Deux tonnes de déchets ramassés par les Valladiers

Par Annabel Walker ven 22/04/2022 - 16:30 , Mise à jour le 22/04/2022 à 16:30

Depuis une dizaine d’années, les habitants de Vals près Le Puy se retroussent les manches pour nettoyer leur commune chaque premier week-end d’avril. Ils étaient une soixantaine le 9 avril dernier.

Deux camions de la Ville de Vals près Le Puy sont repartis chargés à bloc de détritus en tout genre, ce samedi 9 avril 2022, à la mi-journée. D’une capacité de 5 m³ chacun, il ont recueilli la triste récolte d’une soixantaine de volontaires et d’élus municipaux pour la traditionnelle matinée de nettoyage de la commune. Et encore ! C’est sans compter les immondices que les bénévoles ont égrenés au fil des containers rencontrés sur leur passage ou des objets encombrants signalés pour collecte ultérieure par les services de la Ville.

Ces décharges sauvages se situaient principalement à trois endroits. Tout d’abord, sur le plateau d’Eycenac, aux abords du circuit de motocross que des artisans confondent visiblement avec une déchetterie. 
Il y a aussi la Borie blanche, une ancienne décharge vieille d’une trentaine d’années où l’on retrouve des vestiges de la société de consommation comme des sacs de supermarché de marque Mammouth, des téléviseurs cathodiques mais aussi beaucoup de ferraille comme ce sommiers de lit en métal rouillé, nous confient Apolline, Béatrice, Patricia et Thibaut. 

La Borie blanche, une ancienne décharge vieille d’une trentaine d’années.
La Borie blanche, une ancienne décharge vieille d’une trentaine d’années. Photo par DR
La Borie blanche, une ancienne décharge vieille d’une trentaine d’années. Photo par DR

Autre décharge sauvage, le chemin de Saint-Jacques, à sa jonction avec la D906 au lieu-dit La Roche, comme ont pu le constater Fabien et Stéphane, armés d’un râteau. Là, ce ne sont pas les randonneurs mais visiblement les usagers de la route qui font des étapes peu glorieuses. Satisfaire un besoin urgent se traduit par des mètres de papier toilettes entortillés dans les ronces, sans compter les lingettes. Mais les fêtards semblent trouver en ce carrefour un lieu de rencontres puisqu’on y trouve, balancés dans les fourrés épineux, d’innombrables bouteilles et cannettes de bière, des pans de moquette, un bidon d’essence, une poubelle, ou encore deux bonbonnes de gaz. 
Les cours d’eau aussi ne sont pas en reste, charriant leur lot de bouteilles plastique, de masques et de mégots jusqu’à finir dans la mer. Des mégots qui ne manquaient pas de joncher les trottoirs du centre-bourg. Lucie et ses enfants en ont même rempli une bouteille d’1,5L entière. Plusieurs représentants de la franchise locale de McDonald's ont aussi participé au ramassage.

Lucie et ses enfants ont  rempli une bouteille entière de mégots.
Lucie et ses enfants ont rempli une bouteille entière de mégots. Photo par Annabel Walker

Comment générer le moins de déchets possible ?

Au retour de cette balade peu ragoutante, les volontaires ont été rassasiés par un buffet offert par la mairie à la salle communale du Préau. C’est là qu’ils ont pu découvrir les panneaux humoristiques sous forme de BD du groupe Zéro déchet 43 à travers l’exposition « Mamie avait raison ». Une animation Zéro déchet les incitait à jouer au jeu des devinettes pour trouver les usages de divers objets permettant d'éviter le jetable.

> Télécharger le guide du Zéro déchet :

 

Prochain rendez-vous écolo à Vals, le mercredi 18 mai, de 16h45 à 20h, pour la Fête de la nature. L’occasion d’inaugurer le renouveau du Jardin public Jacques Viscomte, rue André Bernard (voir le programme). 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

he

dim 24/04/2022 - 08:33

je me demande qui peut bien jeter autant de détritus dans la nature ; quels sont les artisans qui ignorent la déchetterie, où il faut payer sauf qu'ils déplorent d'être soumis à une redevance qu'ils sont bien obligés de la répercuter sur la facture du client.

Quand on discute avec des connaissances chacun s'autofélicite d'être exemplaire en la matière ; que les autres détruisent la planète. S'il n'y avait que les mégots qui pullulent sur les trottoirs, mais les tickets de grattage - perdants ! - aux abords des commerces en faisant commerce ; et les masques etc.