourquoi la Turquie ? "Car il fallait trouver une pierre aussi dense que l'altiligérienne ou celle d'Indonésie", indique le maire. Il termine en ce sens : "Croyez-moi, je ne suis pas fier qu'elles ne proviennent pas de nos terres. Mais aucune extraction n'est effective chez nous. Ce chantier a vraiment joué de malchance. Mais ce chantier, il faut le finir !"

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

12 commentaires

ci

mar 28/12/2021 - 19:36

Effectivement ce dossier tourne au fiasco, Voilà ce qui arrive quand on méprise le bon sens et les règles élémentaires du code des marchés publics. L'addition pour les contribuables ponots va être salée. Mais comme d'habitude, Le maire de l'époque, Aujourd'hui Président de région viendra se gargariser d'une gestion exemplaire sur la Région et sur la ville.

Quand à M. Chapuis, celui-ci nous prend pour des imbéciles afin de justifier le surcoût de l'opération, la Turquie ???pourquoi ne pas faire venir les pierres de la lune ou de mars, tant qu'on y est ! 

ro

jeu 23/12/2021 - 18:36

On préfèrerait que l'argent du contribuable soit utilisé autrement, ...par exemple pour refaire bon nombre de trottoirs et de voies de circulation uniquement pour les piétons. Ce serait l'occasion de sortir des bagnoles de la ville. Mais au Puy... c'est désespérant, on fait l'inverse, au lieu de piétonniser l'espace, on l'encombre de voitures, de terrasses de toutes sortes, de pots hyper moches, de piquets, de plots en ciment, que sais-je encore. On voit des poubelles qui traînent partout, ça fait sale. C’est triste à dire, mais la ville n’est pas belle, ce n’est plus agréable de s’y promener.

bc

mer 22/12/2021 - 16:59

Surprenant de ne pas trouver de carrières altiligeriennes , la basilique St Julien de Brioude a été restaurée avec les pierres extraites de la carrière d’Azerat !!! 

Un technocrate va nous expliquer que techniquement la qualité de ces pierres ne conviennent pas à St Pierre des Carmes 

Par contre si nous n’avons pas de matériaux locaux dans cette restauration, les con-tribuables eux resterons locaux pour com-penser les erreurs des décideurs 

he

mer 22/12/2021 - 12:02

Dans ce dossier ne parlons pas de religion, même s'il s'agit d'une église.

 Il s'agit de sauvegarder notre patrimoine, ici l'église des Carmes. celle-ci était en mauvais état et il était nécessaire de la consolider pour éviter un effondrement à plus ou moins brève/longue échéance. C'est vrai que dans ce dossier la malchance s'est abattue ; la mairie et le Président de région se sont investies avec une entreprise qui a été défaillante. Mais aller chercher des pierres en Asie et maintenant en Turquie relève du comique, le plus grave c'est que notre pognon sert à payer des anomalies qui risquent d'être mises à jour par la Cour des Comptes. A suivre.  

du

mer 22/12/2021 - 11:53

Des carrières de brèche pyroclastique, il y en a en Haute-Loire et ailleurs en France. La vraie interrogation concernant l'Eglise des Carmes, ce n'est pas d'où viennent les pierres mais bien où est passé l'argent. Si les Ponots vont avoir à payer la facture, particulièrement élevée, de la reconstruction de ces ridicules clochers, ils peuvent légitimement demander aussi qui va profiter, indûment, de cette façon de mépriser les règles élémentaires de la commande publique. Et pour quel résultat ? La laideur de la façade de cette église est incommensurable, défigurée par la construction de ce porche grandiloquent au XIXème siècle. L'opportunité de lui redonner une valeur patrimoniale avec un vrai projet d'architecture contemporaine est perdue, et c'est bien dommage.

me

mer 22/12/2021 - 10:33

  "renseigner aux contribuables comment sont dépensés leurs argents"

C'est ce qui ma le plus choqué dans l'article, pour le fond, rien de nouveau sous le soleil,nos dirigeants pérorent pour s'installer sur le trône, mais n'ont aucunes connaissances ni capacités pour mettre en oeuvre leurs idées mêmes mauvaises.

ch

mer 22/12/2021 - 10:04

Les bâtisseurs du Moyen-Age ne faisaient pas venir leur pierres de Turquie...ou d'ailleurs ; même Versailles a été construit avec des pierres françaises, et c'est autre chose que l'église des Carmes ! Après avoir encensé, décoré, monté au pinacle "nos" entreprises, "nos" artisans, "notre" savoir-faire local et même légiféré pour éviter les appels d'offres, Wauquiez fait profil bas sur ce dossier, et verra ses généreuses subventions partir en Turquie (même pas dans l'Union européenne !). D'ailleurs, ce protectionisme local ne tient pas la route, si je puis me permettre : regardez la liste des entreprises travaillant sur le chantier d'Yssingeaux : toutes extérieures au département !

ru

mer 22/12/2021 - 09:46

Ne pas trouver ces pierres en Haute-Loire soit mais pas en France ça me semble un peu fort !!! Sans compter l'empreinte carbone. Il est possible également  de faire de la pierre reconstituée plus vrai que nature en faisant travailler des artisans français comme le réclame haut et fort le président de région, également élu de la municipalité du Puy en Velay. Tout ceci relève de l'économie et n'a rien à voir avec la religion

ga

mer 22/12/2021 - 09:30

Mélanger religion, fonds public et appel d'offre à l'étranger. Les pouvoirs publics ponots ont trouvé la recette idéale pour outrepasser les règles de laïcité et pour attiser tous les racismes qui les font gagner à chaque fois les élections. Bref, on entretient les haines pour garder à son électorat des raisons d'exister. C'est triste ! Alors que l'Eglise des Carmes reste le cadet des soucis des gens normalement constitués.

fr

mer 22/12/2021 - 09:01

il aurait peut etre été judicieux de réouvrir une carrière locale pour ce chantier car elles existes mais la encore les écolos .......! 

mi

mer 22/12/2021 - 08:53

hm - Un édifice religieux catholique restauré avec des pierres d'un pays musulman! , Erdogan doit se tordre de rire en savourant cette commande, quelle belle emprise symbolique de sa religion sur la notre!. C'est révoltant!. C'est la grande muette côté évêché!. Que nous réserve l'avenir avec tous ces dirigeants sans honte et sans courage!.

lo

mer 22/12/2021 - 07:31

C'est tout simplement HONTEUX  !! Lorsque l'édile de la ville avoue "ne pas être fier" ce monsieur est trop bon avec lui-même. ..À mon humble avis les démarcheurs de cette municipalité n'ont pas dû beaucoup se démener pour trouver une carrière en France voire en Europe. Peut-être sous l'omnipression de l'ayatollah de Région...J'espère que les ponots s' en souviendront...