Laissez-nous danser : le cri du coeur des danseuses et danseurs du Puy et d'ailleurs sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Laissez-nous danser : le cri du coeur des danseuses et danseurs du Puy et d'ailleurs

Date : 19/11/2020 | Mise à jour : 23/11/2020 09:03
Partager

Si les clubs de sports ont l’espoir d’une réouverture au 1er décembre pour les mineurs en fonction de la situation sanitaire, les écoles de danse, dépendant du ministère de la culture, n’ont encore aucune visibilité quant à leur reprise. Et l’attente s’en ressent dans le corps comme dans la tête.

Quelques danseuses profiteront de faire le marché (achat de première nécessité) les samedis au Puy pour interpeller les passants. D’ailleurs si des danseurs, danseuses ou musiciens veulent se joindre à ces mini happenings pour montrer que la danse fait partie de leurs vies et faire des petites chorégraphies, ils peuvent écrire à libertehauteloire@gmail.com

Elles n’ont pas posé nues comme leurs camarades de Studio Fitness mais les danseuses du Puy-en-Velay réclament la réouverture de leurs salles à cor et à cri. A l’instar de la salle de sport privée de Brives-Charensac, plusieurs écoles de danse lancent des appels pour reprendre leur discipline qui participe habituellement à leur bonheur et à la santé physique au quotidien.

Menottées, en tenue de détenues

« Quand j’ai vu les photos de nu en noir et blanc de Studio Fitness sur les réseaux sociaux, j’ai cherché des costumes de détenus et des menottes qui me restaient d’un précédent spectacle sur la Casa de Papel. » Sandra Dos Santos est alors passée devant et derrière l’appareil photo avec une poignée de ses élèves pour montrer l’enfermement qu’elles ressentent de ne pas pouvoir danser. La professeure de l’école privée Espace danse du Puy-en-Velay nous a décrit le manque de danse :

Zoomdici.fr · Le manque de danse

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Sandra Dos Santos garde le contact avec ses élèves. Si elle ne propose pas de cours en visio parce qu’elle ne peut pas corriger la position des élèves, elle envoie des vidéos des chorégraphies du spectacle qui n’a pas pu être donné en fin d’année dernière, avec l’espoir de pouvoir le présenter cette année. Mais cet arrêt de plusieurs semaines signifie forcément une perte de souplesse, de musculation, de mémorisation… « Il faudra tout reprendre à zéro », se désole Sandra Dos Santos.

> Voir les annonces du ministère des sports de mercredi 18 novembre

La Confédération Nationale de Danse a lancé une pétition pour la réouverture des écoles de danse. Elle a recueilli jusqu’ici plus de 8 270 signatures.

Alicia Ferrero, elle, propose des cours en visio en renforcement musculaire, étirement et même de la barre de pole dance pour celles qui en ont chez elles. La professeure de Pole n’ Fit Studio d'Espaly Saint-Marcel espère rouvrir au moins pour les mineurs dès le 1er décembre (et même plus tôt si possible) car elle a un cours enfants de sports aériens avec cerceau ou tissu. Avec son diplôme d’éducatrice sportive, c’est le ministère des sports qui la finance. C’est d’ailleurs Jeunesse et sports qui lui avait versé l’aide exceptionnelle de 1 500 euros en juin dernier. « Il faut avoir de la trésorerie parce qu’il y a un bon mois d’attente », regrette-t-elle.
Si la professeure de pole dance n’a pas de loyer à payer, étant propriétaire de son local, elle a un crédit à rembourser. « Et la banque n’a rien proposé », remarque-t-elle, amère. Même son de cloche du côté de Sandra Dos Santos qui, elle, a un loyer de 765 euros à régler chaque mois boulevard Saint-Louis. « Ma propriétaire n’a rien voulu savoir en mars-avril, se désole-t-elle, et l’aide de 1 500 euros n’a pas suffi parce qu’il n’y a pas que le loyer ». Aujourd’hui, elle prépare une lettre à l’agence immobilière pour novembre et peut-être décembre. Elle a également fait une demande au Département pour l’aide aux loyers mais elle n’a pas encore de réponse. Les clubs de danse associatifs, eux, ont l’avantage de ne pas avoir de loyer à payer puisqu’ils utilisent des salles communales qui leur sont prêtées. Mais, dans le même esprit, la professeure de l'association Centre Danse, Elsa Beraguas, a modifié sa photo de profil Facebook avec le slogan "Laissez nous danser" tout en envoyant des vidéos d'exercices et de chorégraphies à ses élèves. À leur tour, ses élèves se prennent en photo en noir et blanc, entravés dans leurs mouvements de danse dans leurs salons.

« J’ai demandé à mes élèves de continuer à régler le prix des cours, indique Alicia Ferrero, et je m’engage à rattraper tous les cours comme ce que j’avais fait jusqu’en juillet et août ; il ne me restait que 4 heures à rattraper. » Sandra Dos Santos, elle aussi, a travaillé jusqu’à fin juillet pour rattraper les cours du premier confinement, avant de reprendre dès début septembre au lieu de fin septembre.

Une baisse des effectifs de 20 %

Pour ajouter à leur détresse financière, les écoles de danse accusent une baisse des effectifs cette année. « Tous les clubs de danse du bassin du Puy – Créa Danse, Centre Danse et Espace Danse – ont connu une baisse de leur nombre d’élèves aux inscriptions de la rentrée, soupire Sandra Dos Santos, pour ma part c’est autour de 20 %. »
Pourtant, ces deux professeures de danse assurent que ce n’est pas dans leurs cours que le virus a pu librement circuler. « C’est injuste, s'insurge Alicia Ferrero, ma salle fait 110m2 pour cinq barres espacées de 2,50m, on dépasse largement les 4m2 par personne ». Sandra Dos Santos est sur la même longueur d’ondes :

Zoomdici.fr · Un protocole sanitaire appliqué à la lettre

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Pour conclure, Sandra Dos Santos souligne qu’elle s’exprime ici en son nom mais aussi au nom de toutes les personnes qui ont des associations ou des clubs de sports.

Annabel Walker

















Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteA le 20 novembre 2020 - 17h28
Tant que l'on n'est pas ou que l'on a pas un proche, un ami sévèrement touché (détresse respiratoire, réanimation voire coma, soins intensifs, rééducation et séquelles???) on est des privilégiés alors il ne faut pas se voiler la face et avoir une attitude et des propos responsables !

Signaler un abus

img_journalisteR le 20 novembre 2020 - 10h54
Tout le monde en a marre. Mais mon père est hospitalisé depuis 3 semaines infecté sans être sorti de chez lui et je peux vous dire que vu de l'intérieur les infirmières sont débordées. Alors danser, sûrement mais pas tout de suite Soyez raisonnables et pensez aux autres. Regardez les chiffres Covid de la Haute-Loire on est avec la Savoie le département le plus touché.

Signaler un abus