Laissez-nous danser : un flashmob samedi au Puy

mer 25/11/2020 - 10:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 16:43

Après l'annonce de la reprise éventuelle des activités extra-scolaires en intérieur mi-décembre pour les mineurs et le 20 janvier pour les adultes, le monde de la danse n'abandonne pas la lutte.

Suivant un mouvement initié par la Confédération Nationale de Danse, plusieurs écoles de danse du Puy-en-Velay et des alentours ont obtenu l'autorisation préfectorale pour organiser un flashmob ce samedi 28 novembre 2020 à 14 heures sur la place du Plot au Puy. Les danseuses et danseurs devront rester masqués et à distance les uns des autres.

Une action symbolique face à une "incohérence"

Vêtus de noir et d'un accessoire rouge, les danseuses et danseurs évolueront sur une chorégraphie simple du titre "Jerusalema". Puis sur la chanson "Laissez-moi danser" de Dalida, reprise par Izïa et Ibrahim Maalouf, les participants resteront de marbre. Pourquoi ? "C'est une façon de montrer cette incohérence et ce refus de nous laisser pratiquer notre passion, travailler, danser… alors qu'on sait s'adapter nous aussi, comme c'est le cas depuis le mois de juin", souligne Elsa Beraguas dont aucun cours n'a été le germe d'un cluster de Covid depuis le début de l'épidémie. La professeure de Centre Danse au Puy s'est engagée dans le mouvement national à titre personnel. Elle organise ce flashmob avec trois autres professionnels : Sandra Dos Santos (de l'école privée ponote Espace Danse), Francois Francavilla (du Studio Francois de Brives-Charensac) et Fabienne Leblanc (d'Helwa Danse orientale). Mais en tout, une quinzaine de professeurs de danse du bassin de vie sont engagés.
 

Une attente jugée trop longue et injustifiée

En effet, les annonces du président de la République de ce mardi 24 novembre au soir n'ont pas stoppé ce mouvement national intitulé "Laissez-nous danser". Selon ce calendrier, seuls les mineurs pourront reprendre les activités extra-scolaires d'intérieur le 15 décembre si le nombre de contaminations par jour se situe autour des 5 000 et environ 2 500 à 3 000 personnes en réanimation. Les adultes, eux, devront attendre le 20 janvier si le nombre de contamination demeure en-dessous des 5 000 cas positifs par jour. Or, certaines écoles de danse ne comptent que des adultes comme la danse de salon. Les autres ont aussi des cours adultes en nombre.
Enfin ce flashmob est également vu comme un moment de communion entre des élèves séparés de leurs amis et de leur passion depuis le 1er novembre. "Ce que nous apportons à l'esprit a un effet sur notre corps, explique Fabienne Leblanc. Avoir un esprit sain donne un corps sain et réciproquement. Notre rôle a un vrai sens !" Sans oublier les difficultés financières engendrées par ces deux arrêts brutaux des activités que nous avions relaté dans notre précédent article : Laissez-nous danser : le cri du coeur des danseuses et danseurs du Puy et d'ailleurs (19/11/2020).

Annabel Walker


Le monde du sport aussi se mobilise. Après Studio Fitness à Brives-Charensac, le coach sportif ponot Baptiste Massin a fait ses propres photos de nu pour demander la réouverture des salles de sport (prévue désormais au 20 janvier pour les adultes) :


 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire