Coups de feu au Monastier : les deux frères jugés

mer 23/09/2015 - 12:31 , Mise à jour le 23/09/2015 à 12:31

"C'est un conflit entre les deux villages qui semble perdurer depuis déjà quelque temps", nous expliquait en préambule le procureur de la République du Puy-en-Velay, Jacques Louvier en juillet dernier, juste après les faits, "même si on a du mal à comprendre pourquoi". Depuis des mois, voire des années, des groupes rivaux de Laussonne et du Monastier-sur-Gazeille affichaient clairement leur hostilité et leur agressivité, via les réseaux sociaux ou même au cours de soirées en boîte de nuit.
Ce mardi 14 juillet 2015, au terme du traditionnel bal du Monastier-sur-Gazeille, les esprits s'échauffent à cause "de regards, de propos". Un des jeunes de Laussonne aurait fait mine de foncer en voiture sur un groupe du Monastier, avant de prendre la fuite (il revendique pour sa part avoir accidentellement heurté le genou de la victime).

Il finit par tirer plusieurs coups de feu en direction du véhicule
Le jeune homme légèrement blessé appelle son grand frère et tous deux montent alors en voiture et décident de poursuivre un véhicule comprenant quatre Laussonnais (mais pas ceux qui ont menacé de les écraser en voiture). L'un des deux frères a en main un pistolet à plomb modifié (avec des projectiles faits du plastique des fromages Babybel selon leurs dires) et finit par tirer plusieurs coups de feu en direction du véhicule, qu'ils parviennent à bloquer en faisant un demi-tour au frein à main. Mais ils se rendent compte qu'ils se sont trompés de cible et abandonnent leur poursuite.
Un impact de balle a bien été retrouvé sur le véhicule mais les jeunes Laussonnais sont indemnes. Ils en ont informé la gendarmerie et dans la foulée, les deux frères ont été placés en garde à vue. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire, avec pointage à la gendarmerie et interdiction d'entrer en contact avec les victimes et de se rendre à Laussonne, jusqu'à leur jugement. Quant au jeune de Laussonne qui avait fait mine de foncer en voiture sur des jeunes du Monastier, il devait comparaître en même temps que les deux frères mais il sera finalement jugé ultérieurement.

"Un différent entre les deux communes, et pas entre des personnes"
C'est un différend de longue date avec leurs victimes qui aurait motivé leur action. Leur rencontre au bal aurait ravivé les tensions. C'était la première hypothèse mais au terme de la procédure et des nombreuses auditions des deux parties, le parquet était contraint de constater : "la tension entre ces deux villages a atteint un certain paroxysme".
Car ce qui ressortait des auditions, c'est bien que ce déferlement de violences serait issu d'un "différend entre les deux communes, et pas entre des personnes. Ils ne donnent aucune motivation de leurs actes, si ce n'est qu'ils ne peuvent pas se voir", observait le procureur de la République, alors que d'autres altercations avaient déjà eu lieu entre d'autres jeunes de ces deux villages. "C'est une explication très surprenante mais qui est donnée par tous les protagonistes de l'histoire", concluait Jacques Louvier.

Prison avec sursis
Finalement, après avoir mis le jugement en délibéré début septembre (le parquet avait requis des peines de prison ferme), le tribunal correctionnel du Puy a rendu sa décision ce mardi 22 septembre 2015, en prononçant la même peine pour les deux frères, à savoir deux ans d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans.
Ces peines s'accompagnent des obligations de se soigner (addiction à l'alcool et aux stupéfiants), de travailler ou de suivre une formation et des interdictions d'entrer en contact avec les victimes et de détenir une arme de tout type pendant trois ans. Enfin, les scellés ont été confisqués.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire