Élection régionale : l’écologiste Fabienne Grébert s’exprime

Par Nicolas Defay mar 20/04/2021 - 16:30 , Mise à jour le 20/04/2021 à 16:30

Alors que les dates d’élections du 20 et 27 juin apparaissent de plus en plus sur tous les médias, le drapeau vert a entamé sa campagne à travers les 12 départements d’AuRa. Fabienne Grébert, tête de liste de « Pour une Région Écologique et Solidaire » est venue partager quelques-unes de ses idées.

C’est au bord de l’étang du Lauzet à Orzilhac que Fabienne Grébert, porte oriflamme des écologistes d’Auvergne-Rhône-Alpes, a rencontré trois associations de défense de l’environnement. Tête de liste aux élections régionales 2021, elle a écouté les arguments, les inquiétudes et les points de crispations de la FNE 43 (France Nature Environnement), d’Auta (Association des Usagers des Transports d'Auvergne) et de SOS Loire Vivante. « L’objectif de ce rendez-vous était de répondre aux questionnements des associations environnementales et présenter les grandes lignes de notre programme », indique Renaud Daumas, chef de file des écologistes aux régionales 2021 en Haute-Loire.

« Aujourd’hui, on ne peux plus financer à la fois des politiques qui détruisent l’environnement et l’emploi et des politiques qui réparent ces destructions ». Fabienne Grébert

Renaud Daumas et Fabienne Grébert. Photo par Nicolas Defay

Mettre en place une « éco-conditionnalité des aides »

Plusieurs sujets ont été abordés comme celle de l’eau, de l’artificialisation des terres, des parcs régionaux ou encore de l’agriculture. « Aujourd’hui, on ne peux plus financer à la fois des politiques qui détruisent l’environnement et l’emploi et des politiques qui réparent ces destructions, insiste Fabienne Grébert. Nous devons sortir de cette crise économique actuelle avec effectuant moins de recettes fiscales et moins de dotations globales de fonctionnement ».

Elle ajoute : « Il faut à présent appliquer des politiques bonnes pour l’économie locale, l’emploi et l’environnement. Comment ? Par exemple en accompagnant financièrement les agriculteurs dans la conversion à des pratiques plus vertueuses. » Elle mentionne encore : « Du côté des communes, nous devons encourager les projets qui conduisent à la réhabilitation des bâtiments existants plutôt que d’artificialiser les sols pour bâtir du neuf ».

« Dans les villages, nous allons accompagner le maintien des commerces de proximité. Nous allons ainsi pouvoir créer de l’emploi local, de l’artisanat, de l’aide à la personne. Si le travail reste à côté de chez soi, alors l’utilisation de la voiture et la construction de route n’ont plus lieu d’être ». Fabienne Grébert

« Un président de région est là pour l’intérêt général des habitants de sa région »

À travers les réponses apportées par Fabienne Grébert, quelques piques sont lancées à l’actuel président de région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez. « Un président de région est là pour l’intérêt général des habitants de sa région. Quand je serais la présidente, je ferais en sorte que le budget de la région soit convenablement investi et reste ici, sur nos territoires et qu’on puisse travailler de concert avec les maires et les grandes communauté de communes ».

Fabienne Grébert fait allusion aux 226 millions d’euros dépensés pour la déviation de la RN88 entre le Pertuis et Saint-Hostien. Une somme qui, normalement, aurait dû provenir des deniers de l’État et non de ceux de la Région.

C.Gacon, R.Daumas, F. Grébert, P.Pommarel, et N. Rumberger. Photo par Nicolas Defay

« L’Auvergne-Rhône-Alpes peut devenir un exemple pour toute l’Europe d’une région qui aura réussi sa transition écologique. C’est ça que nous allons effectuer parce que les gens aspirent à ça, les élus aspirent à ça et les entreprises également. La vague verte est loin d’être terminée ». Fabienne Grébert

« Je ferais en sorte de réparer toutes ses erreurs »

« Laurent Wauquiez n’était pas du tout favorable au PNR (Parc National Régional, Ndlr) des Gorges de l’Allier, lance Fabienne Grébert. Il a fait annuler la délibération à la suite de quoi j’ai déposé un recours que j’ai gagné. La Région a le devoir de mener à bout ce projet. Mais aujourd’hui, les élus locaux sont totalement figés par la pression qu’applique le président de Région. Ils ne vont certainement pas s’exprimer en faveur de ce PNR par peur de perdre leurs subventions. »

La tête de liste promet alors : « Je reviendrai vers les élus locaux à partir du mois de juillet 2021 pour repenser ce projet indispensable. Ce territoire est en train de se désertifier, de s’effondrer. Nous devons redonner de la vie et de l’animation territoriale pour inciter les gens à venir ici. Laurent Wauquiez n’en a pas voulu. Qu’il le laisse. Je ferais en sorte de réparer toutes ses erreurs ».

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

5 commentaires

se

mer 21/04/2021 - 15:58

Cette dame veut nous faire croire qu' avec les écologistes tout serait mieux, en en croire depuis leurs élections dans certaines grandes villes c'est tout simplement catastrophique.......sont contre tout voitures,avion, routes ,5G,viande en cantine.
Vous vous trompais de combat tout simplement.

lo

mer 21/04/2021 - 14:24

Cette candidate doit rêver car elle ne doit pas être souvent dans les villages de notre département entre autres. Il y a belle lurette que les jeux sont faits concernant les petits commerces et pour les quelques survivants la messe est dite aussi. "La vague verte" dont elle se gargarise ne va pas certainement pas submerger nos territoires mais au contraire stagner au plus profond de la marée basse car à les écouter, bientôt nous n'aurons plus le droit de conduire, se chauffer, s'alimenter comme on l'entend, voyager, etc...vivre tout simplement. Revenez sur terre deux minutes les écolos, vous avez déjà assez fait de mal comme ça notamment à Lyon, Bordeaux, Strasbourg entre autres !!

ga

mer 21/04/2021 - 13:09

Un programme pour le développement local en pensant à l'avenir environnemental sur le papier puis, en cas de victoire, comme chaque fois avec les Verts, on aura droit à de l'ultra-gauchisme. On projette circuits courts et écologie et on finit en interdisant la viande dans les cantines, en désarmant la police et en invitant tout le monde à la Biocoop ou chez l'aromathérapeute du coin. Malheureusement, ELVE se discrédite un peu plus chaque fois qu'il accède au pouvoir ...

he

mar 20/04/2021 - 18:06

Je voudrais bien connaitre l'issue du vouloir maintenir les commerces locaux. Dans les bourgs centres des "petites grandes surfaces" ont détruits les petits commerçants. Quand une commune a perdu son école, sa boulangerie, son épicerie, sa station essence, son médecin c'est une hémorragie qui ne peut être colmatée. Cette candidate n'a pas du beaucoup parcourir le territoire, elle aurait constater le nombre de rideaux commerciaux baissés à tout jamais. Allez dans les communes composant certains cantons : Pinols, Saugues, Lavoute-Chilhac, Cayres, Fay sur Lignon, entre autres. Bonne chance Madame, c'est une volonté électorale mais la réalité est toute autre.

se

mar 20/04/2021 - 17:58

Tous ses braves gens se sont ils déplacer a vélo ?......De l' écologie radicalisme,punitive, non merci je ne désire pas vivre sur votre planète......je suis allergique a l écologie tel que vous la pro net.