Lycée Jean Monnet : interpellations des incendiaires présumés sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Lycée Jean Monnet : interpellations des incendiaires présumés

Date : 06/06/2019 | Mise à jour : 06/06/2019 18:22
Partager

Suite à l'incendie criminel qui avait touché l'établissement Jean Monnet, le 25 avril 2019, le parquet du Puy-en-Velay vient de communiquer ces avancées :

"Suite à l'incendie criminel qui avait touché l'établissement Jean Monnet, le 25 avril 2019 et au périple qui avait entouré ce méfait, une information judiciaire avait été ouverte contre X devant le juge d'instruction du Tribunal de grande instance du Puy-en-Velay le 10 mai 2019.
L'information vise des faits :
– de vol et dégradation aggravés au préjudice du journal « L'Eveil de la Haute-Loire »,
– de dégradation par moyen dangereux pour les personnes au préjudice du Lycée Jean Monnet,
– de violences volontaires aggravées sur le proviseur du lycée Jean Monnet et un passant
– de dégradations aggravées de véhicules, notamment de la Police Nationale, d'une station Météo au préjudice de la société ATMO et d'une vitre au préjudice du musée Crozatier sur visés
– de dégradations de containers à poubelles par moyen dangereux pour les personnes.

Les investigations initiées en enquête de flagrance se sont poursuivies sur commission rogatoire du juge d'instruction confiée au SRPJ de Clermont-Ferrand et à la DDSP de la Haute-Loire. Elles ont nécessité un très important travail d'exploitation des images de vidéo-surveillance et des prélèvements réalisés sur les lieux des infractions.
L'enquête a abouti le 4 juin 2019 à l'interpellation de trois personnes. Il s'agit de deux jeunes gens âgés de 19 ans et d'un troisième comparse âgé de 25 ans, à la participation plus accessoire.
Ces jeunes sont tous résidant au Puy-en-Velay, voire originaires de la cité ponote. Cependant, aucun lien n'a pu être établi entre les mis en cause et le lycée Jean Monnet, le proviseur de l'établissement qui avait été agressé ou une des autres victimes du périple. Les casiers judiciaires des trois mis en cause ne portent trace d'aucune condamnation, même si un des deux jeunes est actuellement dans l'attente d'un jugement pour des faits distincts.
Ils seront présentés ce jour devant le magistrat instructeur pour être mis en examen. Des réquisitions aux fins de placement en détention provisoire seront prises contre les deux principaux mis en cause."


> Lire aussi :

Incendie au lycée Jean-Monnet : "la structure du bâtiment n'est pas atteinte" (03/05/2019)

Lycée incendié : les prochaines étapes (26/04/2019)


Dans la foulée, l'Inspecteur d’Académie de Haute-Loire Jean-Williams Semeraro a émis ce communiqué :

"Le 25 avril dernier, j’ai déposé une plainte et me suis porté partie civile, au nom de l’Etat, pour des faits d’agression sur le proviseur du lycée Jean Monnet et de destruction volontaire par incendie d’un établissement public local d’enseignement de l’Etat Depuis, une enquête minutieuse et faisant appel à une grande expertise a été conduite par le SRPJ de CLERMONT en collaboration avec la DDSP 43. Le travail d’enquête qui a été mené, doit être salué pour son professionnalisme dans un contexte de grand émoi. A ce titre, je remercie très sincèrement les enquêteurs pour leur écoute et leur accompagnement de nos personnels très touchés par la violence des actes portés. Ces interpellations apportent un grand soulagement au sein de la communauté éducative et doivent permettre de ramener le calme et la sérénité à quelques jours des examens. Par ailleurs, le travail mené actuellement avec le Conseil Régional et le Rectorat, nous permettra également d’effacer les stigmates de cet acte de vandalisme et d’accueillir tous nos élèves à la rentrée dans les meilleures conditions d’hébergement et de restauration."





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 8 juin 2019 - 09h13
Maintenant que Laurent Wauquiez souhaite se consacrer à plein temps à sa région, il peut décider qu'une solution de restauration sur place soit opérationnelle au plus vite dans ce lycée.

Signaler un abus

img_journalisteD le 6 juin 2019 - 21h08
félicitations à la police pour ces arrestations!

Signaler un abus

img_journalisteL le 6 juin 2019 - 10h31
Sanctions sévères même si jeune de 19/25 ans. On ne peut pas tolérer de tel agissement....et surtout leur faire payer les dégats...mais travaillent ils??

Signaler un abus