Hausse des prix : des jouets de seconde main sous le sapin ?

Par EMa lun 19/12/2022 - 12:00 , Mise à jour le 19/12/2022 à 12:00

Tant pour des raisons écologiques qu’économiques, le marché du jouet d’occasion se développe en France. Plusieurs plateformes et magasins proposent des jouets de seconde main. Pour les fêtes, jouets neufs ou d'occasions ?

Pour faire plaisir aux enfants à Noël, nombreux sont ceux qui se tournent vers la seconde main. La hausse des prix et notamment sur les jouets, joue un rôle sur le mode de consommation des ménages à l’approche des fêtes. Les boutiques de dépôt-vente et spécialisées dans l’occasion ou encore les bourses aux jouets vendent des dizaines de jeux issus de dons et vendus à prix cassés. Nombreux sont les intéressés.

9 altiligériens sur 10 sont prêts à acheter ou offrir des jouets de seconde main pour ce Noël 2022.*

Deux tiers d’entre eux se tournent vers les jouets de seconde main pour des raisons économiques. *(selon un questionnaire réalisé par Zoomdici sur un échantillon de 97 altiligériens âgées entre 26 et 60 ans et plus, entre le 1er décembre et 15 décembre, via Google Forms).

Dans le contexte d’inflation et fort de ce constat, les jouets d’occasions tirent leur épingle du jeu.

Quelles motivations pour la seconde main ?

La tension sur le pouvoir d’achat qui est une réalité pour certaines familles, fait de la seconde main, une bonne alternative pour concilier à la fois les budgets de chacun et la volonté de faire plaisir aux enfants pour les fêtes de fin d’année.

Deuxième raison pour acheter de la seconde main : des motivations écologiques. Avoir des enfants, c’est souvent synonyme de consommer plus et donc les familles cherchent des solutions pour concilier hausse de la consommation et impact environnemental maîtrisé.

D’autres estiment que les enfants n’ont pas besoin de jouets neufs pour pouvoir s’amuser.

La seconde main pour Noël, en vogue ?

La seconde main en tant que cadeau soulève des questionnements notamment sur la perception de la personne qui reçoit le cadeau. Ce dernier n’est pas forcément un vieux jouet et certains sont même très récents.

La boutique "Le coffre à jouets" à Brioude
La boutique "Le coffre à jouets" à Brioude Photo par Le coffre à jouets Facebook

« Les jouets de seconde main ne sont pas que des jouets démodés. On a des jeux très en vogue en ce moment. Pat’ Patrouille, Playmobil, Pyjamasque, Storikid, une lampe qui raconte des histoires, etc... », a expliqué Françoise Vinçont, gérante de la boutique Le coffre à jouets à Brioude, magasin de dépôt-vente de jeux, jouets, peluches pour enfants.

Par ailleurs, selon notre questionnaire, 6 personnes sur 10 préfèrent acheter des jouets de seconde main sur les sites en ligne comme Leboncoin, eBay ou encore Vinted.

Seulement 2 personnes sur 10 vont directement en magasin. Une statistique confirmée avec les propos de Françoise Vinçont : « À l’approche de Noël, la fréquentation de la boutique n’est pas plus importante que la normale. En général, on a réellement très peu de personnes qui rentre dans la boutique. »

« C’est principalement pour des raisons économiques que les parents viennent dans mon magasin. Les jouets y sont 30 % à 50 % moins chers que les jouets neufs », a ajouté la gérante.

« Je regarde la valeur du jouet sur le net, ensuite, j’ajuste son prix par rapport à l’usure du produit. Je ne garde que les jouets en bon état voire quasi neuf. Ma boutique n’est pas un vide-grenier ! » a précisé Françoise Vinçont.

Un investissement utile et solidaire

Ce lundi 19 décembre s’organise une bourse aux jouets 16h à 17h30, 3 place de l’Église à Saint-Julien-Chapteuil, pour le Secours catholique. Selon notre questionnaire près de 6 personnes sur 10 se dirige vers les bourses aux jouets pour les cadeaux de seconde main.

« Ceux qui viennent, sont souvent des gens qui n’ont pas les moyens. Je n’ai pour l’instant pas entendu une personne venir et me dire qu’il faisait ça, pour des raisons environnementales », a livré Solange, 70 ans, responsable des secours catholique à Saint-Julien-Chapteuil.

Les jouets mis en vente par Solange ne dépassent pas les 10€ par jouet. Puzzle, poupées, dînette... Tous les objets ont déjà été utilisés et sont ici revendus à prix cassés.

« On représente une association caritative. Notre but, c’est de faire de l’argent pour le Secours catholique », a confié Solange.

Le stock de jouets provient de dons de particuliers que l'association reçoit toute l’année. « Ce sont des familles qui vide leur placards. Elles ont envie de se débarrasser de jouets qu'elles n'utilisent plus et de faire un acte de solidarité en même temps », a conclu la responsable.

L’argent de la vente sera reversé intégralement au Secours catholique.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire