Vidéo : environ 1 000 personnes au Puy pour la manif' unitaire

mar 19/03/2019 - 13:42 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

Les Gilets jaunes, qui réclament toujours le référendum d’initiative citoyenne (R.I.C.) et la démission d’Emmanuel Macron, se sont joints à l'appel des syndicats CGT, FO, CFTC, FSU et Solidaires.
À noter l’absence de lycéens : ils n’étaient pas appelés à se mobiliser car ils l’ont déjà fait vendredi et samedi pour le climat. En revanche, une grande partie du cortège était composée d’enseignants.

Retraites, ISF, emplois, fracture territoriale...
Parmi les revendications communes, on note la hausse de 300 euros brut de tous les salaires, retraites et minimas sociaux, le rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF), la suppression de la CSG pour les retraités, ou encore le retrait du projet de retraite à points.
La fracture territoriale et le démantèlement des services publics sont également des motifs de colère, sans oublier bien sûr l'emploi, avec la fermeture annoncée de Défi Mode à Brioude (une cinquantaine d'emplois) et de Copirel à Langeac (plus de 80 salariés), sinistrant encore un peu plus un bassin de population déjà fragilisé.

> Lire aussi : 7% d'enseignants grévistes ce mardi en Haute-Loire

----Barrages filtrants sur les ronds-points
Pour prolonger le mouvement et au terme des allocutions des principales organisations syndicales, les Gilets jaunes ont invité les manifestants à se joindre à eux pour organiser des barrages filtrants sur les ronds points de l’agglomération, car "le blocage économique est essentiel pour se faire entendre".-----On n'a pas le même maillot, mais on a la même passion
Ce slogan, utilisé par la Fédération française de football pour recruter des arbitres, est tout à fait d'actualité dans cette convergence. "On n'a pas toujours le même vocabulaire, mais on défend les mêmes idées", résume en substance Pascal Samouth, secrétaire départemental de Force Ouvrière, quand Titou et Bernard, deux Gilets jaunes de Haute-Loire, ajoutent : "la colère est montée, montée. Maintenant, le volcan est prêt à exploser". Le 5 février dernier, lors du premier mouvement de convergence, ils étaient entre 900 et 2 500 manifestants au Puy.

L'obtention du RIC pourrait mettre un terme au mouvement des Gilets jaunes
Difficile de tirer des enseignements de ce rassemblement car le mouvement des Gilets jaunes est par essence horizontal, ce qui constitue aussi bien sa force que sa faiblesse. Bien déterminé à ne rien lâcher, l'un de ses porte-paroles nous explique tout de même que leur principale revendication étant la mise en place du RIC, pour une démocratie plus participative, l'obtention de cette exigence pourrait mettre un terme au mouvement social.
Une information à prendre, bien sûr, avec des pincettes : elle ne repose que sur la déclaration du porte-parole altiligérien et le mouvement étant encore peu structuré au niveau national, rien ne garantit que les Gilets jaunes des autres départements seraient d'accord, le cas échéant, pour mettre un terme au mouvement.

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire