Le Commissariat ponot met l'accent sur l'accueil des victimes

ven 30/10/2015 - 13:14 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

L'accueil du commissariat de Police a fait peau neuve en cette fin novembre : coup de peinture, nouveau mobilier et même tableaux d'Auguste Boudignon. L'établissement met l'accent sur la qualité de l'accueil des victimes. Ce vendredi 30 octobre, l'espace a été présenté à l'occasion de la visite du nouveau préfet, Eric Maire.

Entre 20 et 30 personnes par jour
L'accueil des victimes est soigné, " elles doivent être mieux reçues que les personnes voulant refaire une carte grise ", justifie le préfet Eric Maire. L'espace est pourtant petit : " On ne pouvait pas pousser les murs ", note Jeannine Buisson, commissaire de Police. Blanc, gris et vert, l'entrée est lumineuse. Ces aménagements étaient nécessaires pour ce Commissariat qui accueille entre 20 et 30 personnes par jour. La charte de déontologie trône sur le mur, non loin d'un petit espace aménagé pour les enfants. Du côté du pôle plainte, une vingtaine de tableaux d'Auguste Boudignon illumine le couloir.

Avec des associations
Pour la réalisation de ses travaux, le Commissariat a fait appel à la Régie de quartier de Guitard. " C'est le quartier difficile de l'agglomération et avec cette action on fait un rapprochement entre la population et la Police ", explique Jeannine Buisson. Le coût est également moins élevé. Un défibrilateur et une formation au personnel ont été offerts par l'association Être et Savoir.

----Déposer plainte par internet
Pour désengorger les services, le système de pré-plainte par internet a été lancé il y a deux ans. Il concerne les affaires non-urgentes comme les rayures de voiture... " Ensuite nous fixons un rendez-vous avec les victimes ", complète Jeannine Buisson.-----S'adapter aux victimes
Les tableaux du maître ponot mènent au Pôle plainte qui compte quatre policiers. Il est rattaché à la brigade de sûreté urbaine et sous l'autorité du Capitaine Didier Escura. En 2014, moins de 2 000 plaintes ont été enregistrées. En revanche, les mains courantes sont plus nombreuses notamment pour les violences conjugales. Là aussi, l'accueil s'adapte : " Dans ce type d'affaire, il ne faut pas trop poser de questions à l'entrée. Les victimes ont du mal à se confier ", expliquent les officiers. 

Les trois officiers d'accueil se plient au mieux aux multiples situations qu'ils rencontrent depuis leur bureau mais aussi sur le terrain.

E.J. 

Horaires du Commissariat : 8h-12h 14h18h 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire