Des propositions pour remettre à neuf les marchés

jeu 12/05/2016 - 13:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Entre mars et mai, neuf étudiant de ISARA Lyon (Institut supérieur d'agriculture et d'agroalimentaire Rhône-Alpes) ont mené une étude, la première de la sorte, pour dynamiser les marchés de produits locaux d’Yssingeaux, Costaros, Saugues et du Puy-en-Velay. Cette semaine, ils ont rendu leurs conclusions. Notre partenaire RCF Haute-Loire les a rencontrés.
Améliorer et redynamiser les centres-bourgs
« On ne sait jamais trop ce qui fonctionne ou non », contextualise Marc Martin de la Chambre d’agriculture de Haute-Loire et du Comité de promotion des produits agricoles et agroalimentaires. Ce qui est certain, c’est que ces rendez-vous hebdomadaires attirent du monde. L’engouement autour des produits locaux ne fait qu’accentuer le phénomène surtout dans les quatre communes visées par l’étude. « Elles ont des projets internes pour améliorer et redynamiser leurs centres-bourgs. »
La popularité des marchés peut même devenir un problème s’ils ne savent pas s’adapter. « Il peut y avoir des problèmes avec le parking, le règlement, la visibilité, l’organisation, et même, les relations entre les commerçants qu’ils soient sédentaires ou non », détaille Marc Martin.
Le sujet questionne également les producteurs eux-mêmes. «  Le marché de la place du Plot au Puy. Comment vendre ces produits alors qu’il y a une quinzaine de vendeurs de fromages aux artisous ? Est-ce qu’il y aurait de la place pour un 16e ou un 17e ? », le représentant de la Chambre d’agriculture. Autant de questions qui méritent des réponses.
----Le changement de règlementation était mal passé
Au Puy-en-Velay, le marché avait connu des tensions lors de l'été 2014. La Ville avait décidé de procéder par tirage au sort pour choisir les forains présents sur la place du Breuil. La nouvelle avait été mal accueillie avant qu'une médiation soit finalement touvée.-----200 entretiens sur quatre communes
Parmi les neuf étudiants en quatrième année de l’école d’ingénieurs, Paul-Adrien Vas fait partie des neuf étudiants. Pendant sept semaines, ils se sont penchés sur la gestion, l’organisation, la stratégie des forains, promotion et recherche d’identité des marchés. Les jeunes ont réalisé plus de 200 entretiens sans questionnaires pour recueillir les avis des forains, des élus, des commerçants sédentaires, des associations et, bien évidemment, des consommateurs.
Les étudiants ont émis plusieurs propositions comme mettre de nouveaux panneaux pour identifier les producteurs, un logo « nouveau producteur », définir un règlement du marché, proposer des formations aux placiers… Mais certaines d’entre elles sont spécifiques à la commune.
> Au Puy : proposition de Caddylib, réorganisation de la place du Plot, ouverture de place supplémentaire à l’alimentation, faire des plans du marché pour la communication, mettre en place des animations place du Breuil, modifier le règlement relatif à la mise en fourrière.
> Costaros : requalifier la halle et réorganiser le marché en coordination avec le centre-bourg.
> Yssingeaux : repenser le système des abonnements et le fonctionnement du marché, réaménager progressivement les places et le centre-ville, valoriser par des animations.
> Saugues : avoir une organisation différente en période hivernale et estivale, mettre en place un transport en calèche, utiliser les boutiques vides et mettre en place une association des artisans-commerçants.
De l'avenir en dehors du département ?
« L’objectif, c’est d’accueillir un nouveau public et pérenniser l’actuel. Les jeunes ont du mal à venir sur les marchés surtout quand ils sont en semaine. Il y a la possibilité de varier l’offre. Ailleurs, on a vu des marchés du soir qui fonctionnaient bien », explique l’étudiant. De nouvelles choses vont être mises en place. « Ça peut être de nouveaux parkings ou une nouvelle signalétique », annonce Marc Martin. Ce ne sont pas les seuls changements. « Avec la nouvelle région, est-ce qu’il n’y aurait pas de la place sur les marchés de Saint-Etienne ou de Lyon ? Il faut connaitre les atouts et les limites de nos marchés. »

Emma Jouve

Écouter l'enrobé de RCF Haute-Loire

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire