Haute-Loire : déjà trois itinéraires ouverts de la Via Fluvia

ven 03/07/2015 - 14:09 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:35

La véloroute Via Fluvia, c’est avant tout un grand projet collectif, de la Loire jusqu'au Rhône. C’est un beau voyage qui va progressivement se mettre en place, né de la volonté et de la solidarité de sept partenaires (sept Communautés de Communes et d’Agglomération) engagés depuis 2013 afin de créer un équipement commun, et regroupés dans une Entente : l’Entente pour la Via Fluvia. Un dispositif administratif qui permet aux collectivités de travailler ensemble sur ce projet sans avoir à créer une structure dédiée.
Ayant pris la mesure de la forte concurrence touristique dans les espaces ruraux, les membres de l’Entente ont créé cet équipement nouveau. Il témoigne de leur volonté d’accroitre leur notoriété et de développer l’économie touristique, mais aussi de partager leurs magnifiques paysages, leurs traditions et savoir-faire avec leurs futurs usagers. La Via Fluvia apporte aussi aux habitants des territoires qu’elle traverse de formidables occasions de balades. Elle relie la vallée du Rhône à l’Auvergne et traverse trois départements : Ardèche, Loire et Haute-Loire.
Le programme Via Fluvia s’inscrira à terme dans la France à Vélo réunissant tous les itinéraires longue distance de la destination France : la Loire à Vélo, le Tour de Bourgogne, la Véloroute des Deux-mers, etc.

----L'itinéraire devrait être long de 120 km à terme. Voici le parcours : Lavoûte - Rosières - Yssingeaux - Grazac - Raucoules - Dunières - Riotord - Bourg-Argental (Loire) - Annonay (Ardèche) - Serrières ou Sarras (Ardèche).-----La Via Fluvia, pour tous les goûts
La Via Fluvia "est un itinéraire rêvé pour s’initier ou se perfectionner en vélotourisme", détaille le service communication : "idéal pour les débutants avec des sensations nature immédiates en terrain plat. Passionnant pour les accros à l’histoire des chemins de fer où toute une mémoire revit".
Comme il y en a pour tous les goûts, le service communication conclut : "Zen pour ceux qui, loin du bruit et de l’agitation urbaine, veulent voir des mésanges huppées ou des hérons à long cou s’envoler sous leurs yeux. Culturel pour les amoureux de châteaux et prieurés qui émaillent le parcours. Sportif pour les aventuriers qui veulent tester leurs braquets".

De la balade à vélo  aux vacances à vélo
Les vacances à vélo ont le vent en poupe, une popularité qui se traduit par la montée en puissance des véloroutes et voies vertes en France. La raison est simple : les Français recherchent davantage les loisirs de nature accessibles et sportifs. Bon pour la santé, sans pollution et 100% écologique, le tourisme d’itinérance est la pratique touristique la plus répandue : elle convient à toutes les générations et à tous les budgets.
Les véloroutes ont tellement la côte que les sorties ou balades à vélo se transforment en vacances à vélo. Les séjours s’allongent et les usagers adoptent la « green conscience » dans leur décision : l’environnement, la santé, les découvertes, la liberté et la mobilité sont des nouveaux critères qui influencent les formes de vacances.

Le vélotourisme : un marché en devenir
La France figure parmi les leaders du tourisme à vélo itinérant : c’est le pays le plus programmé au monde par les tour-opérateurs spécialisés et elle reçoit le tiers des touristes à vélo itinérants en Europe. Le tourisme à vélo représente 1,5 milliard d’€ de chiffre d’affaires en France (2013), soit une hausse de 3,1% par rapport à 2012. C'est 7,7 millions de séjours en France dont 5,7 millions effectués par des Français.
----En 2014, la fréquentation des véloroutes et voies vertes a enregistré une hausse de 12 %.
-----Notons enfin que les dépenses des touristes à vélo dans les hébergements sont supérieures à celles des autres touristes, de même pour les dépenses en restauration : la dépense moyenne par jour et par personne est de 67 € (soit 1,06 € par jour par personne et par km). Une donnée qui s'explique par l'émergence de nouveaux vélotouristes, esssentiellement des urbains issus des catégories socio-professionnelles élevées, et disposant donc d'un fort pouvoir d'achat.

"Elle va contribuer à renforcer la notoriété de la Haute-Loire"
Les acteurs du tourisme se réjouissent de cette initiative et Daniel Vincent, Directeur de la maison du tourisme de la Haute-Loire, déclare : "la Via Fluvia va être un élément structurant très important au service de notre développement touristique. Elle va contribuer à renforcer la notoriété de la Haute-Loire comme une destination privilégiée pour ses activités de pleine nature. Ce projet constitue une opportunité considérable pour découvrir les richesses touristiques des territoires traversés".
Cette Via Fluvia est en effet l’occasion de proposer en Haute-Loire un tourisme différent, par le « mode doux » de déplacement, par la diversité des découvertes culturelles, patrimoniales, gastronomiques et naturelles présentées tout au long du parcours. Véritable vitrine d’un tourisme nature et accessible par tous, maillant l’ensemble des territoires traversés, la voie verte offrira aux touristes un nouvel itinéraire emblématique du département.

