Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Bientôt plus de cent caméras dans la ville du Puy

mar 18/02/2020 - 23:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

----Des caméras HD
Toutes les caméras au Puy-en-Velay sont en Haute-Définition pour générer une qualité d'image optimale et un agrandissement important. Elles enregistrent en temps réel. Quatre écrans sont consultables au bureau de la police municipale. Une possibilité de zoom numérique octroie une reconnaissance plus précise. Parmi la centaine installée, un nombre indéfini est de type dôme permettant une surveillance accrue lors des manifestations de toutes sortes.-----Et de six… en plus. Au total, ce sont 97 caméras déclinées sous toutes leurs formes présentes dans la cité ponote dont quatre sur la zone d'activité de Taulhac. Le tout en complément aux caméras de parkings publics et de bâtiments municipaux et communautaires. "Les six dernières ont été installées il y a trois mois environ, éclaire Michel Chapuis, maire du Puy-en-Velay. Elles assurent la protection dans les rues Oddo de Gissey, Burel-Michelet, des Tanneries, de Joffre-Saint-Jean, sur la place Bernard Jammes et à la Maison médicale du Pensio".

> Lire aussi : Une caméra nouvelle génération installée dans la rue Dolaizon (11/01/2020)

"Les deux auteurs ont pu être retrouvés grâce à la vidéo qui a pisté leur trajet"
Selon Caroline Barre, adjointe au maire du Puy, 271 réquisitions ont été notifiées grâce à la vidéo protection depuis 2012. "Elles ont permis de poursuivre des suspects dans des agressions sexuelles, des délits de fuites, des dégradations volontaires, souligne-t-elle face aux remontrances de l'opposition lors du dernier conseil municipal de la mandature Chapuis. Elles sont très utiles durant les grandes manifestations ou même en cas d'événement météorologique exceptionnel." Pour appuyer ses propos, Michel Chapuis rappelle le drame qui a secoué le lycée Jean-Monnet, le jeudi 25 avril 2019. "Dans ce lycée, il y avait eu deux individus qui avaient agressé le principal et mis le feu à l'établissement. C'étaient des faits extrêmement graves. Les deux auteurs ont pu être retrouvés grâce à la vidéo qui a pisté leur trajet pour remonter jusqu'à Espaly".

105 caméras en 2020
C'est sur ce constat que les élus du Puy-en-Velay ont décidé de renforcer le dispositif actuel pour accroître la sécurité dans la ville. "On va continuer à mailler le territoire car c'est quelque chose qui marche bien dans la mesure où, certes, ça n'empêche pas la délinquance, mais cela permet de résoudre parfois les affaires, confie Michel Chapuis. On constate que dans les quartiers où il y a de la vidéo protection, il y a moins de délinquance."
Huit caméras supplémentaires vont ainsi être déployées dans les mois à venir sur des secteurs tels que la place de la Libération, l'avenue d'Aiguilhe, en haut de la rue Pannessac ou encore au carrefour des rues des Capucins/ bld Saint-Louis. Coût de l'opération ? Près de 54 000 euros hors taxes, 50% par la Région Auvergne Rhône-Alpes, le reste par la Ville. "On essaie de repérer des zones à risques, explique le maire. La vidéo protection n'est pas de la vidéo surveillance. Ce sont des bandes qui sont enregistrées pendant une durée de dix jours et qui permettent aux forces de police de venir les visionner sur place".

"On déplace les actes d'incivilités mais on ne les empêche absolument pas"
"Je vote contre ce rapport !" L'élu de gauche Laurent Johanny pense que la majorité se trompe de méthode pour faire diminuer la délinquance. "Je considère une nouvelle fois, comme ça a déjà été le cas durant le mandat, que l'on va multiplier des équipements qui coûtent chers aux contribuables et qui ont une utilité toute relative. Si les caméras peuvent, à la marge, résoudre d'un point de vue judiciaire des affaires, elles ne font pas baisser le taux d'incivilité." Pour Laurent Johnny, les caméras maintiennent un climat de peur sans jouer sur la source du problème. "Depuis des années, on alimente le sentiment d'insécurité au Puy-en-Velay comme ailleurs en France, ceci au détriment encore une fois de l'argent public. Je pense que seule la présence humaine, comme des brigades permanentes et même nocturnes, peut permettre d'arrêter certains actes. Là, en posant des caméras, on déplace les actes d'incivilités mais on ne les empêche absolument pas".

Nicolas Defay

Michel Chapuis reconnaît que la vidéo-protection ne résout pas tout mais...

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)