Déjà trois itinéraires ouverts
Ouvrages d’art imposants, points de vue en hauteur, rives de deux fleuves emblématiques, ce sont de vrais tableaux de maîtres qui se succèdent à partir des deux entrées de la Via Fluvia : à Serrières (VivaRhône) et Sarras (Porte de Drôme-Ardèche) pour finir à Lavoûte-sur-Loire (Emblavez). Les tronçons de Dunières à Riotord, Raucoules à Grazac et Rosières à Lavoûte-sur-Loire sont actuellement ouverts.

  • De Dunières à Riotord
    Départ à l’ancienne gare de Dunières au charme vintage pour emprunter la voie verte « La Tracolline Velay Forez » qui s’intègre désormais à la Via Fluvia. Un parcours qui plonge dans une profonde forêt nordique, ouvrant sur des clairières et des plateaux joliment vallonnés. À 800 m d’altitude, c’est la voie verte la plus haute et la plus chlorophylle de France, il n’est pas rare d’y croiser des chevreuils. Le parcours traverse les paysages sauvages du Velay, des villages, forêts et prairies sur une piste spéciale jusqu’à son terminus : la Maisonneuve.
    À découvrir : plusieurs ouvrages d’art remarquables (viaduc du Pont de Faurie à Dunières et viaduc de Sarcenas à Riotord) surplombant la rivière Dunières. C’est aussi l’occasion d’alterner entre partie ombragée avec un mur de végétation puis une partie plus ouverte sur les prairies typiques de ces régions. Ensuite, pour les plus aventureux, un chemin permet de gagner le géant col du Tracol à 1 030 mètres d’altitude. À pied, en VTT ou en roller, chacun trouvera son rythme. Un « Vélorail » au départ de la gare de Dunières permet une découverte originale et panoramique.

  • De Raucoules à Grazac
    Entrez dans le domaine insolite et unique des Sucs. Ces anciens volcans endormis en forme de dôme, de piton ou de pain de sucre, surprennent le regard à chaque tour de roue. Sur une ancienne voie de chemin de fer recouverte, la Via Fluvia se déploie. Elle débute à la gare de Raucoules dans le village d’Oumey pour se terminer au Bourg de Grazac.
    Elle propose au regard des paysages ouverts : vaste plateau avec vue panoramique sur les sucs, vallées des affluents de la Loire. Côté faune, de grands et petits mammifères se partagent les terres : sangliers, chevreuils ou encore lièvres et l’hermine. En levant le nez, on peut apercevoir la mésange huppée ou le héron à long cou... Côté flore, la végétation est influencée par les rivières, les ruisseaux et l’activité agricole. On peut aussi emprunter les chemins au sud et faire un détour par le plan d’eau de Lavalette.

  • De Lavoûte-sur-Loire à Rosières
    Sur cet itinéraire, la Via Fluvia s’aventure dans la vallée de la Loire mais aussi dans l’atmosphère sauvage et western des gorges profondes de la Suissesse. Le tracé commence près de la passerelle grâce à laquelle la Via Fluvia traverse la Loire. Au coeur de l’Emblavez, le démarrage se fait tout en douceur le long de la route jusqu’à Beaulieu. Puis le trajet commence à prendre de la hauteur vers Rosières où une vue imprenable sur la plaine de l’Emblavez et les contreforts des sucs volcaniques se dessine. Une escapade est possible pour découvrir l’un des sites du Circuit d’interprétation des Paysages de l’Emblavez, le calvaire du Champ Clos en forme de nef et ses étonnantes croix sculptées, qui se situe au-dessus de la Via Fluvia.
    Après Rosières, le tracé se prolonge dans l’univers brut et sauvage des gorges de la Suissesse, avec notamment l’une des créations étonnantes de la nature, le ravin de Corboeuf et des ouvrages d’art comme le viaduc de Chavalamard. Le parcours s’achève vers la carrière de Saint-Julien-du-Pinet mais l’aventure continue en Emblavez avec des randonnées VTT ou autres sports de pleine nature.

Les prochains itinéraires
L’itinéraire situé dans les Monts du Pilat est sur un territoire riche et fragile, protégé par le « Parc naturel régional du Pilat ». Les paysages varient entre prairies agricoles, remplies de fleurs au printemps, forêts épaisses et prés animés par des vaches. Le tracé passera par la gare de St Sauveur où de nombreux petits ponts et viaducs - dont celui de la Poulette - sont visibles. De beaux points de vue sur la vallée de la Déôme et les Crêts du Pilat sont également à découvrir.
La communauté d’agglomération du Bassin d’Annonay et les communautés de communes Drôme-Ardèche et VivaRhône se situent au coeur de la région Rhône-Alpes. Ces territoires offrent aux amoureux de la nature et du plein air, des paysages remarquables : vers l’est, vue sur les Alpes et le Mont Blanc, vers l’ouest vue sur les contreforts du Massif Cental et vers le nord, vue sur les sommets du Pilat. De belles randonnées, des descentes en VTT ou des balades à chevaux animent les décors sauvages et préservés. Avec un passé d’innovation industrielle très riche, les mordus d’histoire pourront se plonger dans l’héritage du car, du papier, et plus généralement du territoire. Annonay est notamment le lieu d’invention de la célèbre montgolfière par les frères Joseph et Étienne Montgolfier. On a souvent rapporté que le premier envol en ballon était le fruit du hasard et de nombreuses anecdotes pittoresques ont circulé à ce sujet.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire